Advertisement

Une entité catholique basée à Rome déplore le faible taux vaccin COVID-19 en Afrique et met en avant des interventions

La direction d'Harambee Africa International, l'association catholique internationale basée à Rome et créée pour améliorer diverses réalités en Afrique subsaharienne, a décrié la faible utilisation des vaccins COVID-19 dans les pays africains, avertissant que cette tendance met le monde entier en danger d'une pandémie prolongée.

Les statistiques de l'OMS du mercredi 6 octobre indiquent que 6,4 milliards de personnes ont été vaccinées dans le monde, seuls l'Afrique du Sud et le Maroc figurant parmi les 40 pays les plus vaccinés.

Lors d'unévénement virtuel organisé par l'Université pontificale de la Sainte-Croix à Rome à la fin du mois dernier, Linda Corbi, responsable des projets d'Harambee Africa, a fait référence aux statistiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui indiquent que l'Afrique ne représente qu'un maigre 1,4 % des doses de vaccin COVID-19 distribuées dans le monde.

Soulignant la nécessité pour les pays développés de soutenir les pays en développement dans la lutte contre le COVID-19, Mme Corbi a prévenu que l'Afrique, par exemple, pourrait facilement devenir un "foyer pour les variantes du coronavirus" si elle n'était pas surveillée.

"Les intérêts internationaux en Afrique devraient être motivés par le fait que, s'il est laissé à lui-même, ce continent pourrait devenir un foyer géant pour les variantes de coronavirus", a déclaré le responsable d'Harambee Africa lors de l'événement diffusé en direct le 27 septembre.

Advertisement

Les autres institutions à l'origine de l'événement, organisé sous le thème "Des vaccins pour tous : Des paroles aux actes", étaient SOMOS Community Care, qui s'occupe des immigrants hispaniques défavorisés de New York, ainsi que l'agence de télévision Rome Reports News et Caritas Internationalis. 

Harambee, qui signifie en swahili "travailler ensemble pour réaliser quelque chose", est un projet international présent au Bénin, au Burundi, en République démocratique du Congo (RDC), au Cameroun, en Côte d'Ivoire, au Kenya, au Nigeria, au Rwanda, en Afrique du Sud, au Togo et en Ouganda, où il collabore à des projets éducatifs, sanitaires ou d'assistance, promus et réalisés par les Africains eux-mêmes dans leurs pays respectifs.

Fondée en 2002 à l'occasion de la canonisation du fondateur de l'Opus Dei, JosémariaEscriva, Harambee Africa International a deux lignes d'action principales : le renforcement des capacités des ressources humaines dans les pays africains par le biais de partenariats dans la mise en œuvre d'initiatives ; et l'approfondissement des connaissances sur l'Afrique en vue de surmonter les stéréotypes sur les Africains et l'Afrique.

Les comités de l'institution opèrent en Italie, en France, en Espagne, au Portugal, en Suisse, au Luxembourg, en Pologne et aux États-Unis.

Lors de l'événement virtuel du 27 septembre, Mme Corbi a appelé les pays à haut revenu à s'engager à fournir au moins un milliard de doses à 92 pays à revenu faible ou intermédiaire, comme ceux d'Afrique, d'ici mai 2022.

More in Afrique

Elle a également lancé un appel aux principaux pays et sociétés producteurs de vaccins, dans le cadre de l'OMS et de l'Organisation mondiale du commerce, pour qu'ils s'entendent sur la production sous licence et le transfert de technologie afin de faire face à toute nouvelle mutation du virus en Afrique. 

Le responsable des projets d'Harambee Africa a noté que COVAX, une initiative formée pour assurer une distribution équitable des vaccins COVID-19, visait à fournir 600 millions de doses, soit suffisamment pour vacciner au moins 20 % de la population. 

Toutefois, a-t-elle ajouté, les progrès sont lents en Afrique en raison, entre autres, d'un déficit de financement de la part des gouvernements.

Parmi les autres facteurs que la responsable d'Harambee Africa a mis en évidence figurent ce qu'elle a appelé la faiblesse systémique du système de santé du continent, un mécanisme de chaîne d'approvisionnement défectueux et l'absence de structures permettant de garantir que les populations les plus vulnérables sont les premières à être vaccinées.

Selon elle, la sélection par les gouvernements des centres de dépistage et de traitement du COVID-19 pour limiter la contagion a entraîné une surpopulation dans les hôpitaux qui ont dû refuser des personnes. Il y a également eu de longues files d'attente pour les tests et des retards importants dans la livraison des résultats, a déclaré Mme Corbi.

Advertisement

Harambee Africa a fourni un soutien sanitaire à des centres médicaux au Nigeria, en Côte d'Ivoire et en RDC dans le cadre de la pandémie de COVID-19. 

Mme Corbi a cité le cas du centre de santé Walé à Yamoussoukro en Côte d'Ivoire, une petite structure médicale qui, selon elle, n'était absolument pas préparée à la COVID-19 lorsque la pandémie a frappé.

Harambee Africa a fourni des kits de détection pour le personnel, une voiture pour lancer un programme de soins à domicile afin d'éviter que les personnes malades ne se déplacent, entre autres services à l'établissement de santé.

Décrivant la situation de l'établissement de santé ivoirien, Mme Corbi a déclaré : " Ici encore, COVID-19 a démontré les limites du système de santé en termes de personnel non préparé, de retards dans l'obtention des résultats, d'entassement des patients, entre autres. Pour autant que je sache, il n'y a que quatre unités de soins intensifs en état de marche dans le pays."

Au Nigeria, Harambee Africa a collaboré avec l'hôpital du Niger où l'organisation a fourni des équipements de protection individuelle au personnel et prévoit d'acheter du matériel de laboratoire supplémentaire, des ventilateurs et de mettre en place une usine de production d'oxygène. 

Dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, a déclaré le responsable des projets d'Harambee Africa, il est impossible de connaître le nombre réel de personnes infectées car les gens cachent leurs symptômes pour ne pas être isolés de leur famille.

Au Nigeria, a-t-elle ajouté, il existe également une attitude commune de scepticisme et de méfiance à l'égard des institutions, ainsi que la crainte des conséquences du vaccin à long terme.

"En fait, la vie se déroule normalement ; la pandémie n'a pas trop inquiété la population", a déclaré Mme Corbi.

En RDC, l'organisation soutient l'hôpital Monkole à Kinshasa. Selon le responsable d'Harambee Africa, le gouvernement congolais a nommé cet établissement de santé hôpital de référence pour le COVI-19, promettant de le financer après qu'un haut fonctionnaire de l'État y ait été traité pour le COVID-19.

Le soutien financier du gouvernement à l'hôpital a toutefois été lent, a noté Mme Corbi, et a expliqué que "les compétences techniques du personnel étaient limitées ; personne ne savait comment intuber un patient."

"En outre, il n'y a pas ou très peu d'unités de soins intensifs à l'hôpital du Congo et l'ensemble du pays ne dispose que de 10 respirateurs, tous concentrés à Kinshasa", a déclaré le responsable, ajoutant que la priorité actuelle d'Harambee Africa est de moderniser et d'améliorer le système d'approvisionnement en oxygène de l'hôpital et des autres hôpitaux de la nation centrafricaine. 

Harambee Africa a également établi un lien entre la lenteur de l'adoption des vaccins dans les pays africains et les retards et désorganisations.

Dans certains cas, a déclaré Mme Corbi, les vaccins n'ont pas été utilisés ou les doses ont été livrées à la limite de leur date d'expiration. 

De plus, les populations vont avec l'idée que la vaccination a été inutile, a-t-elle dit, ajoutant que dans la plupart des cas, les gens ont d'autres problèmes qu'ils considèrent comme plus importants que le COVID-19. 

"L'économie est un problème majeur pour la population", a déclaré Mme Corbi, avant d'ajouter : "Les petits marchés et les entreprises ont été brûlés ; les écoles ont été fermées, laissant les enfants seuls dans les rues. La plus grande urgence pour les gens est la pauvreté, le manque de travail, la faim plus que le COVID-19, qui est une menace moindre par rapport à d'autres maladies comme le paludisme, le VIH, la tuberculose, entre autres."