Advertisement

Au Nigeria, les chefs religieux demandent l'arrestation et la poursuite des assassins d’un pasteur

Le Conseil interreligieux du Nigeria (NIREC) demande aux agents de sécurité de la nation ouestafricaine de s'assurer que les personnes à l'origine du meurtre du pasteur Yohanna Shuaibu soient arrêtées et inculpées. 

Le pasteurYohannaShuaibu, président de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN) dans la zone de gouvernement local de Sumaila, dans l'État de Kano, aurait été attaqué par une foule musulmane le 22 septembre. 

"Le NIREC lance un appel au commandement de la police nigériane de l'État de Kano pour qu'il fasse honnêtement le nécessaire. Le NIREC demande également à toutes les agences de sécurité concernées d'enquêter correctement sur ce meurtre horrible et de veiller à ce que les coupables soient traduits en justice", déclarent les responsables du Conseil dans leur communiqué du 7 octobre.

Le pasteur Shuaibu a fui son village avec sa famille le 21 septembre après que des tensions se soient produites lorsqu'un jeune homme, qui avait quitté l'islam mais ne participait pas aux services religieux, a tué sa belle-sœur en la frappant avec un piston au cours d'une dispute.

Le pasteur aurait joué un rôle dans le renoncement de l'homme à l'islam. Les chefs religieux, parmi lesquels figurent des représentants du CAN, ajoutent que les personnes qui seront arrêtées en rapport avec le meurtre du pasteur Shuaibu doivent "être traitées conformément à la loi du pays".

Advertisement

Le 22 septembre, le pasteur Shuaibu est retourné au village pour évacuer les élèves d'une école construite pour les enfants chrétiens indigènes hausa.  

Lorsqu'il est arrivé dans le village, le pasteur a constaté un certain calme, une situation qui lui a fait envisager de se réinstaller avec sa famille.

Malheureusement, une foule prétendument musulmane a attaqué la famille cette nuit-là. Mme Shuaibu s'est enfuie avec les enfants mais la foule en colère a attaqué le pasteur à l'aide de machettes. 

La police a secouru le pasteur après avoir été informée de l'incident par le vice-président du CAN. Le pasteur Shuaibu est décédé alors qu'il recevait des soins suite à ses blessures.

Dans leur déclaration du 7 octobre signée par le secrétaire exécutif du NIREC, Cornelius Omonokhua, les représentants des chefs religieux du Nigeria condamnent le meurtre du pasteur Shuaibu, l'attaque du bâtiment de son église et la destruction de sa maison, et déclarent : "Aucune raison ne peut justifier cette criminalité."

More in Afrique

Ils présentent également leurs condoléances à la famille du pasteur assassiné et prient pour le repos de son âme. 

Les responsables du NIREC expriment également leur reconnaissance à ceux qui n'ont pas pris la loi en main la nuit où le pasteur a été attaqué.  

Ils reconnaissent également avec reconnaissance les actions des agents de police qui ont "assuré la paix en protégeant les vies et les biens dans la communauté".

Dans la déclaration du 7 octobre, les responsables du NIREC appellent également le peuple de Dieu à Kano à rester calme. 

"Nous appelons au calme car le NIREC est déjà en contact avec le révérend Adeolu Samuel Adeyemo, président du CAN de l'État de Kano, et l'émir de Kano, Son Altesse, Alhaji Aminu Ado Bayero, afin de trouver une issue à ce malheureux incident", indiquent-ils. 

Advertisement

Les représentants des chefs religieux du Nigeria exhortent également les habitants de Kano et les Nigérians en général "à s'efforcer de parvenir à une coexistence pacifique dans les différentes communautés de la nation."

La semaine dernière, la direction de Christian Solidarity Worldwide (CSW), une organisation de défense des droits de l'homme basée au Royaume-Uni, a appelé les forces de police du Nigeria à "ne ménager aucun effort pour localiser et poursuivre" les responsables de la mort du pasteur Shuaibu.

Le fondateur du CSW, le président Mervyn Thomas, a également appelé les gouvernements des États et le gouvernement fédéral à commencer à éduquer le peuple de Dieu sur "l'harmonie interreligieuse".

"Nous appelons les autorités fédérales et étatiques à développer des programmes d'éducation civique qui favorisent l'harmonie interreligieuse et l'égalité des citoyens, et à donner l'exemple de ces qualités de manière cohérente, tant en paroles qu'en actes", a déclaré M. Mervyn dans un rapport du 27 septembre. 

Il a ajouté : "Il faut faire davantage pour s'attaquer aux tensions sociétales qui facilitent les flambées régulières de violence motivée par la religion."