Advertisement

Aujourd'hui, 28 juin, nous célébrons saint Irénée

Fêté par l'Église catholique romaine le 28 juin et par les catholiques orientaux de tradition byzantine le 23 août, saint Irénée de Lyon était un évêque et un écrivain du deuxième siècle dans l'actuelle France.

Il est surtout connu pour avoir défendu l'orthodoxie chrétienne, en particulier la réalité de l'incarnation humaine du Christ, contre l'ensemble des hérésies connues sous le nom de gnosticisme.
Le pape Benoît XVI a parlé avec admiration de saint Irénée lors d'une audience générale en 2007, rappelant comment ce père de l'Église primitive "a réfuté le dualisme et le pessimisme gnostiques qui dépréciaient les réalités corporelles. Il a affirmé de manière décisive la sainteté originelle de la matière, du corps, de la chair non moins que de l'esprit."

"Mais son œuvre va bien au-delà de la confutation de l'hérésie : en effet, on peut dire qu'il apparaît comme le premier grand théologien de l'Église qui a créé la théologie systématique ; il parle lui-même du système de la théologie, c'est-à-dire de la cohérence interne de toute la foi."

Si certains des écrits les plus importants de saint Irénée ont survécu, les détails de sa vie ne sont pas aussi bien conservés. Il est né dans la moitié orientale de l'Empire romain, probablement dans la ville côtière égéenne de Smyrne, probablement vers l'an 140. Jeune homme, il a entendu la prédication de l'évêque primitif (et futur martyr) Saint Polycarpe, qui avait été personnellement instruit par l'apôtre Jean.

Irénée finit par devenir prêtre et servit dans l'Église de Lyon (dans la région de la Gaule) pendant une période difficile à la fin des années 170. Au cours de cette période de persécution d'État et de controverse doctrinale, Irénée a été envoyé à Rome pour fournir au pape Saint Éleuthère une lettre sur le mouvement hérétique connu sous le nom de montanisme. De retour à Lyon, Irénée devint le deuxième évêque de la ville, après le martyre de son prédécesseur, saint Pothinus.

Advertisement

Au cours de son travail de pasteur et d'évangéliste, le deuxième évêque de Lyon s'est heurté à diverses doctrines et mouvements hérétiques, dont beaucoup avaient en commun d'insister sur le fait que le monde matériel était mauvais et ne faisait pas partie du plan originel de Dieu. Les partisans de ces idées prétendaient souvent être plus profondément "éclairés" ou "spirituels" que les chrétiens ordinaires, en raison de leur supposée connaissance secrète (ou "gnose").

Irénée a reconnu ce mouvement, sous toutes ses formes, comme une attaque directe contre la foi catholique. Le dédain des gnostiques pour le monde physique était inconciliable avec la doctrine biblique de la création, selon laquelle Dieu avait fait toutes choses selon son bon vouloir. Les gnostiques, en revanche, considéraient le monde matériel comme l'œuvre d'une puissance maléfique, ne reconnaissant à Dieu que la création d'un monde supérieur et purement spirituel.

En accord avec sa vision erronée de la création, le gnosticisme déforme également le concept de rédemption. L'Église connaissait le Christ comme le sauveur du monde, rachetant les corps et les âmes des croyants et investissant la création d'une sainteté sacramentelle. Les gnostiques, quant à eux, considéraient que Jésus ne faisait que sauver les âmes du monde physique dans lequel elles étaient piégées. La "rédemption" gnostique n'était pas la libération du péché, mais une prétendue promesse de libération du monde matériel.

Irénée a réfuté les erreurs gnostiques dans son long ouvrage "Contre les hérésies", qui est encore étudié aujourd'hui pour sa valeur historique et ses perspectives théologiques. Un ouvrage plus court, "Preuve de la prédication apostolique", contient la présentation par Irénée du message de l'Évangile, en mettant l'accent sur l'accomplissement par Jésus-Christ des prophéties de l'Ancien Testament. Plusieurs de ses autres œuvres sont aujourd'hui perdues, bien qu'une collection de fragments de celles-ci ait été compilée et traduite.

La vie terrestre de saint Irénée s'est achevée vers 202 - peut-être par le martyre, bien que cela ne soit pas définitivement connu.

More in Afrique