Advertisement

La confession est le "sacrement de la joie" : Le pape François aux jeunes catholiques de Slovaquie

Le pape François a déclaré mardi aux jeunes catholiques slovaques que la confession est un "remède infaillible" pour les moments où ils se sentent déprimés.

S'exprimant au stade Lokomotiva de Košice, dans l'est de la Slovaquie, le 14 septembre, le pape a conseillé aux jeunes qui se sentent abattus de recevoir le sacrement.


Répondant à une question de Petra Filová, une étudiante de 29 ans, sur la façon de surmonter les obstacles pour rencontrer la miséricorde de Dieu, il a dit : "Aujourd'hui, il y a tant de forces perturbatrices, tant de personnes prêtes à blâmer tout et tout le monde, des propagateurs de négativité, des râleurs professionnels."

"Ne leur prêtez pas attention, non, car le pessimisme et la plainte ne sont pas chrétiens. Le Seigneur déteste la morosité et le statut de victime. Nous ne sommes pas faits pour être abattus, mais pour regarder vers le ciel, vers les autres, vers la société."

"Mais lorsque nous nous sentons abattus -- car tout le monde dans la vie est un peu abattu à certains moments, nous connaissons tous cette expérience -- que devons-nous faire ? Il y a un remède infaillible qui peut nous remettre sur pied. Petra, c'est ce que tu as dit : La confession."

Advertisement


Le pape, âgé de 84 ans, qui effectue son premier voyage international depuis qu'il a subi une intervention chirurgicale en juillet, a commencé sa visite de quatre jours en Slovaquie le 12 septembre.

Il est arrivé dans le pays après une visite de sept heures à Budapest, en Hongrie voisine, où il a célébré la messe de clôture du 52e Congrès eucharistique international et rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

Le pape a pris la parole lors d'un rassemblement œcuménique dans la capitale slovaque, Bratislava, le soir de son arrivée.

Le 12 septembre, sa première journée complète dans le pays, il s'est adressé aux dirigeants politiques, a offert des encouragements à la communauté catholique et a visité un centre pour sans-abri géré par les religieuses de Mère Teresa dans la banlieue de la capitale.

Lors de son premier engagement public mardi, il a présidé une Divine Liturgie byzantine à Prešov, à 30 km au nord de Košice. Dans l'après-midi, il a rencontré des membres de la communauté rom minoritaire dans le district de Luník IX de Košice.

More in Afrique

Il s'est rendu directement de Luník IX au stade Lokomotiva, construit en 1970 et qui accueille habituellement des matchs de football.

L'événement, diffusé en direct, auquel ont assisté environ 25 000 jeunes exubérants, a commencé par une introduction de l'archevêque de Košice, Bernard Bober, suivie de trois témoignages.


Le pape a encouragé les jeunes à voir que c'est la miséricorde de Dieu, et non leurs péchés, qui est au cœur de la confession.

Il a déclaré : "Je vais vous donner un petit conseil : après chaque confession, restez assis quelques instants pour vous souvenir du pardon que vous avez reçu. Accrochez-vous à cette paix dans votre cœur, à cette liberté intérieure que vous ressentez ; pas vos péchés, qui n'existent plus, mais le pardon que Dieu vous a accordé, la caresse de Dieu le Père. Accrochez-vous à cela ; ne le laissez pas s'estomper."

"Et la prochaine fois que vous vous confesserez, souvenez-vous : je vais recevoir à nouveau l'étreinte qui m'a fait tant de bien. Je ne vais pas voir un juge pour régler des comptes, je vais voir Jésus qui m'aime et me guérit."

Advertisement

Il a ajouté : "Dans la confession, donnons à Dieu la première place. Si Dieu est le protagoniste, tout devient beau et la Confession devient le sacrement de la joie. Oui, la joie ; pas la peur et le jugement mais la joie".

Pendant que le pape parlait, il a été fréquemment interrompu par des applaudissements. Il a fait plusieurs pauses pour poser des questions à la foule, faisant parfois semblant de ne pas entendre leurs réponses pour qu'ils répondent plus fort.

Poursuivant sa réflexion, il a exhorté les prêtres qui entendent les confessions à être miséricordieux et jamais "curieux ou inquisiteurs."

À ceux qui sont gênés d'entrer dans le confessionnal, le pape a dit que le fait d'avoir honte était positif car il indiquait un regret.

"Avoir honte est un bon signe, mais comme tout autre signe, il vous demande de le dépasser", a-t-il dit. "Ne laissez pas la honte vous emprisonner, car Dieu n'a jamais honte de vous. Il vous aime à l'endroit même où vous vous sentez honteux. Et il vous aime toujours."

A ceux qui s'inquiètent de commettre toujours les mêmes péchés, il a dit : "Écoutez, Dieu est-il jamais offensé ? Est-il offensé si vous allez le voir et lui demandez pardon ? Non, jamais. Dieu souffre quand nous pensons qu'il ne peut pas nous pardonner, parce que c'est comme si nous lui disions : 'Ton amour n'est pas assez fort'."


Il poursuit : "Au contraire, Dieu se réjouit de nous pardonner, encore et encore. Chaque fois qu'il nous ramasse, il croit en nous comme si c'était la première fois. Il ne se décourage jamais. C'est nous qui nous décourageons, pas lui. Il ne nous qualifie pas de pécheurs : il nous voit comme des enfants à aimer. Il ne nous voit pas comme des causes perdues, mais comme des enfants aimés et souffrants ; et alors il éprouve d'autant plus de compassion et de tendresse."

"Et chaque fois que nous allons nous confesser - ne l'oubliez jamais - il y a une fête au ciel. Qu'il en soit ainsi aussi sur la terre".

Le pape a également répondu à une question sur la valeur de l'amour chaste, posée par Peter Lešak, un chef d'entreprise de 37 ans, marié et père de trois filles.

François a dit : "L'amour est notre plus grand rêve dans la vie, mais il n'est pas bon marché. Comme toutes les grandes choses de la vie, l'amour est beau, mais pas facile."

Si l'amour peut commencer par une émotion, a-t-il noté, il ne doit pas être réduit à un simple sentiment.

"L'amour ne consiste pas à tout avoir maintenant ; il ne fait pas partie de la culture du jetable d'aujourd'hui. L'amour est fidélité, don et responsabilité", a-t-il commenté.

"Aujourd'hui, être vraiment original et révolutionnaire signifie se rebeller contre la culture de l'éphémère, aller au-delà de l'instinct, de l'instant, et aimer avec chaque fibre de son être, pour le reste de sa vie."

Il a exhorté ses auditeurs à ne pas "se contenter de faire, mais à faire quelque chose de nos vies", en recherchant à la fois l'amour et l'héroïsme, comme Jésus lorsqu'il a donné sa vie sur la Croix.

Un portrait de la bienheureuse Anna Kolesárová au stade Lokomotiva. Vatican Media.
Portrait de la bienheureuse Anna Kolesárová au stade Lokomotiva. Médias du Vatican.
Le pape a également offert l'exemple d'une bienheureuse locale, Anna Kolesárová, qui a été béatifiée au stade Lokomotiva le 1er septembre 2018.

En mai de la même année, le pape François avait reconnu Kolesárová comme une martyre tuée "en haine de la foi."

Née dans l'actuelle Slovaquie orientale en 1928, elle a été tuée par un soldat soviétique ivre en 1944, vers la fin de la Seconde Guerre mondiale.

À l'époque, les troupes soviétiques traversaient le quartier de Kolesárová. Lorsqu'un soldat est entré chez elle et a trouvé la famille cachée, il a tenté de violer Kolesárová, la menaçant de mort si elle n'obéissait pas. Kolesárová a refusé, et le soldat l'a abattue devant sa famille.

Le pape a déclaré aux jeunes que Kolesárová, qui est décédée à l'âge de 16 ans, leur a appris à "viser haut", la décrivant comme une "héroïne de l'amour".

Il a ajouté : "S'il vous plaît, ne laissez pas vos vies passer comme autant d'épisodes d'un feuilleton. Et lorsque vous rêvez d'amour, ne cherchez pas d'effets spéciaux, mais réalisez que chacun de vous est spécial. Chacun d'entre nous est un cadeau et faites de la vie, de votre propre vie, un cadeau. Les autres, vos communautés, les pauvres, vous attendent."

Il a encouragé les jeunes à "rêver sans crainte" de fonder une famille et d'avoir des enfants.

Il les a exhortés à ne pas avoir honte de leurs fragilités, "car il y a quelqu'un là dehors prêt à les accepter et à les aimer, quelqu'un qui vous aimera tel que vous êtes."

Il a ajouté que, pour que l'amour soit fécond, il était essentiel que les jeunes se souviennent de leurs racines, en honorant leurs parents et, surtout, leurs grands-parents.

"Cultivez vos racines, rendez visite à vos grands-parents, cela vous fera du bien. Posez-leur des questions, prenez le temps d'écouter leurs histoires", a-t-il suggéré.

"Aujourd'hui, il y a un danger de grandir sans racines, car nous avons l'impression de devoir toujours être en mouvement, de tout faire dans l'urgence. Ce que nous voyons sur internet entre immédiatement dans nos foyers ; un seul clic et les gens et les choses apparaissent sur notre écran. Ces visages peuvent finir par devenir plus familiers que ceux de notre propre famille. Bombardés de messages virtuels, nous risquons de perdre nos véritables racines."

"Se déconnecter de la vie, ou fantasmer dans le vide, n'est pas une bonne chose, c'est une tentation du malin. Dieu veut que nous soyons solidement ancrés, connectés à la vie. Jamais fermés, mais toujours ouverts à tous".

Enfin, le pape a répondu à une question sur la façon dont les jeunes peuvent être encouragés à embrasser les croix dans leur vie. La question a été posée par Peter Liška, 33 ans, et sa femme, Lenka, 35 ans, qui ont trois enfants.

Dans son témoignage, M. Liška a décrit sa jeunesse troublée et une maladie de cinq ans à l'âge adulte qui ne s'est dissipée qu'après que la famille a reçu une relique de la bienheureuse Anna Kolesárová.

Le pape a déclaré : "Lorsque nous sommes embrassés, nous reprenons confiance en nous-mêmes et aussi en la vie. Permettons-nous donc d'être embrassés par Jésus. Car lorsque nous embrassons Jésus, nous embrassons à nouveau l'espoir".

Il a ajouté : "Lorsque nous embrassons Jésus, la joie renaît. Et la joie de Jésus, dans la douleur, se transforme en paix. Plus que tout, je veux cette joie pour vous. Je veux que vous l'apportiez à vos amis. Pas des sermons, mais de la joie. Apportez la joie. Pas des mots, mais des sourires, une proximité fraternelle".

Il a exhorté les jeunes à prier pour lui, puis a fait réciter le Notre Père à la foule.

Le 15 septembre, dernier jour de son séjour en Slovaquie, le pape célébrera la messe à la basilique de Notre-Dame des Sept Douleurs à Šaštín, dans l'ouest de la Slovaquie.

La basilique abrite une image vénérée de Notre-Dame des Sept Douleurs, la patronne de la Slovaquie, qui a attiré des pèlerins tels que Mère Teresa et Saint Jean-Paul II.

La visite du pape coïncidera avec la fête de Notre-Dame des Douleurs.