Advertisement

Un film catholique de Nollywood confirme le triomphe du bien sur le mal au milieu de la persécution chrétienne

Ceux qui ont regardé "L'Oratoire", un film qui raconte l'histoire de Saint Don Bosco, le fondateur des Salésiens de Don Bosco (SDB), ont parlé d'un film révolutionnaire dont la fin heureuse confirme que le bien triomphe toujours du mal, surtout dans le contexte de la persécution contre les chrétiens.

Le film, le tout premier film catholique du Nigéria sur le cinéma mondial, a été projeté dans la capitale de la République d'Irlande, Dublin, le 10 septembre, et doit être diffusé dans plus de 16 villes sur quatre continents, dont Londres, Turin, Rome, Lagos, Abuja, Congo, Paris et Nairobi.

Dans une interview accordée à ACI Afrique, le producteur exécutif de "L'Oratoire", le père Cyril Odia, a déclaré que les personnes à l'origine du film avaient déjà reçu un accueil enthousiaste, les spectateurs saluant un film qui non seulement suscite l'espoir chez les chrétiens persécutés, mais aborde également les défis de la pastorale des jeunes aujourd'hui et souligne le rôle important des femmes dans l'Église.

"Le film a reçu une réponse très positive et réconfortante de la part de deux catégories de spectateurs.  De la part des missionnaires catholiques qui sont rentrés chez eux en Europe, la fin positive de l'histoire confirme le désir que le bien l'emporte toujours sur le mal, surtout à la lumière de la persécution chrétienne actuelle", partage le Père Cyril avec ACI Afrique.

Il ajoute : "Pour d'autres spectateurs, le film donne de l'espoir sur la mission catholique auprès des jeunes et des pauvres qui n'ont souvent que peu ou pas d'espoir dans les politiciens. Beaucoup ont obtenu une validation de l'idée que la religion a beaucoup de capacité à apporter un changement social."

Advertisement

Il y a également eu des remarques critiques de la part des spectateurs qui se sont demandés si le film n'était pas un signal d'alarme pour les prêtres et les chefs religieux afin de revoir leur approche pastorale des défis de la pastorale des jeunes aujourd'hui, dit le prêtre SDB d'origine nigériane.

Pourtant, selon le père Cyril, les spectateurs ont compris le rôle central des femmes dans l'histoire, qui, selon lui, est "intelligemment dépeint par les personnages féminins et la musique du film". Ainsi, selon le prêtre salésien basé à Dublin, le film soutient la dimension féminine de l'Église.

Selon une publication de l'AgenziaInfoSalesiana, le film dépeint l'histoire de saint Don Bosco dans un contexte nigérian contemporain et se caractérise par "un style amusant, stimulant, convaincant, formateur et éducatif".

Le film, selon le service d'information des SDB, est un must pour toute personne intéressée par l'histoire de Saint Don Bosco et engagée dans le bien-être des jeunes.

Le film met en vedette Rich Lowe Ikenna, un acteur américain d'origine nigériane et panaméenne - centraméricaine, et Enyinna Nwigwe, un acteur nigérian qui a joué dans plus de 30 films de cinéma, dont Novembre noir, où il a tenu un rôle principal aux côtés de grands acteurs hollywoodiens comme Kim Basinger, Mickey Rourke, Akon, Wyclef Jean et Anne Heche.

More in Afrique

Un synopsis que le Père Cyril a partagé avec ACI Afrique est celui du Père Michael Simmons (Rich Lowe Ikenna), un prêtre catholique américain envoyé de Turin, en Italie, dans une paroisse catholique huppée d'Ikoyi dans l'archidiocèse de Lagos au Nigeria.

À son arrivée, le jeune prêtre têtu s'intéresse de plus près à la situation des enfants des rues du bidonville voisin, Makoko.

Cependant, pour atteindre les enfants désespérés non scolarisés, il doit marcher sur les plates-bandes de sa paroisse d'accueil. Il doit également affronter Shuga, le dangereux caïd de Makoko qui retient les garçons des rues dans une servitude criminelle.

S'inspirant de saint Jean Bosco et des missionnaires salésiens, le père Michael doit tout mettre en jeu, y compris sa propre sécurité, pour créer l'Oratoire et trouver le but de sa vie dans un environnement étrange et précaire.

Les salésiens, une congrégation fondée par saint Don Bosco, sont arrivés en Algérie, en Afrique du Nord, en 1891. En 1893, les Filles de Marie Auxiliatrice (FMA - Sœurs Salésiennes) ont également commencé leur apostolat en Afrique avec un centre en Algérie.

Advertisement

Aujourd'hui, dans la région Afrique-Madagascar, il y a trois Provinces et 10 Vice-provinces de l'Institut religieux missionnaire, cinq évêques catholiques SDB, 1.721 membres profès et 155 novices de la Congrégation dans une quarantaine de pays africains.

Le père Cyril a expliqué à ACI Afrique que l'aspect théologique du film est basé sur la spiritualité salésienne de la mission auprès des jeunes.

"Étant un théologien de la pastorale, le père Cyril présente une inculturation africaine du charisme salésien dans un contexte local", a déclaré le prêtre salésien à son sujet, et il a ajouté : "La collaboration avec le Vatican comme l'un des lieux de tournage du film conserve le contexte universel de la mission catholique, mais se concentre immédiatement sur une réalité africaine actuelle de jeunes en situation de pauvreté et de danger à Lagos, l'une des villes les plus peuplées d'Afrique."

Le film est produit et réalisé par le réalisateur nigérian Obi Emelonye, avec Rich Lowe Ikenna dans le rôle principal.

Réalisé en anglais, italien, latin et pidgin nigérian, le film, qui a été tourné à Rome, Turin, Atlanta et Lagos, dure une heure et 27 minutes.

Il s'agit d'une idée du père Cyril, actuel recteur de St Catherine, la maison salésienne de théologie, de l'université de Maynooth dans l'archidiocèse de Dublin, en Irlande.

Dans l'interview accordée à ACI Afrique, le Père Cyril a noté que le film, le premier film catholique du Nigeria sur le cinéma mondial, introduit la franchise cinématographique de Nollywood dans une nouvelle dimension qui était attendue depuis longtemps.

Cette culture, a-t-il dit, devrait se développer en un ministère catholique des médias, conformément aux meilleures pratiques du secteur et aux opportunités qu'il offre pour la catéchèse, l'emploi des jeunes et les possibilités d'investissement.

Le père Cyril, théologien en pastorale et directeur spirituel qualifié, est le délégué à la pastorale des jeunes pour les salésiens en Irlande et l'aumônier du Maynooth Educational Campus.

Il est titulaire d'une maîtrise en leadership et en soins pastoraux de la Dublin City University et d'un doctorat en théologie et en éducation religieuse du Mary Immaculate College de l'université de Limerick.

Le prêtre nigérian est un musicien et l'auteur d'un livre sur le programme d'enseignement de la religion chrétienne et la théologie pastorale dans les écoles secondaires.

En 2009, le père Cyril a créé la station de radio Don Bosco FM dans la paroisse de Tonj, dans le diocèse de Rumbek au Sud-Soudan, dans le cadre du réseau de radio catholique soudanais (CRN) et de la radio Don Bosco Nigeria Youth Online.

Le père Cyril a également été directeur des jeunes salésiens au Nigeria, au Soudan et au Sud-Soudan, et aumônier des jeunes du diocèse catholique de Rumbek.

L'Agenzia Info Salesiana rapporte que 200 personnes ont assisté à la première du film à Dublin, le nombre maximum autorisé en raison des restrictions liées à la pandémie, parmi lesquelles des salésiens, des amis et de nombreux Nigérians résidant en Irlande, ainsi que le nonce apostolique en Irlande, l'archevêque Jude Thaddeus Okolo, originaire du Nigeria.

Pour faire connaître le film catholique, deux premières ont été organisées le 20 novembre à Lagos et le 27 novembre à Abuja, explique le père Cyril à ACI Afrique, et ajoute que la société de production du film, dirigée par le directeur du film, Obi Emelonye, est en conversation avec des distributeurs et des partenaires qui veulent s'engager dans le film.

Commentant plus avant l'impact envisagé du film catholique, le père Cyril note que le film sera "une nouvelle plateforme pour la mission, l'interprétation spirituelle et la sensibilisation aux vocations" pour les membres des SDB qui exercent actuellement leur ministère en Afrique.

Il indique à ACI Afrique que les sous-titres italiens et français du film sont terminés et que d'autres pourraient suivre en temps voulu pour faciliter la projection du film sur le continent.