Advertisement

"Même dans le collège des cardinaux, il y a des négationnistes" : Le pape François sur les vaccins COVID-19

Le pape François s'exprime lors d'une conférence de presse en vol depuis la Slovaquie, le 15 septembre 2021. Vatican Media. Le pape François s'exprime lors d'une conférence de presse en vol depuis la Slovaquie, le 15 septembre 2021. Vatican Media.

Lors d'une conférence de presse en vol, le pape François a déclaré que "même au sein du Collège des cardinaux, il y a des négationnistes", à propos des vaccins COVID-19.

Le pape répondait à une question posée par un journaliste à la fin de sa visite de quatre jours en Slovaquie et en Hongrie le 15 septembre.

Le journaliste a noté que l'exigence initiale selon laquelle seules les personnes entièrement vaccinées pouvaient prendre part aux événements de la visite papale avait suscité une controverse en Slovaquie.

Il a rappelé que le pape avait décrit le fait de recevoir le vaccin COVID-19 comme un "acte d'amour" et a demandé comment il était possible pour des chrétiens aux opinions contrastées d'être unis sur cette question.

Le pape a répondu : "L'humanité a une histoire d'amitié avec les vaccins. Quand nous étions enfants, nous en recevions pour la rougeole, pour d'autres choses, pour la polio. Tous les enfants étaient vaccinés et personne ne disait rien".

Advertisement

"Puis ceci [l'opposition] est arrivé. C'était peut-être dû à la virulence, à l'incertitude non seulement sur la pandémie, mais aussi sur les différents vaccins, et aussi à la réputation de certains vaccins qui ne sont rien d'autre que de l'eau distillée. Cela a créé la peur chez les gens. Puis d'autres qui disent que c'est un danger parce qu'avec le vaccin on est infecté. Autant d'arguments qui ont créé cette division".

Il poursuit : "Même au sein du collège des cardinaux, il y a des négationnistes et l'un d'entre eux, le pauvre, est hospitalisé avec le virus."

Le pape faisait peut-être référence au cardinal Raymond Burke, qui a été placé sous respirateur en août après avoir été testé positif au coronavirus.

Le cardinal américain de 73 ans n'est pas le seul cardinal à avoir contracté le COVID-19.

Le cardinal Philippe Ouedraogo du Burkina Faso et le cardinal Angelo De Donatis, vicaire général du diocèse de Rome, ont tous deux été testés positifs et se sont rétablis du COVID-19 en mars 2020.

More in Afrique

Le cardinal Gualtiero Bassetti, président de la conférence épiscopale italienne, a été hospitalisé avec le virus en novembre 2020. Le cardinal Jean-Claude Hollerich du Luxembourg a été testé positif en janvier, tout comme le cardinal hondurien Óscar Rodríguez Maradiaga en février.

Après avoir été débranché du respirateur et transféré de l'unité de soins intensifs à une chambre d'hôpital, le cardinal Burke a remercié Dieu de l'avoir amené à un "point de guérison et de rétablissement".

Connu pour son franc-parler et sa défense du catholicisme traditionnel, le cardinal Burke a dirigé l'archidiocèse de Saint-Louis et le diocèse de La Crosse, dans son État natal du Wisconsin.

Il a été préfet de la Signature apostolique de 2008 à 2014. Le pape François l'a nommé membre du Tribunal suprême de la Signature apostolique en 2017.

LifeSiteNews a rapporté en mai 2020 que Burke a affirmé dans une causerie en ligne qu'il n'est "jamais moralement justifié de développer un vaccin en utilisant des lignées cellulaires de fœtus avortés."

Advertisement

Il a ajouté que le cardinal a déclaré que la vaccination ne devrait pas être imposée aux citoyens "de manière totalitaire" et a évoqué la possibilité d'implanter des micropuces sous la peau des gens, leur permettant d'être "contrôlés par l'État en matière de santé et sur d'autres sujets."

Le pape François, qui a reçu deux doses du vaccin COVID-19, en janvier et février, a encouragé à plusieurs reprises les catholiques à se faire vacciner et a promu la distribution équitable des vaccins dans le monde.

Dans un message d'intérêt public produit en collaboration avec le Conseil de la publicité en août, il a déclaré que se faire vacciner contre le COVID-19 était "un acte d'amour".

"Je prie Dieu pour que chacun d'entre nous puisse faire son propre petit geste d'amour, aussi petit soit-il, l'amour est toujours grand", a déclaré le pape dans le message d'intérêt public, publié le 17 août.

Le vaccin COVID-19 a été un sujet de controverse en Slovaquie, où, au 15 septembre, seule la moitié du pays était entièrement vaccinée contre le coronavirus, ce qui est bien inférieur aux 71 % d'adultes entièrement vaccinés dans l'ensemble de l'Union européenne.

Selon un sondage de l'Académie slovaque des sciences réalisé en juillet, 36 % des Slovaques ont déclaré ne pas vouloir recevoir le vaccin COVID, contre 30,9 % en mai. Le même mois, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le parlement slovaque pour protester contre d'éventuelles nouvelles règles concernant les vaccins.

En juillet, le ministre slovaque de la santé et la conférence des évêques catholiques ont annoncé que seules les personnes ayant été entièrement vaccinées seraient autorisées à assister aux événements organisés lors de la visite du pape François dans le pays, du 12 au 15 septembre.

Mais au début du mois de septembre, les autorités ont assoupli cette règle en autorisant également les personnes ayant récemment obtenu un résultat négatif au test de dépistage ou s'étant rétablies du COVID-19 au cours des 180 derniers jours à assister à la manifestation si elles s'inscrivent à l'avance.

Les médias locaux ont indiqué que les inscriptions aux événements papaux n'avaient atteint que 13 % de leur capacité, 57 000 personnes s'étant inscrites pour voir le pape au 2 septembre, dans un pays de 5,5 millions d'habitants, dont 62 % sont catholiques.

"Nous savions que cela poserait quelques problèmes", avait déclaré en août à CNA le père Martin Kramara, porte-parole de la conférence épiscopale slovaque, en référence à l'obligation de se faire vacciner.

Au moment où la décision a été prise, l'alternative proposée par les autorités était d'avoir un maximum de 1 000 personnes présentes à chaque événement, dans des espaces pouvant théoriquement accueillir jusqu'à 50 000 personnes, a déclaré M. Kramara. Il a ajouté que les évêques s'attendaient à ce que 100 000 personnes assistent à la messe de clôture du pape au sanctuaire national de Šaštín.

La participation à certains événements en Slovaquie a été plus faible que prévu, avec une estimation de 25 000 jeunes présents à un événement au stade Lokomotiva de Košice, soit la moitié de la capacité du stade, et environ 60 000 au sanctuaire national de Šaštín, qui pourrait accueillir 100 000 personnes comme prévu initialement.

En conclusion de sa réponse à la question sur le scepticisme à l'égard des vaccins, le pape a déclaré : " Je ne sais pas comment bien l'expliquer. Certains disent que cela vient de la diversité de la provenance des vaccins, qui ne sont pas suffisamment testés et ils ont peur. Nous devons clarifier et parler avec sérénité de cela. Au Vatican, tout le monde est vacciné, sauf un petit groupe qu'on étudie comment aider."