Advertisement

Les évêques catholiques du Nigeria appellent au respect de la vie face aux violences et l'insécurité

L'augmentation des cas d'enlèvements, d'assassinats et de destruction de biens au Nigeria est une source d'inquiétude pour les évêques catholiques qui, dans une déclaration collective, demandent au gouvernement de " prendre l'entière responsabilité de la culture actuelle de la violence ".

Dans un communiqué publié à l'issue de leur deuxième réunion plénière de neuf jours qui s'achève vendredi 27 août, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) soulignent d'autres défis auxquels est confrontée la nation ouest-africaine, notamment "l'injustice, l'iniquité et l'iniquité dans les nominations".

"Malheureusement, à l'exception de la guerre civile, notre nation n'a jamais été témoin du genre de mal généralisé, de destruction gratuite et de saignée meurtrière", déclarent les évêques catholiques dans leur communiqué partagé avec ACI Afrique jeudi 26 août.

Ils notent que "les morts aux mains des kidnappeurs, des bergers tueurs, des bandits, des groupes terroristes ont fait du Nigeria l'un des pays les plus terrorisés au monde".

"Les enlèvements d'écoliers nous offrent la perspective d'une génération de jeunes traumatisés", ajoutent les évêques catholiques.

Advertisement

Le Nigeria est aux prises avec l'insécurité depuis 2009, lorsque l'insurrection de Boko Haram a commencé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

Les membres du groupe islamiste ont organisé des attaques aléatoires contre diverses cibles, notamment des civils et des dirigeants politiques et religieux.

Dans leur communiqué partagé avec ACI Afrique jeudi, les membres du CBCN "préconisent fortement le respect total du caractère sacré de la vie humaine".

Tout en reconnaissant les efforts déployés par les autorités compétentes pour lutter contre l'insécurité dans la nation ouest-africaine, les dirigeants de l'Église catholique soulignent la nécessité pour le gouvernement dirigé par Muhammadu Buhari "de faire preuve de plus d'engagement stratégique et de sincérité dans cette lutte et d'assumer l'entière responsabilité de la culture actuelle de la violence et de l'impunité dans le pays".

"Le gouvernement doit être équilibré et perçu comme tel dans sa réponse aux défis de l'insécurité dans chaque segment de la population", ajoutent les évêques catholiques du Nigeria dans leur communiqué à la suite de la deuxième assemblée plénière qui s'est tenue du 19 au 27 août dans le diocèse d'Enugu au Nigeria.

More in Afrique

Ils exhortent en outre les autorités de l'État à tous les niveaux "à fournir un environnement favorable qui permettrait au gouvernement et au secteur privé de créer des opportunités d'emploi pour notre population jeune et nombreuse. Cela réduirait certainement le danger d'insécurité et d'agitation dans notre pays".

Les membres du CBCN appellent également tous les citoyens de la nation la plus peuplée d'Afrique à être "respectueux des lois, vigilants, à vivre selon des principes moraux sains et, surtout, à obéir aux commandements de Dieu. Nous continuons à demander à tous de fuir la violence et la criminalité".

Dans leur communiqué signé par le Président du CBCN, l'archevêque Augustine Akubueze, les évêques catholiques reconnaissent les situations qui démontrent l'unité nationale et expriment leur gratitude à Dieu pour cela "malgré les diverses agitations et luttes pour l'autodétermination".

"Nous observons que les agitations et les tensions sont principalement le résultat de la mauvaise gouvernance, de l'injustice, de l'iniquité et de l'iniquité dans les nominations et la distribution des ressources à certaines parties du pays", disent-ils, et ils poursuivent : "Nous reconnaissons les droits des peuples à l'autodétermination ; cependant, nous soulignons que l'exercice de ces droits doit se faire dans les limites de l'État de droit."

Ils demandent instamment au gouvernement "d'assurer un procès juste et équitable aux acteurs clés des luttes qui ont été arrêtés", et font preuve de prudence en disant : "Mal gérer ces affaires, c'est déclencher de nouveaux troubles qui pourraient être évités."

Advertisement

"Nous réaffirmons que la lutte pour l'âme du Nigeria, qui est actuellement en cours, ne sera pas gagnée par le nettoyage ethnique, le népotisme, les enlèvements et le banditisme, mais par l'amour, la justice et l'équité, le bien commun et le patriotisme", déclarent les membres du CBCN.

Ils encouragent les Nigérians "à suivre la voie de la justice et du dialogue conciliant et à se considérer comme des agents de paix et de développement afin d'assurer une nation harmonieuse et unie".

Dans leur communiqué intitulé "L'Eglise et le témoignage prophétique au Nigeria", les membres du CBCN appellent à la résilience face aux défis actuels.

L'augmentation des cas d'enlèvements, de meurtres et de destruction de biens au Nigeria est une source d'inquiétude pour les évêques catholiques qui, dans une déclaration collective, demandent au gouvernement de "prendre l'entière responsabilité de la culture actuelle de la violence."

Dans un communiqué publié à l'issue de leur deuxième réunion plénière de neuf jours qui s'achève vendredi 27 août, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) soulignent d'autres défis auxquels est confrontée la nation ouest-africaine, notamment "l'injustice, l'iniquité et l'iniquité dans les nominations".

"Malheureusement, à l'exception de la guerre civile, notre nation n'a jamais été témoin du genre de mal généralisé, de destruction gratuite et de saignée meurtrière", déclarent les évêques catholiques dans leur communiqué partagé avec ACI Afrique jeudi 26 août.

Ils notent que "les morts aux mains des kidnappeurs, des bergers tueurs, des bandits, des groupes terroristes ont fait du Nigeria l'un des pays les plus terrorisés au monde."

"Les enlèvements d'écoliers nous présentent la perspective d'une génération de jeunes traumatisés", ajoutent les évêques catholiques.

Le Nigeria est aux prises avec l'insécurité depuis 2009, lorsque l'insurrection de Boko Haram a commencé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

Les membres du groupe islamiste ont organisé des attaques aléatoires contre diverses cibles, notamment des civils et des dirigeants politiques et religieux.

Dans leur communiqué partagé avec ACI Afrique jeudi, les membres du CBCN "préconisent fortement le respect total du caractère sacré de la vie humaine."

Tout en reconnaissant les efforts déployés par les autorités compétentes pour lutter contre l'insécurité dans la nation ouest-africaine, les dirigeants de l'Église catholique soulignent la nécessité pour le gouvernement dirigé par Muhammadu Buhari "de faire preuve de plus d'engagement stratégique et de sincérité dans cette lutte et d'assumer l'entière responsabilité de la culture actuelle de la violence et de l'impunité dans le pays".

"Le gouvernement doit être équilibré et perçu comme tel dans sa réponse aux défis de l'insécurité dans chaque segment de la population", ajoutent les évêques catholiques du Nigeria dans leur communiqué à la suite de la deuxième assemblée plénière qui s'est tenue du 19 au 27 août dans le diocèse d'Enugu au Nigeria.

Ils exhortent en outre les autorités de l'État à tous les niveaux "à fournir un environnement favorable qui permettrait au gouvernement et au secteur privé de créer des opportunités d'emploi pour notre population jeune et nombreuse. Cela réduirait certainement le danger d'insécurité et d'agitation dans notre pays".

Les membres du CBCN appellent également tous les citoyens de la nation la plus peuplée d'Afrique à être "respectueux des lois, vigilants, à vivre selon des principes moraux sains et, surtout, à obéir aux commandements de Dieu. Nous continuons à demander à tous de fuir la violence et la criminalité".

Dans leur communiqué signé par le Président du CBCN, l'archevêque Augustine Akubueze, les évêques catholiques reconnaissent les situations qui démontrent l'unité nationale et expriment leur gratitude à Dieu pour cela "malgré les diverses agitations et luttes pour l'autodétermination".

"Nous observons que les agitations et les tensions sont principalement le résultat de la mauvaise gouvernance, de l'injustice, de l'iniquité et de l'iniquité dans les nominations et la distribution des ressources à certaines parties du pays", disent-ils, et ils poursuivent : "Nous reconnaissons les droits des peuples à l'autodétermination ; cependant, nous soulignons que l'exercice de ces droits doit se faire dans les limites de l'État de droit."

Ils demandent instamment au gouvernement "d'assurer un procès juste et équitable aux acteurs clés des luttes qui ont été arrêtés", et font preuve de prudence en disant : "Mal gérer ces affaires, c'est déclencher de nouveaux troubles qui pourraient être évités."

"Nous réaffirmons que la lutte pour l'âme du Nigeria, qui est actuellement en cours, ne sera pas gagnée par le nettoyage ethnique, le népotisme, les enlèvements et le banditisme, mais par l'amour, la justice et l'équité, le bien commun et le patriotisme", déclarent les membres du CBCN.

Ils encouragent les Nigérians "à suivre la voie de la justice et du dialogue conciliant et à se considérer comme des agents de paix et de développement afin d'assurer une nation harmonieuse et unie".

Dans leur communiqué intitulé "L'Eglise et le témoignage prophétique au Nigeria", les membres du CBCN appellent à la résilience au milieu des défis actuels.

"Les temps actuels exigent que nous écoutions à nouveau le commandement que nous a donné le Seigneur d'être des témoins prophétiques", affirment les évêques catholiques du Nigeria, en faisant référence aux Actes des Apôtres.

Ils expliquent : "Un prophète n'est pas simplement celui qui prédit l'avenir, mais celui qui réinterprète le passé, explique la volonté de Dieu pour le présent, et de cette façon, montre le bon chemin pour l'avenir."

"En tant que témoins, nous devons montrer clairement et sans équivoque que nous croyons fermement ce que nous cherchons à proposer aux autres ; que nous vivons vraiment ce que nous croyons, que nous prêchons courageusement ce que nous vivons et que nous sommes prêts à défendre ce message, même au prix de notre vie", affirment les responsables de l'Église catholique au Nigeria.

Ils notent que la résilience au milieu des défis "n'est cependant jamais un appel à l'indolence ou à la simple passivité".

"En tant que chrétiens, nous sommes des disciples de Jésus-Christ et nous devrions toujours adopter l'approche de notre Seigneur, à savoir la prière et l'action concrète, comme stratégie de survie", affirment les membres du CBCN.

Ils ajoutent : "Ainsi, nous sommes tous appelés à témoigner de notre foi avec conviction partout où nous nous trouvons : dans l'Église, à la maison dans la famille, sur les marchés, dans le domaine de la politique et du commerce, dans les bureaux publics et dans d'autres domaines de la vie, surtout lorsque cela n'est pas commode."

"En tant que chrétiens, nous sommes appelés à espérer constamment en Dieu qui ne faillit jamais. Nous appelons donc les Nigérians à espérer un Nigéria meilleur, sachant pertinemment que sans espoir, nous ne pouvons pas avancer en tant que peuple", disent-ils.

"Que la Sainte Vierge Marie, Mère de toute consolation et Reine du Nigeria continue d'intercéder pour notre pays", implorent les membres du CBCN dans leur communiqué partagé avec ACI Afrique le 26 août.