Advertisement

Un cardinal italien accusé de corruption et d'abus de pouvoir présent au premier jour du procès

Giovanni Angelo Becciu, ancien préfet de la Congrégation pour les causes des saints, photographié le 27 juin 2019. Daniel Ibáñez/CNA. Giovanni Angelo Becciu, ancien préfet de la Congrégation pour les causes des saints, photographié le 27 juin 2019. Daniel Ibáñez/CNA.

Le cardinal Angelo Becciu était présent mardi 27 juillet, premier jour d'un important procès financier du Vatican, pour se défendre des accusations de détournement de fonds et d'abus de pouvoir.

Le cardinal Becciu est l'un des dix accusés dans ce qui est le plus grand procès pour crimes financiers de l'ère moderne au Vatican. Le cardinal se présente devant le tribunal du Vatican pour la première fois depuis que le pape François a modifié les normes en avril pour permettre aux cardinaux et aux archevêques d'être jugés par des juges non professionnels.

Dans une déclaration faite par l'intermédiaire de son avocat le 27 juillet, le cardinal a déclaré qu'il était "calme" et qu'il attendait la poursuite du procès afin de prouver son innocence de toutes les accusations portées contre lui.

"Le cardinal Becciu, après l'audience d'aujourd'hui, renouvelle sa confiance dans le Tribunal, juge impartial des faits supposés seulement par le Promoteur de Justice, jusqu'à présent sans aucune confrontation avec la défense et en vue de la présomption d'innocence", indique la déclaration de l'avocat Fabio Viglione.

Advertisement

Le prévenu, Mgr Mauro Carlino, qui a travaillé à la Secrétairerie d'État du Vatican et est accusé d'extorsion et d'abus de pouvoir, était également présent lors de l'audience de sept heures qui s'est tenue mardi. Les huit autres accusés étaient absents mais représentés par leurs avocats.

L'audience a eu lieu dans une salle polyvalente des Musées du Vatican récemment adaptée pour être utilisée par le tribunal. La prochaine audience a été fixée par le tribunal au 5 octobre après que plusieurs des avocats de la défense aient demandé un délai supplémentaire pour se préparer.

Une trentaine d'avocats ont assisté à l'audience, et certains ont présenté des motions et soulevé des plaintes sur des questions de procédure.

More in Afrique

Dans ce procès, le tribunal de première instance du Vatican est composé d'un panel de trois juges comprenant le président du tribunal, Giuseppe Pignatone, et deux professeurs de droit italiens : Venerando Marano et Carlo Bonzano.

Selon un juge du Vatican, seule l'absence de l'homme d'affaires italien Gianluigi Torzi dans la salle d'audience le 27 juillet était justifiée, car il se trouvait sous mesures de précaution au Royaume-Uni en attendant d'être extradé vers l'Italie à la demande des autorités italiennes.

Au centre de l'affaire jugée se trouve l'achat par le Secrétariat d'État d'un immeuble situé au 60 Sloane Avenue à Londres. Il a été acheté par étapes entre 2014 et 2018 à l'homme d'affaires italien Raffaele Mincione, qui gérait à l'époque des centaines de millions d'euros de fonds du secrétariat.

Advertisement

Les procureurs du Vatican soutiennent que l'accord était problématique et conçu pour frauder la Secrétairerie d'État de millions d'euros.

Becciu a démissionné de son poste de préfet de la Congrégation pour les causes des saints et des droits étendus aux membres du Collège des cardinaux le 24 septembre 2020.

Le cardinal travaillait auparavant en tant que numéro deux de la Secrétairerie d'État du Vatican, le puissant département curial au centre de l'enquête sur les malversations financières.

Mgr Alberto Perlasca, ancien premier adjoint de Mme Becciu à la Secrétairerie d'État, a également fait l'objet d'une enquête dans le cadre du scandale immobilier de Londres, mais ne figure pas parmi les accusés du procès de cet été.

Les procureurs du Vatican ont identifié le témoignage de Perlasca, fourni au cours de plusieurs entretiens, comme étant important pour reconstituer "certains moments centraux" de l'affaire.

Mais lors de l'audience de mardi, un avocat de la défense a fait valoir que le témoignage de Perlasca lors de cinq entretiens, au cours desquels il n'avait pas d'avocat présent, devrait être considéré comme "irrecevable".

Un procureur du Vatican a fait valoir que les dépositions étaient légitimes parce qu'elles étaient enregistrées sur vidéo et "volontaires".

Le cardinal Becciu a déclaré dans un communiqué qu'il allait poursuivre Perlasca et Francesca Immacolata Chaouqui, une autre personne interrogée par les enquêteurs, "pour diffamation en raison des déclarations très graves et totalement fausses faites au cours des enquêtes au Promoteur de Justice."

Le cardinal a déclaré aux journalistes présents dans la salle d'audience à la fin de l'audience qu'il est "obéissant au pape qui m'a envoyé au procès, j'ai toujours été obéissant au pape, il m'a confié de nombreuses missions dans ma vie, il a voulu que je vienne au procès et je viens au procès. Je suis calme, je me sens tranquille en conscience, j'ai la confiance que les juges sauront bien voir les faits et mon grand espoir est la certitude qu'ils reconnaissent mon innocence."

Parmi les autres accusés dans le procès des finances figurent plusieurs employés du Secrétariat d'État : Fabrizio Tirabassi, qui supervisait les investissements, sera jugé pour corruption, extorsion, détournement de fonds, fraude et abus de pouvoir.

Mincione a été accusé de détournement de fonds, de fraude, d'abus de pouvoir, de détournement de fonds et de blanchiment d'argent.

Torzi, qui a été amené à servir de courtier pour les négociations finales de l'achat de la propriété londonienne par le Vatican en 2018, a été inculpé d'extorsion, de détournement de fonds, de fraude, d'abus de pouvoir, de blanchiment d'argent et d'auto-blanchiment.

Son associé, l'avocat Nicola Squillace, fait face aux mêmes accusations moins l'extorsion.

Enrico Crasso, qui a géré des investissements pour le Vatican pendant plus de 25 ans, a fait l'objet d'une enquête car il est soupçonné d'avoir collaboré avec Mincione et Tirabassi pour escroquer la Secrétairerie d'État.

M. Crasso, qui est le gestionnaire du Centurion Global Fund, dans lequel le Saint-Siège est le principal investisseur, doit répondre de la plupart des chefs d'accusation : corruption, détournement de fonds, extorsion, blanchiment d'argent, auto-blanchiment d'argent, fraude, abus de pouvoir, falsification d'un document public et falsification d'un document privé.

Le Vatican a également accusé de fraude trois sociétés appartenant à Crasso.

Cecilia Marogna, qui se présente comme une consultante en sécurité, est accusée de détournement de fonds après une enquête du Vatican sur des informations selon lesquelles elle aurait reçu des centaines de milliers d'euros de la Secrétairerie d'État du Vatican en relation avec Becciu, et qu'elle aurait dépensé cet argent en produits de luxe et en vacances.

Mme Marogna a reconnu avoir reçu l'argent, mais a insisté sur le fait que ces fonds étaient destinés à son travail de consultante en sécurité au Vatican et à son salaire.

La société de Marogna basée en Slovénie, Logsic Humanitarne Dejavnosti, D.O.O., est également poursuivie pour détournement de fonds.

Les deux derniers accusés sont René Brülhart et Tommaso Di Ruzza, qui dirigeait auparavant l'organisme de surveillance financière interne du Vatican.

Di Ruzza est accusé de détournement de fonds, d'abus de pouvoir et de violation de la confidentialité.

Brülhart est poursuivi pour abus de pouvoir. Les deux hommes ont nié avoir commis des actes répréhensibles.