Advertisement

Pape François: Nous avons besoin de "créativité de l'Évangile", pas d'un "catholicisme défensif"

Le pape François s'adresse aux évêques, aux prêtres, aux religieux, aux séminaristes et aux catéchistes dans la cathédrale Saint-Martin de Bratislava, en Slovaquie, le 13 septembre 2021 / Papal trip pool. Le pape François s'adresse aux évêques, aux prêtres, aux religieux, aux séminaristes et aux catéchistes dans la cathédrale Saint-Martin de Bratislava, en Slovaquie, le 13 septembre 2021 / Papal trip pool.

Le pape François a déclaré lundi aux catholiques de Slovaquie que l'Église devait répondre à la sécularisation par la "créativité de l'Évangile", et non par "un catholicisme défensif".

S'adressant au clergé et aux laïcs dans la cathédrale Saint-Martin de la capitale, Bratislava, le 13 septembre, le pape a encouragé les catholiques à s'inspirer des saints Cyrille et Méthode, qui ont traduit la Bible en langue slave.

"N'est-ce pas ce dont la Slovaquie a également besoin aujourd'hui ? Je m'interroge. N'est-ce pas peut-être la tâche la plus urgente à laquelle l'Église est confrontée devant les peuples d'Europe : trouver de nouveaux 'alphabets' pour proclamer la foi ?", a-t-il demandé.

"Nous sommes les héritiers d'une riche tradition chrétienne, et pourtant, pour beaucoup de gens aujourd'hui, cette tradition est une relique du passé ; elle ne leur parle plus et n'affecte plus la façon dont ils vivent leur vie."

"Face à la perte du sens de Dieu et de la joie de la foi, il est inutile de se plaindre, de se cacher derrière un catholicisme défensif, de juger et de blâmer le mauvais monde. Non, nous avons besoin de la créativité de l'Évangile."

Advertisement

Le pape de 84 ans, qui effectue son premier voyage international depuis qu'il a subi une opération chirurgicale en juillet, semblait à l'aise lorsqu'il a prononcé son discours diffusé en direct dans la plus grande église de la capitale, située sous l'imposant château de Bratislava.

Des évêques, des prêtres, des religieux, des séminaristes et des catéchistes slovaques ont écouté sur des casques la traduction en direct du discours, que le pape a prononcé en italien, s'arrêtant fréquemment pour faire des remarques à bâtons rompus sur des sujets aussi variés que l'écrivain russe Fyodor Dostoïevski ou l'importance des homélies courtes.

Il a déclaré : "C'est la première chose dont nous avons besoin : une Église qui puisse marcher ensemble, qui puisse parcourir les chemins de la vie en tenant haut la flamme vivante de l'Évangile."

"L'Église n'est pas une forteresse, un château fort, un château élevé, autosuffisant et regardant le monde d'en bas."

"Ici, à Bratislava, vous avez un château et c'est un beau château. L'Église, cependant, est une communauté qui cherche à attirer les gens au Christ avec la joie de l'Évangile - pas le château. Elle est le levain du Royaume d'amour et de paix de Dieu dans notre monde".

More in Afrique

Il a déclaré que l'Église doit s'efforcer d'être humble, comme Jésus.

"Comme est grande la beauté d'une Église humble, une Église qui ne se tient pas à l'écart du monde, regardant la vie avec un regard détaché, mais qui vit sa vie au sein du monde", a-t-il dit.

"Vivre au sein du monde, ne l'oublions pas : partager, marcher ensemble, accueillir les questions et les attentes des gens. Cela nous aidera à sortir de notre égocentrisme, car le centre de l'Église (...) n'est pas l'Église. "

Il poursuit : "Nous devons nous immerger dans la vie réelle des gens et nous demander : quels sont leurs besoins et leurs attentes spirituelles ? Qu'attendent-ils de l'Église ? Il me semble important d'essayer de répondre à ces questions."

Il a proposé trois mots pour aider à guider les catholiques : liberté, créativité et dialogue.

Advertisement

Il a noté que beaucoup de gens avaient peur de la liberté, disant : "Nous préférons nous débrouiller en faisant ce que les autres -- peut-être les masses, ou l'opinion publique, ou les choses que les médias nous vendent -- décident pour nous. Cela ne devrait pas être le cas. Et aujourd'hui, nous faisons si souvent les choses que les médias décident pour nous."

Il a rappelé l'épisode biblique dans lequel les Israélites ont demandé s'il valait mieux vivre en servitude en Égypte, avec une garantie d'oignons, que d'errer épuisés dans le désert.

Il a également fait référence à l'histoire du Grand Inquisiteur dans le chef-d'œuvre de Dostoïevski "Les Frères Karamazov", qui reprochait à Jésus de donner la liberté aux humains, insistant sur le fait que ce dont ils avaient besoin était du pain.

Il a déclaré : "Parfois, dans l'Église aussi, cette idée peut s'installer. Il vaut mieux que tout soit bien défini, qu'il y ait des lois à respecter, de la sécurité et de l'uniformité, plutôt que d'être des chrétiens responsables et des adultes qui réfléchissent, consultent leur conscience et se laissent remettre en question. C'est le début de la casuistique, toute réglée..."

"Dans la vie spirituelle et ecclésiale, nous pouvons être tentés de rechercher un ersatz de paix qui nous console, plutôt que le feu de l'Évangile qui nous dérange et nous transforme. Les oignons sécurisés de l'Égypte s'avèrent plus confortables que les incertitudes du désert."

"Pourtant, une Église qui n'a pas de place pour l'aventure de la liberté, même dans la vie spirituelle, risque de devenir rigide et renfermée sur elle-même. Certaines personnes peuvent être habituées à cela. Mais beaucoup d'autres - surtout les jeunes générations - ne sont pas attirés par une foi qui ne leur laisse aucune liberté intérieure, par une Église dans laquelle tous sont censés penser de la même manière et obéir aveuglément."

Il poursuit : "Chers amis, n'ayez pas peur de former les gens à une relation mature et libre avec Dieu. Cette relation est importante."

"Peut-être cela nous donnera-t-il l'impression que nous diminuons notre contrôle, notre pouvoir et notre autorité, pourtant l'Église du Christ ne cherche pas à dominer les consciences et à occuper les espaces, mais plutôt à être une 'source' d'espérance dans la vie des gens."

Le pape a exhorté les évêques et les prêtres à être attentifs au besoin de liberté de leurs ouailles alors que le pays connaît des changements rapides.

"Pour cette raison, je vous encourage à contribuer à les libérer d'une religiosité rigide", a-t-il dit. "Sortez de tout ça, et laissez-les grandir librement".

"Personne ne devrait se sentir accablé. Chacun devrait découvrir la liberté de l'Évangile en entrant progressivement dans une relation avec Dieu, confiant dans le fait qu'il peut apporter son histoire et ses blessures personnelles en sa présence sans crainte ni prétention, sans ressentir le besoin de protéger sa propre image."

"Pouvoir dire : 'Je suis pécheur', mais le dire sincèrement, ne pas se frapper la poitrine et continuer ensuite à croire que nous sommes justes. La liberté."

" Que la proclamation de l'Évangile soit libératrice, jamais oppressive. Et que l'Église soit un signe de liberté et d'accueil."

Le pape François a rappelé avoir reçu une lettre d'un évêque se plaignant du représentant du pape dans son pays.

La lettre disait : "Nous avons été 400 ans sous les Turcs et nous avons souffert. Puis 50 ans sous le communisme et nous avons souffert. Mais les sept années avec ce nonce ont été pires que les deux autres".

Le pape a commenté : "Je me demande parfois : combien de personnes peuvent dire la même chose de l'évêque qu'elles ont ou du curé de leur paroisse ? Combien de personnes ? Non, sans liberté, sans paternité, les choses ne marchent pas."

Après avoir réfléchi à la nécessité de la créativité, le pape François a appelé le clergé à limiter les homélies à environ 10 minutes -- un point qu'il a souvent évoqué depuis son élection en 2013.

Cet appel spontané a incité le public à applaudir. Lorsque le bruit s'est calmé, le pape a observé que les applaudissements avaient commencé parmi un groupe de religieuses, qui, a-t-il plaisanté, "sont victimes de nos homélies."

Soulignant la nécessité du dialogue, le pape a fait référence à un épisode de la vie du cardinal slovaque Ján Chryzostom Korec, décédé en 2015. Lorsqu'il a mentionné le nom du cardinal, il a suscité une nouvelle salve d'applaudissements nourris.

Le pape a déclaré : "C'était un cardinal jésuite, persécuté par le régime [communiste], emprisonné et condamné aux travaux forcés jusqu'à ce qu'il tombe malade. Lorsqu'il est venu à Rome pour le Jubilé de l'an 2000, il s'est rendu dans les catacombes et a allumé un cierge pour ses persécuteurs, implorant la miséricorde pour eux."

"C'est l'Évangile. C'est cela l'Évangile. Il grandit dans la vie et dans l'histoire par un amour humble et patient."