Advertisement

L'anniversaire de l'indépendance du Nigeria : "un mélange de louanges et de douleurs" : Un évêque catholique

Le 61e anniversaire de l'indépendance de la nation ouest-africaine du Nigeria est célébré avec des sentiments mitigés de "louange et de douleur", a déclaré un évêque catholique nigérian. 

Dans un message publié par Catholic Focus Nigeria à l'occasion du jour de l'indépendance du Nigeria, vendredi 1er octobre, Mgr Emmanuel Adetoyese Badejo affirme que le sentiment de douleur est dû aux tribulations que connaissent les Nigérians, tandis que la joie provient du fait que le pays a encore "beaucoup de choses à chérir". 

"Le Nigeria à 61 ans est un sac mixte de louanges et de douleurs, de délices et d'illusions. Les gloires du Nigeria appartiennent à Dieu, ses échecs, à nous, les êtres humains. Loué soit le Dieu vivant", dit Mgr Badejo. 

L'évêque nigérian ajoute que si les échecs du pays "sont très graves", le peuple de Dieu dans la nation la plus peuplée d'Afrique "ne peut pas désespérer, car Dieu est impliqué au Nigeria". 

Le Nigeria connaît "des violations flagrantes et continues des droits des personnes et de la justice sociale", déclare l'évêque du diocèse d'Oyo au Nigeria, ajoutant qu'il faut "beaucoup de détermination" pour relever les défis auxquels le pays est confronté.  

Advertisement

La nation ouest-africaine connaît l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram a débuté dans le but de transformer le pays en un État islamique.

L'insécurité a été aggravée par l'implication des bergers Fulani, majoritairement musulmans, également appelés milices Fulani, qui se heurtent fréquemment aux agriculteurs chrétiens.

Dans sa réflexion sur l'anniversaire de l'indépendance, l'évêque Badejo plaide en faveur de la responsabilité en déclarant : "Dans l'état actuel des choses au Nigeria, nous devons tous travailler dur pour être responsables nous-mêmes et demander des comptes à nos dirigeants. "

Il ajoute : "Les violations flagrantes et continues des droits des personnes et de la justice sociale nécessiteront beaucoup de détermination, de travail et de volonté politique pour y remédier. Sans cela, nous ne pourrons pas trouver le chemin."

L'Ordinaire du diocèse d'Oyo, qui est également président du Comité épiscopal panafricain pour les communications sociales (CEPACS), appelle les Nigérians à adopter "le fair-play et l'équité" afin de parvenir à la paix. 

More in Afrique

"Nous devons trouver le courage nécessaire pour récompenser l'excellence et punir la criminalité", ajoute l'évêque catholique qui est à la tête du diocèse d'Oyo depuis novembre 2009.

Les Nigérians doivent "restructurer notre vision du monde et notre mentalité féodale archaïque afin de voir la lumière et la vérité qui nous sortiront du bourbier actuel", poursuit-il. 

"Il y a encore beaucoup de choses à chérir et à sauver au Nigeria, ce qui ne peut se faire que par un bon leadership et une adhésion sans compromis au respect des droits de l'homme et de l'État de droit. Rien de tout cela ne nous dépasse en tant que Nigérians", déclare l'évêque de 60 ans.

"Bonne indépendance, Nigeria, levons-nous et rayonnons", déclare Mgr Badejo dans sa réflexion du 1er octobre. 

Dans un message publié à la veille de l'indépendance, Mgr Alfred Adewale Martins, de l'archidiocèse catholique de Lagos, a déclaré que la célébration de l'autonomie dans ce pays d'Afrique de l'Ouest était "une sorte de miracle".

Advertisement

"C'est en effet une sorte de miracle que, malgré toutes ces anomalies à travers le pays, nous soyons encore ici pour marquer l'indépendance de cette année", a déclaré Mgr Adewale. 

À l'occasion du 61e anniversaire de l'indépendance du pays, l'archevêque catholique a ajouté que les Nigérians "doivent remercier Dieu pour le don de la vie et pour le maintien de la cohésion du pays, malgré les atrocités commises par des criminels de toutes sortes".