Advertisement

Face aux défis du leadership au Nigeria, les "masses pauvres" sont exploitées, selon un archevêque catholique

Mgr Ignatius Kaigama Mgr Ignatius Kaigama

Les "masses pauvres" du Nigeria sont exploitées alors que la nation ouest-africaine est aux prises avec la question du leadership, a déclaré un archevêque catholique du pays.

Dans son homélie du dimanche 18 mars à l'occasion du 20e anniversaire de la paroisse catholique St. Donald Karu de l'archidiocèse d'Abuja, l'Ordinaire local de l'archidiocèse nigérian a reproché aux responsables gouvernementaux de priver les gens des besoins les plus élémentaires de survie par la corruption.

"Parmi les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés en tant que pays, le défi du leadership prévaut. Les personnes qui ont été dûment élues et chargées d'offrir des services à la population finissent par exploiter les pauvres", a déclaré Mgr Ignatius Kaigama.

Une partie des dirigeants dûment élus, a ajouté Mgr Kaigama, "a détourné des fonds publics destinés à fournir des services sociaux de base tels que la nourriture, les vêtements, le logement, l'éducation, la sécurité, les services de santé et bien d'autres."

Faisant référence à la première lecture, l'archevêque nigérian a déclaré que les acteurs politiques de la nation ouest-africaine qui ne donnent pas la priorité au bien-être de la population sont impliqués dans "l'exploitation et la dispersion du peuple".

Advertisement

"Le prophète Jérémie était consterné par les dirigeants politiques de l'époque qui ne s'occupaient pas du peuple qui leur était confié, mais s'intéressaient plutôt à leur confort personnel, exploitant et dispersant ainsi le peuple", a-t-il déclaré en référence à la première lecture. 

Il a appelé les dirigeants du pays à faire preuve de compassion, comme Jésus dans la lecture de l'Évangile, en déclarant : "Aujourd'hui, les dirigeants sont mis au défi d'avoir le cœur de Jésus ; d'exercer l'autorité avec fidélité et responsabilité ; comme Jésus, de se vider de leur pouvoir et de compatir à la souffrance du peuple. ”

Mgr Kaigama a exprimé ses inquiétudes quant à l'augmentation des prix des denrées alimentaires dans le pays en raison des cas d'attaques dans diverses parties du pays. 

Les attaques, a-t-il noté, ont conduit à une faible production alimentaire dans le pays car l'agriculture a été stoppée par le banditisme.

" Le pays est confronté à la hausse des prix des denrées alimentaires et à la crainte que l'année prochaine soit encore plus difficile, car de nombreux agriculteurs ne peuvent pas aller cultiver leur terre par peur des attaques de bandits et de kidnappeurs ", a déclaré l'archevêque nigérian, avant d'ajouter : " Les véritables dirigeants devraient être très inquiets et prendre des mesures proactives adéquates contre la faim et la famine ". ”

More in Afrique

Le chef de l'Église catholique a en outre conseillé à ceux qui sont à la tête du pays d'encourager les initiatives qui rassemblent les gens en disant : "Nos dirigeants élus, comme Jésus, devraient briser les barrières qui nous divisaient autrefois, abattre les murs de la haine entre les différents groupes ethniques et religieux et promouvoir l'unité, la paix et le patriotisme authentique. ” S'inspirant de la prophétie de Jérémie selon laquelle une branche vertueuse issue de la descendance de David s'est réalisée en la personne de Jésus-Christ, Mgr Kaigama a exprimé l'espoir que la nation la plus peuplée d'Afrique connaisse un jour un retour à la normale et à la paix.   

"Dans notre cas aussi, dès qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Même en ces temps difficiles de crises politiques, sociales et économiques, Dieu promet de restaurer et de guérir notre pays", a déclaré l'archevêque nigérian lors de la célébration eucharistique du 18 juillet.