Advertisement

Le nouveau gouvernement joindra-t-il le geste à la parole ? s’interrogent les Jésuites en Zambie

Les membres du Jesuit Centre for Theological Reflection (JCTR), basé en Zambie, ont félicité le président Hakainde Hichilema (HH) pour son premier discours devant le 13e Parlement, qui a " frappé les bons codes ", mais, en se référant aux discours précédents, ils se sont demandé si HH allait tracer une nouvelle voie et " joindre le geste à la parole ". 

"Le discours de HH était brillant et a touché les bons codes dans tous les domaines. Mais les Zambiens ont déjà eu droit à des discours brillants auparavant. HH et son équipe seront-ils différents ? HH et son équipe vont-ils joindre le geste à la parole ? ", demandent les universitaires jésuites dans leur déclaration du lundi 13 septembre, signée par le directeur exécutif du JCTR, le père Alex Muyebe.

Les responsables du JCTR ajoutent : "La nation est prête à accorder à la nouvelle administration le bénéfice du doute, car les gens attendent de voir comment ces idées brillantes vont être mises en œuvre avec des objectifs clairs qui seront périodiquement mesurés par toutes les parties prenantes."

Dans son discours du 10 septembre intitulé "Creating a United, Prosperous and Equitable Zambia, Restoring Economic Growth and Safeguarding Livelihoods" (Créer une Zambie unie, prospère et équitable, restaurer la croissance économique et sauvegarder les moyens de subsistance), HH a promis de renforcer les efforts de lutte contre la corruption, a souligné le plan de relance économique de son gouvernement pour le pays et s'est engagé à favoriser la démocratie, entre autres promesses. 

Dans la déclaration du 13 septembre, les responsables de la JCTR déclarent : "Du point de vue de la dimension de la foi et de la justice sociale, il y a beaucoup de choses dans le discours de HH qui appellent à une réflexion plus approfondie." 

Advertisement

"Tout Zambien de bonne volonté doit saluer la constance de HH dans son appel à l'unité et à la coexistence pacifique.  Un appel à l'unité d'un point de vue ethnique et géocentrique souligne que nous sommes unis malgré la diversité de l'ethnie, de la race ou du lieu d'origine", déclarent les responsables de l'institution de recherche. 

Ils ajoutent : "L'unité à laquelle les Zambiens aspirent sous la nouvelle administration est une équité socio-économique où le gâteau national de ce pays richement doté est partagé par tous les Zambiens."

Dans ce contexte, ce qui nous divise n'est pas seulement la diversité ethnique ou l'affiliation politique, mais aussi les disparités socio-économiques qui ont divisé un peuple en deux sociétés, celle des "nantis" et celle des "démunis", affirment les responsables de la JCTR. 

Ils ajoutent que les déclarations du nouveau président sur les questions de gouvernance "sont très rassurantes."

"La politique de tolérance zéro à l'égard de la corruption sous toutes ses formes est progressive et s'accompagne d'une orientation politique claire grâce à l'introduction de mécanismes de recouvrement rapide des biens volés et de tribunaux spécialisés dans la corruption et les crimes économiques", affirment les universitaires jésuites.     

More in Afrique

Ils ajoutent que la promesse du président de mettre fin aux dépenses publiques excessives et d'améliorer la gestion de la dette et la transparence "est un programme très progressiste, car diverses parties prenantes ont fait pression sans relâche en ce sens depuis 2016."    

Ils ajoutent que la promesse du nouveau gouvernement de respecter l'État de droit et la séparation des pouvoirs entre les branches du gouvernement "est très progressiste étant donné que la constitution actuelle donne trop de pouvoir à l'exécutif et, ce faisant, sape la séparation des pouvoirs."

"En ce qui concerne les réformes constitutionnelles, disent les universitaires jésuites, la promesse de relancer le processus d'élargissement de la Déclaration des droits pour y intégrer les droits culturels, sociaux et économiques est certainement un programme très progressiste, bien qu'il n'y ait aucune allusion à une éventuelle feuille de route pour y parvenir." 

Dans la déclaration du 13 septembre, les responsables de la JCTR affirment que les Zambiens n'attendent "rien de moins du 8e plan de développement national, qui est promis comme un programme de transformation économique robuste qui répondra à la vision nationale et aux aspirations des citoyens".

" L'appétit de la nation est maintenant aiguisé, et le peuple zambien attend avec impatience la présentation du budget national 2022 pour voir comment les mesures politiques décrites dans le discours du président commenceront à être actualisées ", déclarent les universitaires jésuites en Zambie.

Advertisement