Advertisement

Au Zimbabwe, les jeunes invités à participer au processus d'élaboration des politiques, afin de représenter "leurs besoins"

Un prêtre catholique du Zimbabwe a encouragé les jeunes de ce pays d'Afrique australe à prendre part aux "processus d'élaboration des politiques" du pays, notant que leur réticence à participer aux questions de gouvernance a compromis leurs projets futurs. 

"J'appelle mes camarades jeunes adultes à participer aux processus d'élaboration des politiques afin qu'ils se représentent eux-mêmes et qu'ils répondent à leurs besoins", déclare le vicaire général du diocèse catholique de Mutare, au Zimbabwe, le père Phillip Kembo, dans une réflexion du mardi 13 juillet.

Dans sa réflexion publiée par le Catholic Church News Zimbabwe, le père Kembo note que les jeunes n'ont pas la confiance nécessaire pour assumer des responsabilités publiques et représenter leurs intérêts, une situation qui explique en partie leur souffrance dans la pandémie de COVID-19. 

"L'environnement politique a joué un rôle central dans la définition de ce que nous sommes aujourd'hui et de ce que nous serons demain", déclare le prêtre catholique, ajoutant : "Le fait de ne pas participer à ce qui nous concerne en tant que jeunes nous a conduits là où nous sommes aujourd'hui". ”

Il poursuit : "La vie n'est pas la même pour les jeunes et les jeunes adultes car leur porte vers une vie meilleure reste fermée en raison de nombreux défis aggravés par le chômage et le COVID-19 mortel."

Advertisement

Le père Kembo note également que la pandémie, qui aurait infecté au moins 70 426 personnes dans la nation d'Afrique australe, dont 2 236 décès et 46 932 guérisons, "est devenue un obstacle pour de nombreux jeunes adultes qui avaient tant investi dans leur profession et leur éducation, ainsi que dans des projets."

"Le coronavirus a complètement fermé les portes des opportunités et des moyens de subsistance pour de nombreux jeunes qui sont contraints de rester chez eux en raison des fermetures ou du chômage, car les entreprises sont fermées en raison de la même situation difficile", déclare le vicaire général du diocèse de Mutare.

Le prêtre zimbabwéen ajoute que l'incapacité de la jeunesse à choisir "ceux qui nous représentent dans les processus d'élaboration des politiques montre clairement que, dans une situation de crise, n'importe quelle politique est bonne pour nous".  

Il insiste sur la nécessité pour les jeunes de participer aux processus de gouvernance du pays en déclarant : "À moins que les jeunes ne prennent conscience de la nécessité de se lever et de se défendre, les calamités comme le COVID-19 auront un impact important sur eux, car ils ne disposent pas de mécanismes d'adaptation pour les soutenir pendant les catastrophes."

Il ajoute, en référence aux jeunes du Zimbabwe qui semblent réticents à se défendre, "qu'ils continueront à dépendre des pouvoirs en place au lieu d'être innovants dans l'élaboration de stratégies qui sauvent les communautés des graves attaques du COVID-19 et d'autres catastrophes."

More in Afrique

Le 7 juillet, le gouvernement zimbabwéen a instauré un confinement de niveau quatre pour tenter de contrôler la propagation du nouveau coronavirus. Il a notamment instauré un couvre-feu du crépuscule à l'aube, réduit les heures de travail de 8 h à 15 h 30 et exigé que les lieux de travail ne fonctionnent qu'à 60 % de leur capacité.

Dans sa réflexion du 13 juillet, le père Kembo exhorte les jeunes du Zimbabwe à mener une vie sobre, fondée sur la parole de Dieu, au milieu des défis posés par le coronavirus.  

"En raison de la dépression que nous traversons, ayant perdu nos emplois ou tout projet générateur de revenus, nous sommes à la croisée des chemins, nous demandant quelle voie suivre", dit-il.

Le prêtre ajoute : "C'est le moment où il faut avoir une vie fondée sur des principes, un esprit sobre et une vie concentrée, basée sur et surtout, sur la résurrection de Jésus, qu'il y a une vie après 'derrière le tombeau fermé'. ’”