Advertisement

Un évêque catholique qualifie de "nettoyage ethnique" les massacres perpétrés par les bergers fulanis au Nigeria.

Les attaques croissantes des bergers armés Fulani au Nigeria ont laissé des villages précédemment occupés par des agriculteurs chrétiens dévasté, a déclaré un évêque catholique, ajoutant que les attaques suggèrent "un programme de nettoyage ethnique" dans le pays d'Afrique de l'Ouest.

Dans son discours lors d'un récent événement organisé par la fondation catholique pontificale et caritative Aide à l'Église en Détresse (AED) International, Mgr Wilfred Chikpa Anagbe du diocèse de Makurdi dans l'État de Benue au Nigeria a souligné la situation critique des chrétiens qui, selon lui, ont enduré beaucoup de souffrances aux mains des bergers Fulani musulmans, de nombreuses personnes ayant été déplacées à plusieurs reprises.

"Les attaques sont devenues si fréquentes que certaines familles ont subi des déplacements multiples, car même les camps de personnes déplacées désignés font parfois l'objet d'attaques", a déclaré Mgr Anagbe lors de l'événement virtuel du 29 septembre, et a ajouté : "L'intensité des meurtres suggère un programme de nettoyage ethnique."

L'évêque catholique a noté que les éleveurs fulanis tuent "systématiquement" la population locale et occupent leurs territoires, ajoutant que la région est également à l'origine de ces attaques.

"Les meurtres sont motivés par la religion. Les tueurs peuls sont des musulmans et la conquête de territoires est primordiale pour les grandes populations musulmanes du Nigeria", a-t-il déclaré.

Advertisement

Le webinaire de l'AED sur le thème " Nigeria : un pays en guerre ? La violence permanente et l'occupation des terres par les Fulanis dans le centre et le sud-est du Nigeria " a vu des panélistes de diverses agences catholiques aborder le défi de l'insécurité au Nigeria, l'évêque Anagbe mettant en lumière la situation à Makurdi, Gboko, Otukpo et Katsina Ala dans l'État de Benue.

De nombreux autres États du Nigeria, en particulier dans la région du sud-est du pays, continuent de subir les attaques de militants peuls, notamment les États d'Ogun, de Cross River, d'Ebonyi, d'Imo et d'Anambra.

Les affrontements pour les terres agricoles et les pâturages, a noté Mgr Anagbe, "ont de plus en plus pris une tournure religieuse", les musulmans faisant la guerre aux chrétiens.

"Les bergers sont majoritairement musulmans alors que les agriculteurs sont à plus de 90 % chrétiens", a déclaré l'évêque catholique nigérian.

Selon l'Ordinaire de Makurdi, les attaques incessantes compromettent la sécurité alimentaire et encouragent également la prolifération d'armes lourdes dans les États touchés.

More in Afrique

En outre, ces attaques portent atteinte aux droits des populations autochtones qui sont chassées de leurs terres ancestrales.

Des milliers de vies ont été perdues, des biens détruits et des communautés laissées en désarroi, la population des personnes déplacées à l'intérieur du pays s'élevant à plus d'un million dans le seul État de Benue, c'est le moins qu'on puisse dire, a déclaré Mgr Anagbe.

L'évêque de Makurdi a noté que depuis 2016, les bergers fulanis ont tué plus de personnes par rapport à celles qui ont péri dans les attaques de Boko Haram.

Il a déclaré que les enfants de presque toutes les communautés touchées n'ont pas été à l'école depuis 2016. Beaucoup, a noté l'évêque, ont été séparés de leurs familles et sont répartis dans tout le pays dans des camps de déplacés où ils sont confrontés à la malnutrition.

L'accès aux soins de santé s'est considérablement réduit alors que les besoins augmentent, a déclaré l'évêque catholique, qui a ajouté : "Les services maternels et natals ont été interrompus dans presque toutes les zones touchées. La distance moyenne entre les établissements de santé proches est passée de 4 km à 12 km dans les autorités gouvernementales locales (AGL). ”

Advertisement

Les agriculteurs qui ont été chassés de leurs maisons ont recours à des moyens désespérés pour survivre, notamment la prostitution, le travail forcé, les mariages forcés, la mendicité dans la rue et la traite des êtres humains.

En outre, on constate une augmentation des troubles de stress post-traumatique chez les survivants du conflit armé, ce qui, selon Mgr Anagbe, entraîne une augmentation des agressions, de l'intolérance et des idées d'homicide parmi les populations déplacées.

Commentant l'origine des bergers fulanis armés, l'Ordinaire de Makurdi a déclaré : "On pense généralement que certains de ces attaquants viennent des pays voisins, à savoir le Niger, le Sénégal, la Guinée, le Tchad et la Libye. Ils tuent, pillent et occupent des territoires."

Le directeur du plaidoyer et des affaires publiques de l'AED, M. Mark von Riedemann, a fait remarquer que les musulmans sont majoritaires dans la plupart des États du Nord, qui ont adopté la loi islamique de la charia.

L'AED officielle Kaduna et le Niger fonctionnent également sous la charia, bien que les deux États soient souvent décrits comme étant à 50 % chrétiens et à 50 % musulmans.

La plupart des États du centre sont également un mélange de chrétiens et de musulmans, tandis que les États du sud sont principalement chrétiens et animistes, a expliqué M. Riedemann lors de la conférence de l'AED.

Le directeur du plaidoyer et des affaires publiques de la fondation pontificale a observé que la violence au Nigeria s'intensifie dans le cadre d'une "crise de sécurité aux multiples facettes".

"Le pays est enfermé dans une dangereuse spirale descendante", a déclaré M. Riedemann, avant d'ajouter : "Parmi les sujets de préoccupation figurent l'activité terroriste islamiste de Boko Haram dans le nord-est, le militantisme et la piraterie qui sévissent depuis longtemps dans le delta du Niger, la violence croissante des bergers islamistes fulanis qui attaquent les communautés agricoles chrétiennes dans la Middle-Belt et vers le sud, le mouvement séparatiste du Biafra dans le sud-est Igbo et le banditisme généralisé dans tout le pays."

Il a regretté que la réponse militaire du gouvernement, y compris le recours à des groupes d'autodéfense, entraîne souvent des abus qui alimentent la violence locale et communautaire.

Le responsable de l'AED lie les différents conflits au Nigeria au banditisme et à la piraterie qui profitent de ce qu'il appelle la faiblesse d'un État hautement corrompu et le manque général de sécurité, ainsi que la pauvreté généralisée qui touche la majorité de la population.

"On peut dire que le terrorisme, qu'il s'agisse de Boko Haram ou des islamistes fulanis, est en gros motivé par les mauvaises conditions sociales, culturelles et éducatives de la population nigériane, ainsi que par la mauvaise gestion politique et la corruption", a-t-il déclaré.

Selon le responsable de la fondation caritative catholique, la plupart des groupes terroristes opèrent dans des États dont la population est majoritairement musulmane.

Selon lui, les groupes armés locaux ayant des ambitions et des intérêts politiques et économiques locaux sont souvent infiltrés par des groupes terroristes internationaux tels qu'Al-Qaida ou ISIS et, incités par des prédicateurs salafistes, cherchent à imposer la version la plus stricte de la charia à tous les habitants de l'État par la violence, dit-il, et il affirme : "Dans de nombreux cas, les musulmans et les chrétiens sont également victimes de cette violence."

Dans le cas des pasteurs peuls, qui ont subi une réduction des pâturages pour leur bétail dans le nord du pays pour des raisons climatiques et cherchent des alternatives territoriales, M. Riedemann dit que beaucoup d'entre eux ont été séduits par le message djihadiste comme une incitation supplémentaire à étendre leurs zones de contrôle.

"Ces éleveurs militants ont envahi les terres des agriculteurs majoritairement chrétiens, assassinant, violant et blessant, ravageant les villages et les villes, et provoquant ainsi un départ massif des chrétiens qui voient leurs vies et leurs fermes en danger", indique le responsable de l'AED.

Le directeur de la fondation catholique pour la paix Denis Hurley Peace Institute (DHPI), Johan Viljoen, a fait le point sur l'insurrection dans le sud-est du Nigeria et a également présenté le rapport récemment publié par l'organisation sur l'État d'Anambra au Nigeria.

"La situation à Anambra est critique", a déclaré M. Viljoen, avant d'ajouter : "Les maisons et les fermes sont largement détruites. Aucune culture n'est pratiquée."

"La manière dont la crise se présente diffère de celle de l'État de Benue, dans la mesure où il n'y a pas de camps ou d'installations pour les personnes déplacées - elles ont trouvé refuge chez des amis ou des parents dans des zones plus sûres, ou errent dans les rues comme des sans-abri", a déclaré le responsable du DHPI.

L'évêque Anagbe a déclaré que, bien que les diocèses catholiques de l'État de Benue aient montré leur intérêt pour le sort des personnes déplacées en travaillant sans relâche à la réalisation d'interventions visant à soulager la souffrance des personnes déplacées, le nombre croissant de personnes déplacées dans l'État en raison de nouvelles attaques est devenu alarmant.

L'évêque nigérian a demandé à la communauté internationale d'exercer une influence sur le gouvernement fédéral du Nigeria afin de récupérer les espaces et territoires non gouvernés saisis par les éleveurs armés dans le pays, plus particulièrement dans la vallée de la Bénoué qui, selon l'évêque, est devenue "un important théâtre de guerre".

L'évêque a également lancé un appel à la mobilisation d'un soutien substantiel pour le renforcement des capacités d'adaptation et de résilience des populations touchées, en particulier pour la restauration des moyens de subsistance.

Les médias locaux et internationaux ne rendent pas compte de la réalité de l'insécurité au Nigeria, a déclaré Mgr Anagbe. Il a appelé les médias à fournir un contenu équilibré et non censuré sur la situation réelle des populations et des communautés touchées.

De tels reportages, a déclaré l'évêque catholique, neutraliseront "les perspectives déformées et erronées qui sont parfois injectées dans l'espace médiatique pour exacerber les tensions ou pour protéger l'impunité".

Mgr Anagbe a également appelé la communauté internationale et les sympathisants du pays d'Afrique de l'Ouest à soutenir les centres qui abritent les personnes déplacées à l'intérieur du pays, qui manquent de nourriture, de médicaments, d'accès à l'éducation et de soutien psychosocial.