Advertisement

Une entité catholique pour la paix s'inquiète de la multiplication des tactiques de guerre des groupes armés au Cameroun

Lorsque la guerre a éclaté dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun en 2016, les militaires de ce pays d'Afrique centrale ont surtout engagé des "jeunes brandissant des catapultes" qui n'avaient aucune formation à la guerre.

Mais aujourd'hui, le gouvernement camerounais est confronté à des groupes armés non étatiques bien entraînés et lourdement armés qui ont lancé avec succès des offensives contre les forces gouvernementales, a déclaré la Fondation catholique Charité et Paix, l'Institut Denis Hurley pour la Paix (DHPI).

Dans un rapport partagé avec ACI Afrique le lundi 20 septembre, la direction de DHPI souligne les récentes attaques des membres des Forces de Restauration de l'Ambazonie (ARFs) contre les forces armées camerounaises et s'inquiète du fait que la situation ne peut "qu'empirer à moins que" le gouvernement ne trouve un meilleur moyen de résoudre le conflit.

"Le conflit armé dans les régions anglophones du Cameroun qui a commencé en 2016 avec une poignée de jeunes maniant des catapultes a évolué avec l'utilisation de fusils de Dane à des AK-47 et maintenant des IED (Improvised Explosive Devices)", indiquent les responsables du DHPI dans le rapport du 20 septembre.

Ils ajoutent : "Les groupes armés non étatiques, qui n'ont aucune formation militaire formelle, se sont maintenant auto-formés aux tactiques de guerre au fur et à mesure de l'escalade du conflit et peuvent maintenant lancer et exécuter une attaque soignée contre les militaires et capturer chaque détail en direct sur vidéo. C'est un signe que les choses ne feront qu'empirer, à moins que le gouvernement camerounais ne change la dynamique et n'appelle au dialogue."

Advertisement

Le DHPI a rapporté que lors de la dernière attaque des ARF, plus de 15 soldats de l'aile d'élite des forces de l'État connue sous le nom de BIR, l'acronyme français de Brigade d'intervention rapide, ont été tués le 16 septembre lorsque les militants ont attaqué leur base à Ngo-Ketunjia, un département de la province du Nord-Ouest au Cameroun.

L'incident, selon l'entité de paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC), a représenté la pire situation de pertes contre le gouvernement camerounais dans le conflit de cinq ans.

Le DHPI rapporte que l'opération du 16 septembre a été exécutée par les ARF sous le commandement du maréchal autoproclamé No-Pity qui a mené d'autres offensives contre l'armée gouvernementale ainsi que d'autres attaques contre des civils innocents dans le pays. 

"Toute la population du Cameroun et d'ailleurs a été stupéfaite par les images vidéo montrant deux camions blindés militaires tombés dans une embuscade tendue par les FAR susmentionnées. Des scènes très gores montrent les deux camions en flammes tandis que les corps mutilés des forces armées sont dépouillés de leur équipement et que des tonnes d'armes sont extraites de l'opération", racontent les responsables de l'entité caritative qui surveille le conflit dans les régions anglophones du Cameroun.

"Cette attaque a eu lieu sur l'autoroute Bamenda-Ndop-Kumbo, dans le village de Bamessing précisément", rapporte l'organisation, qui ajoute : "Elle a suscité une vive consternation, même chez les plus indifférents à ce conflit. Nombreux sont ceux qui ont condamné ces attaques, la majorité des gens appelant le gouvernement camerounais à ordonner un cessez-le-feu et à appeler au dialogue."

More in Afrique

La fondation rapporte également que l'attaque du 16 septembre a été lancée une semaine après une offensive tout aussi sanglante qui a vu sept soldats tués par une bombe artisanale à Kikaikilaki-Kumbo, dans le nord-ouest du Cameroun.

Le DHPI a regretté que le gouvernement camerounais tente de cacher au public les violations flagrantes des droits de l'homme commises par les deux parties et de donner l'impression que la situation est sous contrôle.

Cependant, selon l'entité de paix de la SACBC, des vies civiles et militaires continuent d'être perdues quotidiennement dans les régions du Cameroun en proie à des conflits. 

Pendant ce temps, l'entité qui surveille l'évolution des conflits dans un certain nombre d'autres pays africains a condamné l'annonce d'un verrouillage de 17 jours, du 15 septembre au 2 octobre, dans certaines parties des régions anglophones du Cameroun, affirmant que seuls les civils innocents souffrent lorsque les forces opposées dans le pays s'engagent dans la lutte pour le pouvoir.

Le verrouillage a été baptisé "le verrouillage Guterres", du nom de l'actuel secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres.

Advertisement

Les responsables du DHPI rapportent que le verrouillage a été prononcé par la direction de la lutte pour l'indépendance de l'Ambazonie basée aux Etats-Unis et qu'il est imposé en consultation avec les ARF sur le terrain.

Les raisons de ce verrouillage seraient d'envoyer un message fort à l'Assemblée générale de l'ONU qui se tient à New York, où le Cameroun présentera dans son rapport que la normalité est revenue dans les deux régions anglophones et que l'année académique 2022/2023, qui a débuté le 6 septembre, s'est déroulée sans encombre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest déchirées par la guerre. 

Les instructions relatives au verrouillage précisent en outre que les vendredis, samedis et dimanches sont ouverts à la circulation dans les villes pour permettre aux habitants de se procurer des produits de première nécessité. La circulation est strictement limitée aux taxis et aux motos commerciales ou okadas, comme on les appelle localement.

Cependant, selon les responsables du DHPI, certaines factions des combattants de l'Ambazonie ont dénoncé le verrouillage, affirmant qu'il va entraîner des souffrances indicibles pour la population civile qui a déjà eu plus que sa part de souffrance à cause de la crise pendant ces cinq années. 

Le DHPI rapporte que le 15 septembre, les gens sont restés à l'intérieur dans les grandes villes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, "probablement par crainte de représailles et dans le but d'évaluer la situation." 

Selon la fondation, le début du verrouillage de 17 jours, le 15 septembre, a été renforcé par le meurtre d'une jeune fille et la blessure de quatre autres personnes dans un bus sur l'autoroute Kumba-Buea.

Les responsables du DHPI signalent que le bus a été pris dans un échange de tirs entre les forces gouvernementales et les ARF, la jeune fille ayant été tuée sur place par une balle perdue et les quatre autres passagers ayant subi de graves blessures par balle.

La première semaine du "lockdown de 17 jours de Guterres" a été observée dans toutes les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, indique le DHPI, qui ajoute : "Les gens ont respecté et respecteront la deuxième semaine du lockdown, non par conviction mais plutôt par peur de l'inconnu."

"Le confinement signifie que les activités religieuses seront limitées aux week-ends et que les écoles resteront fermées pendant toute la durée du confinement", note l'organisation.

La direction du DHPI a insisté sur le fait que c'est la population locale qui est prise au milieu de la lutte pour le contrôle entre le gouvernement camerounais et les leaders de la lutte pour l'indépendance de l'Ambazonie qui sont soutenus par leurs forces ADF.

"Quand sera-t-il plus clair pour le régime (du président) Biya que l'option militaire pour la crise n'est pas et ne résoudra jamais la situation ?", posent les responsables du DHPI, et ajoutent : "Un dialogue inconditionnel et inclusif entre le gouvernement du Cameroun et les parties prenantes reste la voie la plus pratique pour résoudre la crise."