Advertisement

Le gouvernement guinéen doit "changer radicalement", selon un cardinal du Vatican

Le Cardinal Robert Sarah Le Cardinal Robert Sarah

La République ouest-africaine de Guinée, actuellement dirigée par des militaires à la suite d'un coup d'État au début du mois, doit "changer radicalement", a déclaré un cardinal du Vatican dans une lettre récente.

Dans la lettre diffusée le 17 septembre, le cardinal Robert Sarah, originaire de Guinée, déclare que le redressement et le développement recherchés par les militaires à l'origine de l'éviction du président Alpha Condé "ne pourront jamais voir le jour, si vous ne changez pas radicalement l'atmosphère et l'environnement du gouvernement guinéen."

"Notre pays a besoin d'une nouvelle génération de dirigeants politiques qui aiment leur pays et leurs concitoyens et unissent leurs forces pour la paix, l'unité et le développement des Guinéens, au lieu de les inciter à se haïr et à s'entretuer", déclare le cardinal Sarah dans sa lettre adressée à la direction de l'armée, le Comité national de réconciliation et de développement ou CNRD.

S'adressant aux responsables du CNRD, le Cardinal déclare : "Pour le bien de la Guinée, travaillez de toutes vos forces au renouvellement de la classe politique. Ne permettez pas aux leaders politiques d'abuser de notre peuple et de le manipuler en fonction de leurs intérêts égoïstes. ”

Le 5 septembre, des soldats mutinés en Guinée ont arrêté le président Condé après des heures de tirs nourris près du palais présidentiel dans la capitale du pays, Conakry. Les dirigeants militaires ont ensuite annoncé à la télévision d'État que le gouvernement avait été dissous.

Advertisement

Le colonel Mamady Doumbouya, qui a mené le coup d'État et se serait autoproclamé leader de la nation ouest-africaine, a déclaré aux ministres qui ont servi dans le gouvernement du président déchu Condé qu'il n'y aurait pas de chasse aux sorcières contre les anciens responsables.

"Annonçant le coup d'État le 5 septembre, l'ancien légionnaire français de 41 ans a déclaré que l'armée n'avait guère d'autre choix que de prendre le pouvoir en raison de la corruption endémique, du mépris des droits de l'homme et de la mauvaise gestion économique sous le président Alpha Condé, âgé de 83 ans", rapporte la BBC.

Le colonel Doumbouya aurait promis de former un gouvernement d'"union" en déclarant : "Une consultation sera lancée pour définir les grands paramètres de la transition, puis un gouvernement d'union nationale sera mis en place pour piloter la transition. "

À la suite du coup d'État du 5 septembre, la Communauté économique des nations de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a suspendu la Guinée le 8 septembre ; deux jours plus tard, l'Union africaine (UA) a fait de même. Les Nations unies (ONU) et l'Union européenne (UE) se sont jointes à des pays comme les États-Unis et la France pour condamner le coup d'État et demander la libération du président déchu, selon un rapport des médias.

Le 17 septembre, les dirigeants de la CEDEAO ont rencontré le colonel Doumbouya à Conakry afin de faire pression pour obtenir la libération du président Condé.

More in Afrique

Dans un communiqué publié à l'issue de la réunion, les chefs militaires auraient déclaré : "Nous ne céderons à aucune pression. Condé est et restera en Guinée. ”

Dans sa lettre de quatre pages datée du 13 septembre, le cardinal Sarah impute les difficultés du pays d'Afrique de l'Ouest à la politique d'ethnicité négative des dirigeants.

"Les dirigeants politiques guinéens qui ont dressé les groupes ethniques et les régions les uns contre les autres et divisé les Guinéens en partis politiques pour les opposer les uns aux autres devraient cesser cette pratique diabolique qui paralyse et détruit le pays", déclare le cardinal de 76 ans.

Le cardinal, qui a pris sa retraite en février comme préfet de la Congrégation du culte divin et de la discipline des sacrements, exhorte les responsables du CNRD à "utiliser votre intelligence et votre capacité d'analyse objective de notre histoire, de nos mentalités et de nos nombreuses erreurs".

"Soyez extrêmement sévères envers les militaires qui voudraient profiter de l'accession au pouvoir de l'armée pour s'enrichir aux dépens du peuple", met en garde le cardinal Sarah.

Advertisement

Il ajoute que depuis plus de cinquante ans, "la Guinée s'enfonce inexorablement dans les profondeurs du sous-développement et de la misère endémique, et le peuple de Guinée n'a subi que déception après déception."

"La corruption, la mauvaise gestion financière, l'absence totale de discipline morale et éthique, la médiocrité et l'incompétence chronique font que notre nation croupit dans la misère et la déchéance sociale", déplore le cardinal, archevêque de Conakry depuis décembre 1979.

"Aujourd'hui, vous avez créé les conditions pour que le pays s'interroge sur le chemin qu'il a suivi jusqu'à présent et qui n'a pas apporté le bonheur que les Guinéens espéraient. "Et de poursuivre : "La page est à nouveau blanche. Les Guinéens n'ont plus droit à l'erreur. Les bonnes paroles que vous avez prononcées doivent être transformées en actions concrètes pour construire une nouvelle Guinée."

Les chefs militaires "auront besoin de beaucoup de vérité et de courage, d'héroïsme et de détermination pour balayer tous les prédateurs invétérés de notre pays, corrompus et incompétents, qui ont accompagné les gouvernements de Sékou Touré, Lansana Conté, Moussa Dadis Camara et Alpha Condé, et qui se considèrent comme des éléments incontournables et inamovibles", déclare le cardinal guinéen.

Il exhorte les chefs militaires à "résister avec fermeté, sagesse et intelligence aux pressions de ceux dont le seul souci est de voir les processus politiques mis en œuvre le plus rapidement possible pour leurs intérêts égoïstes, et au détriment du peuple guinéen."

Avant d'envisager des élections présidentielles, le cardinal demande en outre aux chefs militaires de "jeter d'abord les bases d'une économie solide, d'une société unie, solidaire et capable de se développer par le travail."

Il appelle également les Guinéens qui ont acquis de hautes qualifications et des compétences professionnelles dans des structures internationales "à accepter de se donner la main, en oubliant leurs origines ethniques ou régionales, et à faire tous les sacrifices nécessaires pour sortir la Guinée de la catastrophe économique et des fractures sociales."

" J'implore le peuple de Guinée de changer radicalement de mentalité et d'habitudes et de se mettre au travail ", déclare le cardinal qui a servi dans les services du Vatican depuis 2001, et ajoute : " Je demande aux Guinéens de refuser qu'on les mette dans la rue pour manifester et s'inciter à tuer. ”

"Aucun gouvernement, aucun chef d'État, aucun leader politique ne vous apportera le bonheur sur un plateau d'or, sans votre travail réel et votre ferme détermination à sortir de la misère matérielle et morale", souligne le cardinal Sarah.