Advertisement

Mgr Hassan Kukah déclare que le Nigeria "s'engage sur des voies dangereuses" et déplore la fermeture d'espaces civiques.

Mgr Matthew Hassan Kukah Mgr Matthew Hassan Kukah

Un évêque catholique du Nigeria a souligné les différents défis auxquels le pays est confronté, affirmant que l'avenir de la nation ouest-africaine est incertain car elle "s'engage sur des chemins dangereux".

Mgr Matthew Hassan Kukah, qui s'exprimait sur le thème "Espace civique : Pathway to Social Cohesion and Integration in Nigeria", a déploré la fermeture de l'espace civique dans la nation la plus peuplée d'Afrique.

"Nous nous engageons sur des chemins dangereux. Les jeunes se sentent totalement désemparés. Nous sommes confrontés à une nation qui consomme ses propres enfants ; nous sommes confrontés aux perspectives d'un avenir incertain", a déclaré Mgr Kukah mercredi 28 juillet, avant d'ajouter : "Il est impossible, même le pire ennemi du Nigeria n'aurait jamais envisagé que c'est là que nous serons". ”

La plupart des jeunes Nigérians qui ont quitté le pays ne sont pas désireux de rentrer chez eux car ils manquent d'opportunités, a-t-il déclaré lors de l'événement organisé par le Centre Kukah (TKC) et l'Open Society Initiative for West Africa (OSIWA). 

Se souvenant d'une conversation avec de jeunes Nigérians de la diaspora, Mgr Kukah a expliqué : "J'ai demandé à de jeunes Nigérians aux États-Unis quand ils reviendraient au Nigeria et l'un d'entre eux a répondu que nous n'avions aucun sénateur, aucun député à l'Assemblée nationale, aucun ministre, alors pourquoi rentrerions-nous au pays ?"

Advertisement

"Ce sont des déclarations sérieuses car nous sommes confrontés à une nation qui consomme ses propres enfants et nous sommes confrontés à la perspective d'un avenir incertain", a-t-il ajouté. 

Alors que les Nigérians ne sont "pas innocents dans les choix que nous avons faits", Mgr Kukah a déclaré : "Les agences et les agents de l'État, ceux qui sont au pouvoir ont continué à chercher à fermer l'espace civique."

Le membre du Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral a déclaré que les Nigérians ont une chance de changer leur situation lors des prochaines élections générales qui devraient avoir lieu dans quelques années. 

"La tragédie qui frappe aujourd'hui notre pays n'est pas une excuse pour que nous ne soyons pas découragés. 2023, nous l'espérons, nous donne une autre occasion de nous interroger et de réfléchir aux erreurs que nous avons commises", a-t-il déclaré.

L'évêque nigérian a poursuivi : "S'il y a une leçon à tirer, c'est que nous sommes confrontés à des acteurs politiques entre les mains desquels nous avons confié l'avenir de notre pays et qui n'ont aucun réflexe pour comprendre comment gérer la diversité et qui semblent n'avoir presque aucune capacité intellectuelle pour comprendre que la force d'une nation réside dans sa capacité à mobiliser ses ressources."

More in Afrique

Le fondateur du Centre Kukah a également exhorté ses compatriotes à ne pas renoncer à la démocratie en déclarant : "Le défi pour nous est de comprendre que la démocratie est un travail en cours. Tous ceux d'entre nous qui sont engagés dans la démocratie et l'ouverture de l'espace civique doivent réaliser que c'est un long voyage et que nous devons porter les chaussures d'un coureur de fond. ”

"La démocratie n'est pas un exercice entrepris par de bons hommes et de bonnes femmes, ce dont les Nigérians ont toujours été victimes", a-t-il ajouté.

"Nous cherchons des hommes saints, des hommes intègres, des hommes dignes pour nous gouverner et nous supposons que, d'une manière ou d'une autre, la gestion d'un pays diversifié comme le Nigeria ne nécessite pas un certain niveau de réflexion intellectuelle profonde et de compréhension de la complexité de la gestion d'une société diversifiée comme celle que nous avons", a noté Mgr Kukah.

"Chaque génération devra faire face à la sienne et transmettre les défis à la génération suivante, mais ce que nous transmettons à la génération suivante doit être une lumière d'espoir", a déclaré l'évêque nigérian de 68 ans, dont le récent discours devant le Congrès américain a déclenché les critiques de la présidence du Nigeria.