Advertisement

L'Église catholique d'Éthiopie déclare une semaine de prière et prévoit d'acheminer les fonds collectés vers les personnes déplacées.

La direction de l'Église catholique d'Éthiopie a annoncé une semaine de prière pour mettre fin à l'instabilité du pays.

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique samedi 28 août, les membres de la Conférence des évêques catholiques d'Éthiopie (CBCE) s'adressent aux responsables de toutes les institutions catholiques de la Corne de l'Afrique pour leur demander de faciliter les collectes le premier jour de la semaine de prière.

Selon les membres du CBCE, les fonds collectés dans le cadre de l'initiative lancée par le Conseil interreligieux d'Éthiopie (IRCE) doivent être acheminés vers les personnes déplacées à l'intérieur du pays.

"Nous demandons à tous les diocèses et à toutes les paroisses de savoir qu'une semaine de prière est officiellement déclarée du 6 au 10 septembre 2021 et, en particulier, le 6 septembre, tous les bureaux seront fermés et tous les fidèles prieront dans leurs paroisses respectives en implorant Dieu pour sa providence paternelle", indiquent les évêques catholiques dans la déclaration signée par le président du CBCE, le cardinal Berhaneyesus Souraphiel.

Ils ajoutent : "Toutes les collectes en nature et en argent lors de la journée de prière seront envoyées aux personnes déplacées à l'intérieur du pays dans diverses régions de notre pays." 

Advertisement

Les évêques catholiques font appel aux membres du clergé en Éthiopie "pour motiver les fidèles à générer un soutien pour nos sœurs et frères vivant dans des abris."

Ils demandent également au clergé de veiller à ce que toutes les mesures préventives du COVID19 soient respectées lors de la célébration eucharistique du 6 septembre.  

La nation de la Corne de l'Afrique connaît une instabilité causée par de violents affrontements depuis novembre de l'année dernière. 

La violence a éclaté dans la région du Tigré le 4 novembre lorsque les forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont lancé une attaque contre la base de l'armée du gouvernement fédéral éthiopien.

Depuis lors, des milliers de personnes ont été tuées et plus de cinq millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence en raison de la violence qui s'est étendue à l'Afar voisin, un État régional situé dans le nord-est de l'Éthiopie et habité par le peuple Afar.

More in Afrique

Séparément, des violences ethniques ont éclaté dans la région d'Oromia, dans le pays, lorsque des hommes armés affiliés à l'Armée de libération oromo (OLA), un groupe rebelle, sont arrivés le 18 août après le retrait des forces de sécurité de Gida-Kirimu, dans la région occidentale.

Selon la Commission éthiopienne des droits de l'homme (EHRC), les rebelles ont tué plus de 210 personnes, rapporte Al Jazeera.

En juillet, les évêques catholiques d'Éthiopie ont exprimé leur "angoisse et leur douleur" face aux violences en cours.  

"En tant que pasteurs, nous ne pouvons que ressentir l'angoisse et la douleur que traverse la population", ont déclaré les évêques catholiques dans leur déclaration du 21 juillet. 

Pendant ce temps, des délégués de l'Association des Conférences épiscopales membres d'Afrique de l'Est (AMECEA) ont rendu une visite de solidarité au Président de la CBCE.

Advertisement

Dans un rapport partagé avec ACI Afrique le 27 août, la délégation de l'AMECEA a "délivré un message de solidarité" au Cardinal Souraphiel le 20 août.

Le conflit violent en cours, a déclaré la délégation de l'AMECEA, a créé une situation d'instabilité, qui a "un effet évident" sur toutes les nations membres de l'AMECEA. 

"La situation affecte la région non seulement parce que l'Église catholique éthiopienne est membre de la conférence, mais aussi en raison des interdépendances géopolitiques, économiques, sociales et religieuses", auraient déclaré les responsables de l'AMECEA lors de leur visite du 20 août. 

Les délégués ont assuré le président du CBCE "qu'ils seront unis dans les prières et par tous les moyens possibles pour être avec l'Eglise d'Ethiopie et son peuple."

Les délégués ont également assuré les dirigeants de l'Église catholique en Éthiopie que "les pays membres de l'association accompagnent toujours le peuple éthiopien dans leurs prières et sont également disposés à prendre une part active à la construction de la paix, aux réconciliations et aux processus de guérison psychosociale".