Advertisement

Au Nigeria, les dirigeants chrétiens mettent en garde contre une crise alimentaire imminente à cause de l’insécurité

Logo de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN) Logo de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN)

Les dirigeants chrétiens du Nigeria, pays d'Afrique de l'Ouest, mettent en garde contre une crise alimentaire imminente dans le pays en raison de ce qu'ils appellent "l'insécurité croissante". 

Dans leur déclaration du mercredi 16 juin, les dirigeants de l'Église, sous les auspices de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), déclarent : "L'insécurité croissante dans le pays a empêché les agriculteurs de nombreuses communautés rurales, en particulier dans le nord, de se rendre à la ferme."

"Les pluies sont là, mais les agriculteurs ne peuvent pas aller dans les fermes de peur d'être tués ou enlevés par des bandits", disent les responsables de l'Église.

Ils ajoutent : "Cela signifie qu'une crise alimentaire imminente nous menace et que, si des mesures ne sont pas prises pour créer un environnement sécurisé permettant aux agriculteurs de retourner dans leurs exploitations, nous risquons d'avoir de nouveaux problèmes avec une population affamée et frustrée."

Selon les responsables de la CAN, "des milliers de Nigérians, notamment dans les communautés rurales, se sont retrouvés sans abri à cause des bandits."

Advertisement

"Chaque jour, à travers le pays, des communautés sont attaquées et des personnes sont tuées ou enlevées par des bandits déchaînés et d'autres éléments criminels", déclarent les représentants de la CAN, ajoutant que "la situation sécuritaire a paralysé l'économie, car voyager sur les autoroutes du pays est devenu un cauchemar pour les Nigérians".

Dans leur déclaration du 16 juin, les responsables du CAN condamnent également les attaques et les enlèvements d'enfants dans les écoles signalés dans un certain nombre d'États nigérians.

"Nous craignons que ces attaques, si elles ne sont pas contrôlées, n'obligent les parents et les enfants à s'abstenir d'aller à l'école, étant donné les cas récents dans les États de Kaduna, Zamfara, Katsina et Niger, où les parents d'écoliers enlevés ont payé des centaines de millions de naira à des bandits pour la libération de leurs enfants", disent-ils dans leur déclaration signée par le président du CAN pour le Nord-Est, le révérend Jechonia Albert.

Le choix de s'abstenir de fréquenter l'école, selon les responsables de la CAN, "entraînera un sérieux revers dans les efforts déployés par le Nord pour combler le large fossé éducatif qui le sépare des États du Sud du Nigeria".

Le Nigeria connaît l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram a lancé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

More in Afrique

Depuis lors, le groupe, l'un des plus importants groupes islamistes d'Afrique, orchestre des attaques terroristes aveugles contre diverses cibles, notamment des acteurs religieux et politiques ainsi que des civils.

La situation d'insécurité dans le pays a été compliquée par l'implication des bergers Fulani, majoritairement musulmans, également connus sous le nom de milices Fulani, qui, ces derniers temps, ont souvent affronté les agriculteurs chrétiens au sujet des pâturages.

Le mois dernier, les évêques catholiques des provinces ecclésiastiques nigérianes d'Onitsha et d'Owerri ont déclaré que la nation ouest-africaine était en "grand danger" et qu'une action urgente était nécessaire pour faire face aux niveaux élevés d'insécurité.

"Nous attendons un arrêt du carnage qui a lieu dans les terres agricoles et en divers endroits", ont déclaré les évêques catholiques dans leur déclaration du 11 mai, appelant le gouvernement fédéral du Nigeria à "se pencher sur les questions de sécurité et à restreindre ceux qui utilisent des armes de diverses sortes pour intimider le peuple et créer cette agitation".

Dans leur déclaration du 16 juin, les responsables de la CAN notent que "l'état actuel de la nation a plongé la grande majorité de la population dans la faim, la pauvreté, la frustration et le découragement."

Advertisement

"Nous sommes particulièrement préoccupés par la situation sécuritaire qui semble avoir submergé le gouvernement", réitèrent les dirigeants chrétiens du Nigeria. 

Ils demandent au gouvernement fédéral "de s'attaquer d'urgence à la situation sécuritaire une fois pour toutes afin de libérer les Nigérians des gangs criminels et de leur règne de terreur".