Advertisement

Les dirigeants chrétiens du Nigeria condamnent la violence sexiste et appellent à une "action collective"

Les dirigeants chrétiens du Nigeria ont exprimé leur condamnation de la violence sexiste et ont appelé à une "action collective" pour mettre fin à ce vice qui semble cibler les femmes et les filles.

"L'abus des petites filles et des personnes vulnérables ne doit plus se poursuivre à notre époque", a déclaré mardi 7 septembre le président national de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), le révérend Samson Ayokunle.

Le président de la CAN, qui s'exprimait à la fin du sommet de deux jours des chefs traditionnels et religieux du Nord sur l'élimination de la violence fondée sur le genre et des pratiques néfastes, a souligné la nécessité de mettre fin à la violence fondée sur le genre "sous toutes ses formes... pour que notre pays progresse". ”

"Toutes les formes de violence fondée sur le genre sont épouvantables au 21ème siècle. Nous devrions tous nous lever ensemble pour les éradiquer", a déclaré le révérend Ayokunle à la fin du sommet organisé par la Fondation Sultan pour la paix et le développement à Abuja.

Il a ajouté : "Notre société sera meilleure grâce à notre action collective dans cette direction. ”

Advertisement

Les parents masculins et les chefs religieux doivent être à la hauteur de leur rôle de gardiens de la coutume, de la tradition et de la foi pour sauvegarder les droits des femmes et des filles, a déclaré le dirigeant chrétien nigérian. 

S'exprimant également lors de l'événement du 7 septembre, le sultan de Sokoto et président général du Conseil suprême des affaires islamiques du Nigeria, Muhammadu Sa'ad Abubakar, a souligné la nécessité pour le gouvernement d'aller au-delà de la promulgation de lois et de renforcer la sensibilisation à la violence fondée sur le sexe.

"Chacun doit comprendre que la violence à l'égard des femmes et des filles est inacceptable et ne sera plus tolérée", a déclaré le dirigeant musulman.

Il a poursuivi en suggérant que "le gouvernement, au niveau de la communauté, devrait mettre en place un registre des délinquants sexuels pour nommer et faire honte aux auteurs et mettre fin à l'impunité entourant la violence fondée sur le sexe".

"Le gouvernement devrait également mettre en place et financer au moins un centre de réponse à la violence liée au sexe et un abri avec du personnel payé par le gouvernement et des liens efficaces avec d'autres services de soutien dont les survivants pourraient avoir besoin ", a déclaré le Sultan.

More in Afrique

Il a également exhorté le gouvernement nigérian à "créer au moins un laboratoire médico-légal dans chaque zone géopolitique du pays afin de soutenir les poursuites judiciaires dans les affaires de violence liée au sexe".

De son côté, le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo, a exhorté "toutes les parties prenantes à prendre des mesures pratiques pour protéger la population vulnérable, en particulier les femmes et les filles."

"Les gens utilisent la religion pour commettre toutes sortes de choses mauvaises, mais les deux religions que sont le christianisme et l'islam condamnent la violence contre les femmes", a déclaré le vice-président.

S'adressant aux chefs traditionnels et aux chefs religieux du Nord, M. Osinbajo a déclaré : "Vous êtes les gardiens de la société et très respectés dans vos communautés."

"Donc, si vous voulez prendre des mesures contre les auteurs de violences à l'encontre des femmes et des filles, nous pouvons avoir une meilleure société et obtenir de meilleurs résultats dans la lutte contre la menace de la violence sexiste à laquelle nous sommes confrontés", a ajouté le dirigeant nigérian.

Advertisement