Advertisement

Afrique du Sud : Une entité catholique déplore la destruction d'écoles au milieu de violentes manifestations

La destruction de plus de 30 écoles dans la province sud-africaine du KwaZulu-Natal, dans un contexte de manifestations, est un sujet de préoccupation pour le Catholic Institute of Education (CIE), dont la direction a appelé les communautés à protéger les établissements d'enseignement pour le bien des enfants. 

Jeudi 15 juillet, la National Professional Teachers' Organization of South Africa (Naptosa) a déclaré qu'au moins 32 écoles avaient été vandalisées et une incendiée lors des violentes manifestations qui se déroulent actuellement dans la province sud-africaine.  

"La nouvelle selon laquelle quelque 32 écoles ont été vandalisées, pillées et certaines brûlées est notée avec une grande tristesse par le Catholic Institute of Education", déclare la directrice du CIE, Janice Seland, dans un communiqué vendredi 16 juillet. 

Mme Seland ajoute que le système éducatif sud-africain est déjà mis à rude épreuve par les effets du COVID-19 et qu'il "ne peut donc pas se permettre d'endommager les écoles".

Elle ajoute que la violence, qui a perturbé l'apprentissage dans les écoles, affecte la santé des enfants qui dépendent des repas offerts dans les écoles. 

Advertisement

"Pour certains enfants, le repas quotidien à l'école est la seule nourriture qu'ils reçoivent et sans école à fréquenter, ces enfants seront encore plus désavantagés et leur santé sera endommagée", déclare Mme Seland.

Dans la déclaration, le directeur de la CIE plaide auprès des communautés scolaires "pour qu'elles protègent leurs écoles afin d'assurer l'avenir de nos enfants."

Des violences ont éclaté dans la province du KwaZulu-Natal le 7 juillet après que l'ancien président Jacob Zuma s'est remis aux autorités pénitentiaires sur ordre de la Cour constitutionnelle, qui l'a jugé coupable d'outrage pour avoir refusé à plusieurs reprises de se présenter devant une commission chargée d'enquêter sur des allégations de corruption au cours de sa présidence de neuf ans qui a pris fin en 2018.

Au moins 117 personnes auraient trouvé la mort et plus de 2 000 auraient été arrêtées lors de ces manifestations qui ont été décrites comme les pires troubles que l'Afrique du Sud ait connus depuis des années.  

Dans une interview accordée à ACI Afrique, le directeur de l'Institut Denis Hurley pour la paix (DHPI), Johan Viljoen, a déclaré que la crise n'a pas grand-chose à voir avec l'ancien président, ajoutant que les Sud-Africains expriment leur colère après de nombreuses années de souffrance.

More in Afrique

"La violence dont nous sommes témoins a très peu, voire rien, à voir avec l'emprisonnement de l'ancien président Jacob Zuma. Les émeutes se sont transformées en pillages et en destructions de biens et les frustrations des gens sont clairement en train de se manifester", a déclaré M. Viljoen à ACI Afrique le 12 juillet.

Il a ajouté : "Les gens souffrent d'une extrême pauvreté et certains risquent leur vie, esquivent les balles réelles pour voler de la nourriture dans les magasins des gens parce qu'ils ont faim." évêques catholiques du paysontexprimé leur inquiétude face à la tendance croissante des SudAfricains à recourir à la violence lorsqu'ils souhaitent que leurs problèmes soient traités par les dirigeants.

Dans leur déclaration du 13 juillet partagée avec ACI Afrique, les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) ont déclaré : "Notre société a normalisé l'utilisation de la violence et du vandalisme pour que le gouvernement écoute et prenne au sérieux les préoccupations économiques des pauvres. ”

Selon les dirigeants de l'Église catholique, il faut "un changement de mentalité, une conversion collective du cœur et de l'esprit, qui affirme que les protestations violentes et la destruction de biens ne peuvent jamais être une réponse juste aux difficultés économiques actuelles et à l'injustice économique".