Advertisement

Afrique du Sud : Les dirigeants chrétiens "profondément déçus" par la fermeture de lieux de culte

La direction du Conseil chrétien du Kwazulu-Natal (KZNCC) en Afrique du Sud a, dans une déclaration, reproché au gouvernement sud-africain d'avoir ordonné la fermeture de lieux de culte, affirmant que les églises ont toujours observé des mesures strictes de confinement du COVID-19 dans leurs services.

"Nous sommes profondément déçus par la dernière déclaration du gouvernement selon laquelle les églises doivent rester fermées", déclarent les représentants du KZNCC dans leur communiqué du lundi 12 juillet, et ajoutent : "Nous nous opposons avec la plus grande fermeté à la poursuite de la fermeture des églises, compte tenu des précautions de sécurité rigoureuses que nous nous sommes engagés à respecter. ” 

Dimanche 11 juillet, le président Cyril Ramaphosa a annoncé le maintien d'un confinement de niveau 4 dans la nation d'Afrique australe en raison de l'augmentation des infections au COVID19 dans la plupart des provinces du pays.

Dans son discours, le président sud-africain a déclaré que tous les rassemblements religieux et politiques restent suspendus pour les deux prochaines semaines.

Selon les représentants du KZNCC, les dirigeants de l'Église ont collaboré avec le gouvernement dans toutes ses initiatives visant à lutter contre l'infection et la propagation du virus dans la province de l'Afrique du Sud orientale.

Advertisement

"L'Église a soutenu les restrictions imposées par le gouvernement pendant la pandémie de COVID19 et s'est montrée très coopérative. Notre engagement a été et reste de protéger la population contre la propagation du virus", ajoutent les responsables du KZNCC.

Les représentants du forum des églises, présidé par l'ancien archevêque de l'archidiocèse catholique de Durban, le cardinal Wilfred Napier, notent en outre l'utilisation ironique des lieux de culte dans tout le pays pour gérer les rencontres liées au COVID-19, qui, selon eux, rassemblent plus de personnes que les rassemblements suspendus pour le culte.

"Il est contradictoire que le gouvernement utilise certaines églises pour mener des services de vaccination au service de centaines de personnes, mais qu'il ne soit pas autorisé à les ouvrir comme lieux de culte et à offrir d'autres types de services à nos communautés", observent-ils. 

Les églises de la province sud-africaine ont souffert de grandes contraintes financières et ne peuvent pas mener leurs opérations en raison de leur fermeture continue, déclarent les représentants de la KZNCC, notant que les services religieux aux membres de la communauté sont vitaux pour la vie quotidienne des gens.

"Les restrictions actuelles ont gravement entravé la viabilité financière de l'église ainsi que notre capacité à jouer de multiples rôles dans la vie des individus et des communautés", indiquent les responsables de l'église.

More in Afrique

Nos rôles, disent les dirigeants chrétiens, "comprennent, sans s'y limiter, la spiritualité, le développement communautaire, la sécurité et la protection des communautés, le maintien de la paix, les soins médicaux et le soutien psychosocial aux personnes qui ont été touchées par la pandémie."

Les représentants du KZNCC souhaitent maintenant que les autorités gouvernementales de la province de l'Afrique du Sud orientale autorisent les lieux de culte à fonctionner avec au moins la moitié de leurs capacités afin que des services soient offerts aux fidèles. 

"Afin de continuer à offrir ces services essentiels en ce moment critique pour notre province, nous avons besoin d'une capacité d'au moins 50 % dans nos églises", disent-ils.

Les représentants du KZNCC ajoutent : " En tant que conseil provincial des églises, nous nous engageons à établir des directives et des processus d'autorégulation rigoureux, par le biais de nos structures œcuméniques existantes, afin de garantir le respect des mesures de sécurité. ”