Advertisement

Le gouvernement ougandais reçoit un ultimatum pour répondre à la pétition contre la fermeture des églises

La Cour constitutionnelle de l'Ouganda a donné au gouvernement dirigé par le président Yoweri Museveni dix jours pour répondre à une requête contestant la fermeture des lieux de culte dans le cadre des restrictions COVID-19.

Les chefs religieux et certains membres du parlement de ce pays d'Afrique de l'Est ont intenté un procès au gouvernement à la suite de la suspension du culte en personne en août. 

"Vous êtes par la présente tenu de déposer une réponse dans un délai de dix (10) jours après que la pétition vous a été signifiée", déclare le greffier de la Cour constitutionnelle dans la pétition adressée au procureur général de l'Ouganda. 

Le greffier ajoute que si le procureur général ne répond pas à la pétition constitutionnelle qui lui a été signifiée le 6 septembre, "le pétitionnaire peut poursuivre la pétition qui peut être déterminée en votre absence".

Le 5 août, l'Alliance Defending Freedom, ADF International, une organisation confessionnelle de défense juridique, a exprimé son soutien au procès intenté contre le pays au sujet de la suspension du culte en personne.

Advertisement

"Le gouvernement doit trouver des moyens de protéger la santé publique, tout en respectant le droit de vivre sa foi en communauté avec d'autres personnes", a déclaré Sean Nelson, conseiller juridique pour la liberté religieuse dans le monde pour ADF International. 

Selon M. Nelson, la suspension du culte public, qui a été réimposée par le président Museveni le 30 juillet, est discriminatoire car les lieux de commerce du pays sont ouverts au public. 

"Les personnes de foi ne sont pas plus contagieuses que leurs pairs - il n'y a pas de raison claire pour qu'une grande et spacieuse église soit forcée de fermer, mais les centres commerciaux et les arcades sont ouverts", a déclaré le responsable de l'ADF, ajoutant qu'"il n'y a pas de raison claire pour que les groupes de foi aient dû franchir des obstacles opérationnels plus élevés tout au long de cette année que les lieux de commerce."

Le chef de l'État ougandais a annoncé une levée partielle du verrouillage après 42 jours, suite aux recommandations des membres du National Covid Taskforce et du Scientific Advisory Committee, rapporte Daily Monitor, une publication ougandaise.

Le président Museveni a également donné l'autorisation aux conducteurs de motos commerciales de circuler en transportant un passager.

More in Afrique

Il a également annoncé que les établissements d'enseignement, à l'exception des écoles de médecine, et les lieux de culte, resteraient fermés pour les rassemblements en personne pendant une période de 60 jours.

Dans un rapport publié le 8 septembre, le porte-parole des musulmans de la division de Nakawa, dans la capitale ougandaise, Kampala, déclare que les gens doivent être autorisés à se rassembler pour pratiquer leur culte en personne dans le pays.

"Les personnes croyantes ne doivent pas faire l'objet de discrimination. Si aller au centre commercial et manger au restaurant est autorisé, les gens ne devraient pas être empêchés de visiter les lieux de culte", aurait déclaré Tomusange Ismael.

Il ajoute : "Pour beaucoup, le culte communautaire fait partie intégrante de leur foi. Il est inacceptable qu'ils soient privés de ce droit."

Pour sa part, Agnès Namaganda se félicite du procès intenté contre le gouvernement, affirmant que l'interdiction du culte public est rendue possible par des "restrictions draconiennes".

Advertisement

"Nous nous félicitons de ce nouveau défi devant la Cour constitutionnelle, qui exerce une pression supplémentaire sur le gouvernement pour qu'il fasse respecter nos droits fondamentaux", déclare Mme Namaganda et ajoute : "Mon église, soutenue par ADF International, cherche à mettre fin à ces restrictions draconiennes devant la Haute Cour afin de rétablir la liberté de culte en Ouganda."