Advertisement

Cardinal Ambongo : L'Église catholique n'est pas impliqués dans la grève des enseignants en RDC

La direction de l'Église catholique en République démocratique du Congo (RDC) n'est pas impliquée dans la grève des enseignants catholiques, a précisé le cardinal de ce pays d'Afrique centrale.

Le 4 octobre, un mouvement de grève des enseignants catholiques a perturbé le début de la nouvelle année scolaire en RDC.  Les enseignants exigent le respect de diverses promesses faites par le gouvernement, notamment l'amélioration progressive de leurs salaires et d'autres avantages tels que les soins de santé.

S'adressant aux journalistes vendredi 8 octobre, le cardinal Fridolin Ambongo a rejeté les allégations du gouvernement selon lesquelles les dirigeants de l'Église catholique bloquent la mise en œuvre d'une disposition constitutionnelle autorisant le libre accès à l'éducation de base dans le pays.

"Ce qui se passe actuellement n'a rien à voir avec l'Église catholique. C'est un conflit du travail entre un employeur, qui est l'État, et ses employés, qui sont les enseignants", a expliqué le cardinal Ambongo.  

Il a également précisé que la grève "n'est pas un conflit entre l'Etat congolais et l'Eglise catholique. Il y a ceux qui interprètent mal la situation. Quand nous sommes dans un cas comme celui-ci, beaucoup commencent à insulter l'Église catholique, le cardinal, les évêques. Je pense que nous allons très bas avec cette culture".

Advertisement

Même si l'Eglise catholique n'a rien à voir dans cette controverse, le cardinal Ambongo a rappelé que manifester pacifiquement "est un droit constitutionnel garanti par les textes juridiques en RDC".

"Sauf si on me dit le contraire, la protestation est un droit constitutionnel dans notre pays. On ne peut pas intimider quelqu'un pour qu'il fasse grève, sauf si c'est une grève anarchique. Mais s'il a respecté les conditions nécessaires à la grève, c'est le droit des enseignants", a déclaré le membre de l'Ordre des Frères Mineurs Capucins (OFM Cap).

Il a exhorté les parties en conflit à privilégier le dialogue en déclarant : "Tout ce que je demande, et j'en appelle à tous : le gouvernement, le ministre, les enseignants, c'est plutôt de privilégier le dialogue."

Le gouvernement congolais a accusé l'Église catholique, par le biais de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), d'être à l'origine de la grève des enseignants catholiques qui a touché, pour la plupart, les écoles catholiques. 

Le mercredi 6 octobre, le ministre congolais de l'éducation a menacé de licencier tous les enseignants qui participeraient à la grève prévue.  

More in Afrique

Selon Tony Mwaba, les enseignants qui participeraient à la grève seraient remplacés et perdraient leur rémunération mensuelle. 

En 2019, le président Félix Tshisekedi décide d'appliquer l'article 43 de la Constitution et proclame la gratuité de l'enseignement dans toute la nation centrafricaine.

Même si beaucoup ont salué cette décision, le problème des enseignants non rémunérés a rendu sa mise en œuvre difficile, notamment dans les écoles privées.

Pendant près de 30 ans, il a été du devoir des parents de contribuer aux salaires des enseignants en RDC, une politique qui a rendu difficile pour de nombreux parents de garder leurs enfants à l'école.

L'Eglise catholique, qui possède la majorité des écoles en RDC, est accusée d'utiliser les gestionnaires d'écoles comme un outil pour revenir à la responsabilité parentale pour l'éducation primaire, rapporteRDCInfos.

Advertisement

Les membres de la CENCO ont été sensibles à la promesse du gouvernement de la RDC de rendre l'enseignement primaire gratuit pour tous les enfants congolais scolarisés.

En 2019, les membres de la CENCO ont déclaré que l'accès gratuit à l'enseignement primaire était "irréversible" et que les autorités compétentes devaient donner aux enseignants une rémunération adéquate pour éviter la détérioration de l'éducation nationale.

L'année dernière, le cardinal Ambongo a précisé que l'Église catholique n'était pas opposée à la gratuité de l'enseignement primaire en RDC.

"L'Église n'est pas contre la gratuité de l'enseignement et ne pousse pas les enseignants à faire la grève. Les gens ne doivent pas aller raconter des histoires", a déclaré le cardinal Ambongo aux journalistes lors de la célébration du jubilé d'or de la paroisse Saint-Clément de Makala de l'archidiocèse de Kinshasa, le 23 novembre 2020.

En mai, le cardinal a déclaré que l'initiative en faveur de l'éducation de base gratuite devait être mise en œuvre de manière à ce que tous les habitants du pays en bénéficient.