Advertisement

Une entité religieuse basée au Royaume-Uni condamne les menaces de mort proférées contre un volontaire chrétien au Nigeria

Christian Solidarity Worldwide (CSW), une organisation de défense des droits de l'homme basée au Royaume-Uni, a condamné l'émission de menaces de mort à l'encontre de l'un de ses collaborateurs en poste à Southern Kaduna, au Nigeria.

Le 12 juillet, le pasteur Gideon Agwom Mutum a reçu une lettre anonyme de membres présumés de la milice Fulani, également appelée bergers Fulani, menaçant de le tuer ainsi que sa famille.

"CSW est profondément préoccupé par la menace de mort proférée à l'encontre du pasteur Gideon Agwom Mutum, qui intervient alors que la milice Fulani continue de montrer à quel point elle est dangereuse", déclare le président fondateur de CSW, Mervyn Thomas, dans unrapport publié mercredi14 juillet. 

  1. Mervyn appelle le gouvernement de la nation ouest-africaine à faire face à la menace posée par les bergers Fulani "de manière rapide et décisive, en donnant la priorité à la protection des personnes et des communautés vulnérables et en traduisant les agresseurs en justice".

Dans la lettre du 12 juillet, les membres de la milice accusent le pasteur Mutum d'insulter la tribu Fulani dans les médias depuis longtemps. 

Advertisement

"Nous allons vous tuer comme des chèvres et votre famille. Nous connaissons ta maison, ton église et même ta famille", écrivent-ils en s'adressant au pasteur nigérian, et menacent en outre de détruire les écoles que le pasteur Mutum a construites. 

"Votre mouvement est connu de nous. Dites à votre peuple de se préparer à nous recevoir. Inshallah, nous viendrons, sauf si vous retournez dire au monde que vous êtes désolé pour tout ce que vous [...] avez dit concernant les Fulanis. Nous venons. Le Nigeria est notre terre. Le sud de Kaduna est notre terre", écrivent-ils, en adressant leurs menaces au pasteur.  

Les membres de la milice auraient en outre menacé de tuer Steven Kefas, un journaliste et activiste du sud de Kaduna. 

Les rapports d'insécurité dans l'État de Kaduna au Nigeria sont en augmentation depuis le début de l'année. 

Le mardi 13 juillet, des membres de la milice auraient attaqué le village de Matyei, incendié 156 maisons, ainsi qu'une église catholique. 

More in Afrique

Un rapport du 12 juillet du ministère de la Sécurité intérieure et des Affaires intérieures de l'État de Kaduna indique qu'au moins 220 personnes ont été assassinées et 774 autres enlevées dans la région entre avril et juin 2021. 

Dans un discours virtuel prononcé le mercredi 14 juillet lors du 2021e Sommet international sur la liberté religieuse à Washington, D.C., l'évêque Matthew Hassan Kukah du diocèse de Sokoto au Nigeria a reproché au gouvernement fédéral de la nation ouest-africaine de ne pas avoir su gérer l'insécurité dans le pays. 

L'évêque Kukah a également déclaré au Congrès américain que l'incapacité du gouvernement fédéral du Nigeria à lutter contre l'insécurité dans la nation ouest-africaine est due soit à son impuissance, soit à son désintéressement.

Bien que l'évêque de 68 ans ait admis qu'il partage le "pessimisme" de ceux qui disent que le Nigeria s'effondre sur fond d'insécurité rampante, de népotisme et de corruption gouvernementale, il a déclaré qu'"en tant que chrétien, je crois en la résurrection".