Advertisement

Les sœurs catholiques d'Afrique invitées à rester fidèles à leur vocation malgré les déceptions.

De gauche à droite : Sœur Pasilisa Namukoye, secrétaire exécutive d'ÀOSK, Sœur Mary Cecilia Njeri, présidente d'ACWECA, Sœur Hellen Badhiho, secrétaire générale d'ACWECA. Crédit : AMECEA De gauche à droite : Sœur Pasilisa Namukoye, secrétaire exécutive d'ÀOSK, Sœur Mary Cecilia Njeri, présidente d'ACWECA, Sœur Hellen Badhiho, secrétaire générale d'ACWECA. Crédit : AMECEA

Les membres de l'Association des femmes consacrées d'Afrique de l'Est et du Centre (ACWECA) ont été invités à rester fidèles à leurs modèles, en particulier lorsque la vie religieuse ne se déroule pas comme ils l'avaient prévu.

Dans son homélie du lundi 23 août au cours dela célébration eucharistique marquant le début de la 18ème Assemblée plénière de l'ACWECA, le Père Stephen Omondi a noté que de nombreuses personnes rejoignent la vie religieuse avec des intentions pures mais changent au fil du temps.

"Au départ, quand on rejoint la sororité, l'intention est généralement parfaite. J'appelle cela l'innocence originelle... Puis, lentement, nous sommes corrompus par le système", a déclaré le père Omondi.

Il a ajouté : "Vous arrivez si bon et si saint, puis vous découvrez que ces autres personnes ne sont pas bonnes et saintes. Et donc, vous remodifiez toutes vos bonnes intentions et lentement vous commencez à devenir égoïste ; lentement, votre devise devient la survie ; lentement, votre devise devient le confort ; j'ai des droits et des privilèges ; lentement, votre devise est de devenir riche. Là où vous proclamez la pauvreté, vous devenez un donateur. Et enfin, vous développez une attitude de 'je m'en fous'".

Advertisement

Le prêtre d'origine kenyane a encouragé les sœurs catholiques d'Afrique orientale et centrale à s'offrir de tout cœur à l'Église, en adhérant à la voix de Jésus-Christ, à l'exemple de la Sainte Vierge Marie et à l'inspiration de leurs fondatrices respectives.

"Que tout ce que nous faisons soit conduit par un véritable esprit de sacrifice, d'amour, d'endurance et de fidélité aux paroles de nos fondatrices mais aussi aux paroles de notre Seigneur Jésus-Christ, notre modèle parfait et notre Mère Marie", a déclaré le curé de la paroisse Regina Caeli Karen de l'archidiocèse de Nairobi.

Il a ajouté : "Et cette année, nous célébrons également saint Joseph. Il est un bon modèle. Il se tait mais c'est un homme bon et actif ; il ne parle pas mais accomplit beaucoup."

Dans un message publié sur Facebook lundi 23 août, la direction de l'ACWECA a fait remarquer que, contrairement à d'autres assemblées plénières passées où tous les membres du conseil des délégués ainsi que tous les invités se rassemblaient pour la messe d'ouverture, seuls les comités d'organisation de l'association des sœurs et de l'association des sororités du Kenya (AOSK) devaient participer en personne à la célébration eucharistique.

Dans une interview accordée à Capuchin TV, basée à Nairobi, la Présidente de l'ACWECA, Sr. Cecilia Njeri, a noté que la plénière de cinq jours en cours, qui avait été reportée l'année dernière à cause des restrictions strictes de COVID-19, a pour but de réveiller le rôle prophétique des sœurs en tant que chrétiennes et aussi en tant que religieuses, un don qu'elles ont reçu dans le sacrement du baptême.

More in Afrique

"Nous pourrons nous demander d'où nous venons, où nous sommes et où nous allons. En cela, nous pourrons continuer à renforcer notre formation initiale et continue pour une transformation holistique des membres de la région ACWECA en vue d'une évangélisation plus profonde dans ce monde contemporain ", a déclaré Sr Njeri lors de l'interview du 23 août.

Elle a ajouté : "Nous serons également renouvelés dans la vie authentique de notre vie consacrée afin de devenir de véritables témoins de Jésus-Christ et de la bonne nouvelle."

Alors que le monde continue de lutter contre les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19, le message de Sr Njeri est le suivant : " Ne perdez pas espoir. "

"Nous sommes des personnes d'espoir et nous ne devons pas abandonner et nous ne devons pas être remplis de peur. Nous devons continuer à grandir dans la conviction que Dieu nous aime inconditionnellement", a déclaré la religieuse d'origine kenyane, qui est la supérieure générale des Petites Sœurs de Saint-François, lors de l'interview accordée juste avant la célébration de la Sainte Messe.

Advertisement

Elle a ajouté : "Deuxièmement, nous devons regarder notre passé avec gratitude, comme le pape François nous l'a dit au cours de notre année de vie consacrée, pour pouvoir embrasser le présent avec passion, en faisant tout ce qui est en notre pouvoir pour nous protéger et protéger les autres, et aussi pour anticiper l'avenir avec une grande espérance ; et être des personnes qui donnent de l'espoir au monde qui est très anxieux au sujet du COVID-19."

La présidente de l'ACWECA a également appelé les sœurs de cette association de 10 membres à être les gardiennes de leurs sœurs et à continuer à faire preuve de compassion les unes envers les autres et envers le peuple de Dieu.

"Sachant que c'est l'année de Saint Joseph, nous devons le prier pour qu'il nous aide et qu'il prie pour nous afin que ce COVID-19 qui a dévasté le monde prenne fin ", a déclaré Sr Njeri.

L'ACWECA réunit un conseil de délégués de 10 associations nationales de sororités des pays anglophones d'Afrique centrale et orientale, dont l'Érythrée, l'Éthiopie, le Kenya, le Malawi, le Soudan, le Sud-Soudan, la Tanzanie, l'Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe, ce dernier étant membre associé.

Depuis sa création en 1974, l'ACWECA a tenu 17 Assemblées plénières. Cette année, l'Association régionale des Sœurs Catholiques tient sa 18ème Assemblée plénière, un événement virtuel accueilli par l'AOSK. 

Sr. Njeria confirmé que le préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, le cardinal Joáo Braz de Aviz, prononcera le discours principal lors de l'assemblée plénière.

Le discours du Cardinal, dit Sr. Njeri, aidera à réveiller le rôle prophétique des femmes consacrées dans la région ACWECA.

L'Assemblée plénière de cette année, qui se déroule du 23 au 28 août, a attiré des participants de tous les pays membres, des observateurs, des donateurs, des partenaires et des membres d'ordres religieux de sœurs extérieurs à la région ACWECA.

L'Association des Conférences Episcopales Membres de l'Afrique de l'Est (AMECEA) a estimé que plus de cent quatre-vingt-dix-huit (198) délégués participeront à la 18ème Assemblée Plénière, et parmi eux, le Conseil des délégués qui a le droit de vote. Cette délégation est composée de Supérieurs généraux, de délégués nationaux, de Supérieurs provinciaux et de Supérieurs régionaux.

Sont également attendus à l'Assemblée plénière une équipe d'observateurs représentant l'Union Internationale des Supérieurs Généraux, des religieuses de l'extérieur de la région ACWECA et des partenaires.

L'Assemblée plénière réunit des représentants de plus de 30 000 femmes religieuses servant dans la région de l'Afrique de l'Est et du Centre et d'autres invités, selon AMECEAOnlineNews.

Le Père Andrew Kaufa, coordinateur des communications sociales de l'AMECEA, a félicité les dirigeants de l'ACWECA pour le "courage" dont ils ont fait preuve en organisant l'Assemblée plénière, malgré les difficultés liées au COVID-19.

"Il a fallu du courage pour organiser une plénière aussi importante en ligne. Je sais que l'année dernière, elles avaient reporté l'assemblée, mais cette année, elles ont décidé d'aller de l'avant, ce qui est assez courageux et constitue un bon exemple non seulement pour les autres sœurs de la région, mais aussi pour les conférences épiscopales qui ont reporté des réunions en raison de la pandémie de COVID-19", a déclaré le père Kaufa.

Le thème de la 18ème Assemblée plénière de l'ACWECA est "Réveiller le rôle prophétique : Un appel à la réforme vers une transformation holistique dans la région ACWECA aujourd'hui".

Le thème, selon le père Kaufa, est en accord avec ce que le pape François préconise concernant la vie consacrée.

"Le thème se concentre sur le rôle prophétique que les sœurs de la région de l'AMECEA doivent jouer. C'est un rôle très important que même le Pape François a souligné, y compris lorsqu'il a rencontré les Supérieurs religieux à Rome en 2013", a déclaré le coordinateur des communications sociales de l'AMECEA dans une interview le 23 août.

Il a ajouté : "La passion du pape François est de voir les congrégations religieuses se démarquer comme une voix prophétique dans ce monde, qui est caractérisé par le sécularisme et parfois les gens ne voient pas du tout le sens de la vie religieuse. Et pour lui (le Pape François), ce n'est pas tant ce que nous faisons, mais la façon dont nous vivons au niveau de l'être. Je pense que c'est ainsi que je comprends le pape François".

Pour que les sœurs choisissent ce sujet et disent : "Pouvons-nous nous asseoir pendant cinq bons jours et discuter de la manière dont nous pouvons jouer ce rôle prophétique dans la région de l'Afrique de l'Est et du Centre, je pense que nous devons prier pour elles et leur souhaiter beaucoup de succès car cela correspond à ce que le pape François recherche", a déclaré le père Kaufa.