Advertisement

Une organisation caritative catholique documente les expériences douloureuses des victimes de Boko Haram au Nigeria

Pendant des années, Jeraiva s'est battu pour chasser de son esprit les images déchirantes de ses plus jeunes frères brûlés à mort alors qu'ils dormaient dans leur maison à Bauchi, un État du nord du Nigeria.

Jeraiva (ce n'est pas son vrai nom) reste parfois éveillé dans son lit toute la nuit et se souvient du jour fatidique de 2014 où, à seulement 14 ans, des milices armées ont attaqué son village, incendiant les maisons et tuant toutes les personnes qu'elles rencontraient. Les familles ont été séparées et depuis huit ans que ce jeune homme de 22 ans séjourne au Home for the Needy, dans l'État du Bénin au Nigeria, il n'a jamais rencontré aucun membre de sa famille qui aurait pu survivre à l'attaque.

Au début du mois, Jeraiva a déclaré à l'Institut Denis Hurley pour la paix (DHPI), une organisation caritative catholique, que c'était en fait un miracle qu'il ait survécu à l'attaque et qu'il ait fui vers le sud pour rejoindre l'installation destinée aux personnes déplacées par les militants de Boko Haram et les bergers fulanis dans le nord.

"La façon dont je suis arrivé ici est un miracle", a-t-il dit, et il a ajouté : "Toute ma maison, pas seulement moi, mais les maisons de nombreuses personnes ont été perquisitionnées et brûlées et nous n'avions plus aucune sécurité. Les membres de ma famille ont fui dans différentes directions... Tout le monde était livré à lui-même."

"Ils ont brûlé ma maison et deux de mes plus jeunes enfants ont été brûlés vifs dans la maison, parce que lorsque tout le monde s'est enfui, les deux enfants dormaient encore dans la maison. Les gens ont donc mis le feu à notre maison et les deux enfants sont morts brûlés vifs", se souvient Jeraiva.

Advertisement

Quelques jours plus tard, il a appris que sa mère et certains de ses frères et sœurs avaient été enlevés avec d'autres villageois et étaient retenus en captivité dans la tristement célèbre forêt de Sambisa.

À 14 ans, Jeraiva s'est préparé à l'énorme tâche qui l'attendait, celle d'affronter le vaste monde et de se prendre en charge.

"J'essayais toujours de survivre ; je ne connaissais personne ; je me déplaçais d'un endroit à l'autre ; je mangeais tout ce que je pouvais trouver et je dormais n'importe où, même dans les buissons."

Il n'avait pas d'argent et se déplaçait d'une communauté à l'autre, se souvient-il, ajoutant : " Je ne me suis jamais installé nulle part avant que les militants ne viennent et ne chassent les gens, détruisant les maisons, mutilant les hommes et emmenant les femmes avec eux. ”

"Avec ce mouvement, j'ai vu beaucoup de choses, notamment des cadavres et j'ai ressenti beaucoup de peur. J'ai été sérieusement traumatisé. En fait, je pensais que je deviendrais fou après ce que j'ai vu", raconte Jeraiva à l'entité de paix de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC).

More in Afrique

Dans le récit que les dirigeants de DHPI ont partagé avec ACI Afrique, Jeraiva ajoute : " Pendant une longue période, je me réveille la nuit et j'ai des flashbacks de ce que j'ai vu, ce qui me fait très peur. Je n'ai pas eu de nouvelles de ma famille, d'un frère ou d'un parent, j'étais tout seul."

Heureusement, Jeraiva a rencontré un pasteur qui lui a parlé d'un endroit qui accueillait les enfants ayant vécu des expériences comme la sienne, où ils avaient quelque chose à manger, un endroit pour dormir et des personnes à appeler famille.

L'endroit ressemblait au paradis pour le garçon. Il dit : "La sécurité était mon ultime désir. Je ne savais pas comment je pouvais me rendre à cet endroit. Je n'avais pas de téléphone ; je n'avais aucun moyen de communication ; il n'y avait que le pasteur. Alors, j'ai décidé de m'approcher du pasteur et je lui ai dit que je voulais aller avec lui à cet endroit."

Malheureusement, le bus qui transportait les gens vers le sud était plein et Jeraiva a donc dû attendre longtemps avant de se glisser dans une voiture qui l'a conduit au Home for the Needy dans l'État du Bénin en octobre 2014.

Pour la plupart des personnes qui arrivent au Foyer, le désir de trouver enfin la paix a été insaisissable car elles continuent à lutter contre les expériences traumatisantes qu'elles ont toutes vécues.

Advertisement

Si nous dormons tous la nuit, tout le monde se réveille et commence à crier ; les rêves et les traumatismes arrivent la nuit ; tout le monde commence à crier "ils arrivent, ils arrivent", et cela a causé beaucoup de problèmes au camp", raconte Jeraiva, ajoutant que grâce au soutien psychosocial informel fourni au camp, ses souvenirs douloureux ont commencé à s'estomper.

Mais d'autres défis, tels qu'une grave pénurie alimentaire et le manque de médicaments, persistent pour les milliers de personnes déplacées qui ont trouvé un nouveau foyer dans le camp.

"Actuellement dans le camp, ce n'est pas que nous avons une pénurie de nourriture, nous n'avons pas de nourriture, et c'est là le problème. Nous demandons parfois de l'aide aux gens, venez à notre secours, venez nous aider, nous n'avons pas de quoi manger", raconte le jeune homme de 22 ans.

"Quand les gens viennent au camp et apportent un peu de nourriture, c'est ce que nous mangeons pour tout le camp", dit-il, et il ajoute : "Le principal problème que nous avons actuellement dans le camp est la nourriture et le financement de notre éducation."

Selon lui, il est fréquent que les réfugiés, en particulier les enfants, soient atteints de malaria et de fièvre dans le camp, qui est très infesté de moustiques et ne dispose que d'une seule clinique mal équipée.

L'entité de paix SACBC, qui surveille l'évolution de la violence dans un certain nombre de pays africains, a largement rendu compte de la situation au Nigeria, que l'organisation catholique a décrite comme "une tempête qui se prépare".

Au cours des deux premières semaines de septembre, le DHPI a envoyé un représentant au Nigeria pour évaluer la situation, notamment l'occupation des terres par les Fulanis dans le sud-est de la nation ouest-africaine.

Le camp de déplacés de Benin City, qui accueille des personnes déplacées, principalement de l'État de Borno, qui ont fui les attaques de Boko Haram, a été visité. Des villages du diocèse d'Ekulobia, qui couvre l'État d'Anambra, l'une des régions les plus touchées par les attaques des Peuls, ont également été visités.

Le représentant de l'organisation catholique a recueilli les récits poignants de personnes qui ont tout perdu à cause des militants de Boko Haram et des bergers fulanis armés, notamment une mère dont le mari et le fils de cinq mois ont été massacrés sous ses yeux.

La femme, encore traumatisée, a déclaré au représentant du DHPI qu'elle n'avait pas vu ses autres enfants, qui avaient également fui, depuis des années.

Le pasteur Solomon Folorunsho, coordinateur du Home for the Needy, a déclaré au représentant du DHPI que le camp, créé en 1992 pour offrir un foyer aux enfants des rues, aux enfants vulnérables et aux orphelins, prend aujourd'hui en charge plus de 3 000 personnes déplacées et enfants.

"Entre 1992 et 2012, plus de 700 personnes vivaient avec nous et il était très difficile de les nourrir ; elles mangeaient à peine une fois par jour, puis nous avons créé une école pour elles ; elles vont à l'école le ventre vide", raconte le pasteur Folorunsho.

Le pasteur nigérian poursuit : " Et en 2013, nous avons reçu des appels de chrétiens déplacés dans le nord-est du Nigeria, qui ont été chassés de leurs maisons par des terroristes appelés Boko Haram ; leurs parents ont été tués, leurs mères violées et assassinées. ”

Le pasteur Folorunsho a également appris que les enfants qui ont pu s'échapper ont fini dans la brousse, les forêts, et certains se sont noyés dans les rivières.

D'autres encore mangeaient du sable et des feuilles pour survivre après avoir marché pendant des centaines de kilomètres, indique le pasteur.

"Depuis lors, plus de 3 000 personnes déplacées ont afflué du nord-est vers cet endroit", dit-il, ajoutant que les victimes de l'insurrection qui arrivent dans l'établissement ont toutes subi des expériences profondément traumatisantes.

"Quand ils sont arrivés, ils étaient tellement traumatisés, ils avaient peur, ils ne faisaient confiance à personne, ils avaient peur de tout, chaque bruit les faisait courir", raconte le pasteur Folorunsho.

"Dormir la nuit était un grand, grand, grand défi ; en fait, dans la nuit, ils rêvaient et voyaient les choses qui leur étaient arrivées avant, puis ils commençaient à courir, pensant qu'ils étaient encore dans les lieux et il y avait du vacarme", dit-il.

Le pasteur ajoute : " Nous avons donc appris à faire de la garde de nuit, nous ne dormons pas, nous veillons ; en fait, pendant plus d'un an, voire deux ans, c'était terrible pour nous tous qui nous occupions d'eux. ”

"Rien ne nous a préparés à cela ; nous nous étions occupés d'enfants violés, négligés, rejetés, mais rien ne nous a préparés à des enfants qui ont vu le sang couler, qui ont vu des meurtres, qui ont vu des viols, qui ont vu des enlèvements ou l'incendie de leurs maisons", raconte-t-il.

Outre les problèmes d'alimentation et de santé, les enfants du foyer ont également du mal à accéder à l'éducation en raison des installations limitées.

"Imaginez 20 enfants utilisant un seul manuel scolaire... Parmi ces enfants, nous avons aujourd'hui 97 étudiants dans différentes universités du Nigeria qui étudient la médecine, le droit, l'ingénierie, et bien d'autres choses encore, et chacun d'entre eux veut devenir quelqu'un", déclare le pasteur.

Il poursuit en parlant des enfants du foyer : "Certains veulent devenir missionnaires, d'autres médecins, avocats, mais le défi est maintenant de savoir comment les nourrir. La faim est un problème majeur dans ce centre, nourrir les enfants est un défi. ”

Le représentant de la DHPI a déclaré que la visite du camp Home for the Needy, où plus de 5 000 personnes déplacées luttent pour survivre, était "une expérience déchirante".

"Il y a des risques sanitaires partout", rapporte la fondation pour la paix, ajoutant que le camp ne compte que six toilettes à partager entre tous, sans eau potable et avec seulement quelques forages.

Il n'y a pas non plus de maisons officielles et chacun est obligé de s'arranger pour dormir avec les matériaux qu'il peut trouver et qui tiennent tous sous les quelques toits disponibles dans le camp, ce qui augmente le risque d'infections et les risques sanitaires, indique la direction du DHPI dans un rapport partagé avec ACI Afrique.

En outre, il existe un centre de santé, qui ne dispose d'aucun matériel médical ni d'aucun traitement, notamment du fait que personne ne possède la formation appropriée.

"Il y a un besoin désespéré de programmes de formation et de volontaires à mettre en œuvre dans le camp pour les besoins médicaux et pédagogiques, car il y a un manque d'enseignants, ce qui laisse les enfants sans accès à l'éducation de base", déclare la direction de DHPI.

Selon la fondation caritative catholique, les coordinateurs du camp ont également besoin d'une formation en matière de soins psychosociaux, car de nombreuses personnes arrivent au camp avec des traumatismes dus à des expériences passées et ont besoin de soins appropriés.