Advertisement

Aujourd'hui, 9 septembre, nous célébrons saint Pierre Claver

Le 9 septembre, l'Église catholique célèbre saint Pierre Claver, un missionnaire jésuite qui a passé sa vie au service des esclaves africains amenés contre leur gré en Amérique du Sud au XVIIe siècle.

Pierre Claver est né dans une famille d'agriculteurs de la région espagnole de Catalogne en 1581. Il a étudié à l'université de Barcelone dans sa jeunesse et a rejoint les Jésuites en tant que novice à l'âge de 20 ans.

Alors qu'il étudiait la philosophie à Tarragone, Peter s'est lié d'amitié avec un frère jésuite laïc plus âgé, Alphonsus Rodriguez. Bien qu'Alphonse passait ses journées à faire des travaux subalternes comme portier, il avait une grande perspicacité en matière spirituelle et encouragea Pierre à devenir missionnaire dans les colonies espagnoles. Le pape Léon XIII canonisera les deux hommes le même jour, près de deux siècles plus tard.

En 1610, Pierre Claver, devenu prêtre, arrive à Carthagène, une ville portuaire de l'actuelle Colombie. Malgré les condamnations répétées de l'esclavage par le pape Paul III au cours du siècle précédent, les colons européens ont continué à importer des esclaves africains, souvent vendus par leurs propres dirigeants, pour travailler dans les plantations et les mines. Ceux qui survivaient au voyage en bateau pouvaient s'attendre à être exploités à mort par leurs maîtres.

Pierre était déterminé à sacrifier sa propre liberté pour apporter une aide matérielle et le salut éternel aux esclaves africains, conformément à son vœu de devenir "l'esclave des Noirs pour toujours". Le jeune prêtre a pris et tenu cette résolution malgré ses propres problèmes de santé (aggravés par le climat tropical de Carthagène) et la barrière linguistique entre lui et la population qu'il servait.

Advertisement

De nombreux fonctionnaires royaux espagnols à Carthagène ont apprécié le travail de Claver et ont contribué à l'aide aux esclaves et à leur éducation religieuse. Les marchands d'esclaves, en revanche, considéraient le prêtre et ses interprètes comme une nuisance. Pendant ce temps, certains expatriés espagnols qui recherchaient le prêtre en raison de sa sainte réputation, refusaient d'entrer dans la même église ou dans le même confessionnal que les esclaves noirs.

Afin d'exercer son ministère auprès des locuteurs d'une langue étrangère, Claver a souvent utilisé des représentations picturales des vérités catholiques. Il communiquait également par le biais de la générosité et de l'amour, en donnant à manger et à boire aux ouvriers malades et en leur rendant visite lors d'épisodes de maladie souvent mortels.

"Nous devons leur parler avec nos mains, raisonnait-il, avant d'essayer de leur parler avec nos lèvres".

Conformément à son vœu d'"esclavage", Pierre survit avec des quantités minimales de nourriture et de sommeil. Sa vie d'humilité et de pénitence a donné lieu à des événements miraculeux, comme lorsqu'il guérissait les malades d'un simple toucher de sa cape ou qu'il apparaissait entouré d'une lumière surnaturelle lors de ses visites à l'hôpital.

L'œuvre de saint Pierre Claver s'est achevée avec sa mort, le 8 septembre 1654. Il avait baptisé et enseigné la foi à plus de 300 000 esclaves au cours de ses quatre décennies à Carthagène.

More in Afrique

Lors du synode du Vatican pour l'Afrique en 2009, l'archevêque de Carthagène, Jorge Enrique Jiménez Carvajal, a déploré le fait que sa ville ait été le centre d'un "commerce horrible".

Mais il a parlé avec gratitude du fait que cette même ville était devenue la maison d'un "grand témoin de la sainteté", "l'apôtre des esclaves, dont le corps repose dans notre cathédrale, qui a vécu pour les protéger et les conduire vers la foi" dans laquelle ils pouvaient faire l'expérience de l'amour de Dieu.