Advertisement

La procréation n'est pas "le seul but du mariage" : Prêtre catholique sud-africain

La procréation n'est pas la seule raison du mariage, a déclaré un prêtre catholique d'Afrique du Sud lors de la campagne de sensibilisation au mariage menée par la Conférence des évêques catholiques d'Afrique du Sud (SACBC).

Dans une présentation virtuelle, jeudi 23 septembre, le père Zithulele Madlala a déclaré : "Certaines personnes ont mal compris les enseignements de l'Église en affirmant que la procréation est le seul but du mariage. ”

Il a précisé : "Selon les enseignements de l'Église catholique, le mari et la femme peuvent être incapables d'avoir des enfants, mais cela ne signifie pas que leur mariage est invalide, comme le soutiennent certaines cultures."

Pour ceux dont le mariage a été béni avec des enfants, ils ont des responsabilités qui vont audelà de la simple naissance de ces enfants, a noté le Père Madlala.

"Aujourd'hui, lorsque nous examinons ce type de compréhension, elle est différente de celle que nous avions auparavant. L'attention portée aux enfants est le noyau où les enfants de la foi s'épanouissent le mieux, car les parents sont responsables des soins, répondant aux besoins spirituels et physiques de leurs enfants", a ajouté le prêtre sud-africain.

Advertisement

Les parents doivent donc subvenir aux besoins de leurs enfants et leur apprendre à vivre une vie ancrée dans la foi et la morale catholiques, a déclaré le prêtre sud-africain lors de la session du 23 septembre de la campagne de sensibilisation au mariage, animée par l'archevêque Zolile Mphambani et le père Mthembeni Dlamini.

"Il est également important que les couples mariés comprennent ce que l'Église catholique enseigne réellement sur les multiples buts du mariage", a déclaré le membre du tribunal interdiocésain d'Afrique du Sud, ajoutant que le partenariat entre le mari et la femme doit être caractérisé par l'amour humain et l'amour du Christ sur son église, c'est le but du mariage.

Se référant au Can. 1055, le père Madlala a affirmé que le partenariat à vie est naturellement ordonné au bien des conjoints, à la procréation et à l'éducation de la progéniture, aspects, a-t-il ajouté, qui ont été élevés par le Christ Seigneur à la dignité de Sacrement entre les baptisés.

Les couples qui pratiquent une parentalité responsable sont prudents et généreux dans leur union conjugale et maintiennent une ouverture à la vie tout en prenant en considération le bien des enfants potentiels et la nature limitée des ressources naturelles, a ajouté le prêtre catholique.

"Les deux dimensions de l'union conjugale, l'une unitive et l'autre procréative, ne peuvent être séparées artificiellement sans porter atteinte à la vérité la plus profonde de l'acte conjugal luimême", a-t-il noté, ajoutant qu'à travers leur propre expérience, les conjoints apprennent le sens de la paternité et de la maternité responsables.

More in Afrique

Le père Madlala a expliqué que les conjoints peuvent également apprendre la parentalité responsable à partir de l'expérience d'autres couples dans des situations similaires.

" Le sujet de la parentalité responsable a été largement traité dans les documents duconcile VaticanII ", a encore dit le prêtre catholique, ajoutant : " Aux yeux de Dieu, les parents ont une grande responsabilité envers leur famille. ”

En tant que co-créateurs avec Dieu, les parents ont la responsabilité de décider du nombre d'enfants dont ils peuvent s'occuper en coopérant avec Dieu dans cette noble tâche, a-t-il ajouté, faisant référence à l'enseignement social catholique.

Dieu a ordonné aux hommes et aux femmes d'engendrer des enfants pour remplir la terre, et les a également rendus responsables des besoins physiques, émotionnels et spirituels des enfants, a déclaré le père Madlala, et a mis en garde : "Les parents sont capables d'assumer ces responsabilités lorsque le nombre d'enfants est raisonnable et gérable."

Les parents ne doivent pas se reproduire sans réfléchir, avoir de nombreux enfants et ne pas leur donner les soins qu'ils méritent", a ajouté le prêtre catholique lors de son discours virtuel du 23 septembre.

Advertisement

Il a ensuite exhorté les couples à envisager une procréation responsable, affirmant qu'engendrer des enfants dont la dignité ne sera pas respectée est pratiquement un péché, que la "population soit faible ou élevée". ”

"Les couples doivent discuter et prendre des décisions ensemble concernant le nombre d'enfants dont ils peuvent être en mesure de s'occuper pleinement", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "La parentalité responsable présente de nombreux avantages, non seulement pour les enfants mais aussi pour les parents, la société et l'Église."

La parentalité responsable, a déclaré le père Madlala, consiste à donner aux enfants une chance de grandir dans un environnement propice à un développement sain, spirituel, moral et social.

Une éducation responsable, a-t-il dit, "aide les parents à devenir de meilleurs modèles pour leurs enfants, à les élever avec intégrité, à devenir de bons citoyens capables de faire des choix moraux appropriés et à devenir eux-mêmes de bons parents à l'avenir".

Faisant référence au lien qui existe entre la mère et l'enfant à naître, le père Madlala a déclaré que la paternité et la maternité supposent avant l'existence d'une interaction de sujets autonomes. 

"Cela est tout à fait évident dans le cas d'une mère lorsqu'elle conçoit un nouvel être humain, le 1er mois de présence de l'enfant dans le ventre de sa mère entraîne un lien particulier, qui possède déjà une signification éducative propre", a déclaré le prêtre sud-africain.

Avant même de donner naissance, la mère ne donne pas seulement forme au corps de l'enfant mais aussi, de manière indirecte, à sa propre personnalité, a-t-il ajouté.

Dans l'éducation des enfants, a dit le père Madlala, l'amour conjugal s'exprime comme un authentique amour parental. Selon lui, " chaque individu né et élevé dans une famille constitue un trésor potentiel, qui doit être accepté de manière responsable afin qu'il ne diminue pas ou ne se perde pas. ”

"Si les parents sont des maîtres d'humanité pour leurs propres enfants, ceux-ci apprennent l'humanité d'eux. Tout cela fait clairement ressortir la structure organique de la famille et révèle le sens fondamental du quatrième commandement", a déclaré le prêtre catholique sud-africain.