Advertisement

Au Nigeria, le Cardinal Onaiyekan déplore la "nature docile de la plupart des citoyens"

Le cardinal John Onaiyekan Le cardinal John Onaiyekan

Le cardinal John Onaiyekan, du Nigéria, s'est dit préoccupé par la tendance des Nigérians à se plaindre continuellement "de tout" et a invité ses compatriotes à prendre au sérieux leur rôle de "participation citoyenne".

Le cardinal Onaiyekan, qui s'exprimait lors de la Conférence de dialogue de la zone Centre-Nord dans la capitale du Nigeria, Abuja, a invité les citoyens de la nation la plus peuplée d'Afrique à un "renouvellement, une restauration des esprits, une conversion", en déclarant que "les attitudes et le concept de la politique doivent changer".

"Notre peuple s'est habitué à rester assis et à se plaindre de tout. Ils se plaignent du gouvernement et des politiciens, mais ils ne prennent pas au sérieux leur rôle de participation citoyenne", aurait déclaré le cardinal Onaiyekan mardi 8 juin.

De nombreux Nigérians, a déclaré le cardinal, "prétendent qu'ils ne peuvent rien faire, qu'ils sont incapables et, bien sûr, ceux qui veulent gouverner sont très heureux lorsque les citoyens s'assoient et font ce qu'on leur dit de faire."

De telles revendications, a poursuivi l'archevêque émérite d'Abuja, "rendent les dirigeants très heureux et ils profitent pleinement de la nature docile de la plupart des Nigérians".

Advertisement

"Personne n'est exempt de politique, à moins d'être irresponsable", a fait remarquer le cardinal qui a pris sa retraite en tant qu'archevêque d'Abuja en novembre 2019, avant d'ajouter : "Chaque Nigérian a le devoir de se préoccuper de ce qui se passe dans le pays. Vous ne pouvez pas vous contenter d'être seulement sur la fin de la réception. ” 

Il a mis en garde les Nigérians contre le fait d'abdiquer leur responsabilité en tant que citoyens en disant : "C'est lorsque vous avez un bon sens de la participation citoyenne que les personnes qui émergent en tant que dirigeants élus après les élections peuvent être mises à contribution régulièrement."

Le chef de l'Église catholique, âgé de 77 ans, qui a été élevé au rang de cardinal en novembre 2012, a mis au défi ses compatriotes de "mettre les élus au pied du mur."

Selon lui, bien que la nation ouest-africaine "soit en mauvaise posture", la "situation du pays n'est pas désespérée."

"J'ai la ferme conviction que nous pouvons nous éloigner du bord du chaos", a déclaré le membre du clergé du diocèse de Lokoja au Nigeria, avant d'ajouter : "Nous ne devons pas dire que la nature du Nigeria n'est pas négociable."

More in Afrique

Pour sortir de l'état actuel des choses, les Nigérians doivent rétablir la confiance entre eux et avec le gouvernement, a déclaré le cardinal nigérian.

"Nous ne pouvons pas nous passer du gouvernement et parce que le gouvernement est indispensable, il a une responsabilité envers le peuple et envers Dieu", a-t-il expliqué, ajoutant que les dirigeants du pays devraient écouter leur peuple et travailler à l'unification des citoyens. 

"Il est dangereux de diviser la nation en deux, ceux qui sont pour nous et ceux qui sont contre nous", a averti le cardinal, avant d'ajouter : "Cette division devrait cesser après les élections. Une fois les résultats des élections connus, il ne devrait pas y avoir de "eux contre nous". C'est nous tous ensemble".

Pour parvenir à une telle unité, le cardinal Onaiyekan a déclaré : "Il faut un renouvellement, une restauration des esprits, une conversion. Les attitudes et le concept de la politique doivent changer."

"Nous savons que la politique devrait être une affaire de service, mais beaucoup de gens entrent en politique pour de mauvaises raisons, non pas pour servir, mais pour se servir eux-mêmes. Je ne sais pas s'ils réalisent que lorsque vous jurez sur la Bible ou le Coran et que vous entrez en fonction, vous vous placez sous le jugement de Dieu", a-t-il déclaré. 

Advertisement

Il a également appelé les Nigérians à s'embrasser mutuellement, quelles que soient leurs différences ethniques et culturelles, en déclarant : "Nous avons des religions, des nations et des cultures différentes, mais nous sommes frères et sœurs et devons vivre comme tels. ”