Advertisement

Le pape François lance le parcours synodal de deux ans en appelant à "rencontrer, écouter et discerner".

Le pape François a officiellement lancé dimanche le processus de consultation mondiale de deux ans menant au synode de 2023 sur la synodalité en appelant à "regarder les autres dans les yeux et écouter ce qu'ils ont à dire."

Prêchant lors d'une messe à la basilique Saint-Pierre le 10 octobre, le pape a déclaré que les catholiques prenant part au chemin synodal devraient s'efforcer de "devenir des experts dans l'art de la rencontre."


"Pas tant en organisant des événements ou en théorisant sur les problèmes, qu'en prenant le temps de rencontrer le Seigneur et les uns les autres", a-t-il précisé.

"Du temps à consacrer à la prière et à l'adoration - cette prière que nous négligeons tant : adorer, faire place à l'adoration - en écoutant ce que l'Esprit veut dire à l'Église."

Advertisement

"Du temps pour regarder les autres dans les yeux et écouter ce qu'ils ont à dire, pour établir un rapport, pour être sensible aux questions de nos sœurs et frères, pour nous laisser enrichir par la variété des charismes, des vocations et des ministères."

La messe diffusée en direct, à laquelle ont assisté environ 3 000 personnes, était le deuxième des deux événements du week-end ouvrant officiellement le processus de consultation mondiale de deux ans.


Le premier événement était un "moment de réflexion" le 9 octobre, avec des discours du pape, du cardinal Mario Grech, secrétaire général du Synode des évêques, du cardinal Jean-Claude Hollerich, S.J., relateur général du synode, et d'autres.

Le Vatican a annoncé en mai que le synode sur la synodalité s'ouvrirait par une phase diocésaine qui durera d'octobre 2021 à avril 2022.

Une deuxième phase, continentale, se déroulera de septembre 2022 à mars 2023.

More in Afrique

La troisième phase, universelle, débutera avec la XVIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, consacrée au thème "Pour une Église synodale : Communion, participation et mission", au Vatican en octobre 2023.


Dans son homélie, le pape a réfléchi à la lecture de l'Évangile du jour, Marc 10, 17-30, dans lequel Jésus met au défi le jeune homme riche : "Va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres... puis viens, suis-moi".

Il a déclaré que les évangiles montrent souvent Jésus au milieu d'un voyage, rencontrant les gens et écoutant leurs préoccupations les plus profondes.

"Aujourd'hui, alors que nous entamons ce processus synodal, commençons par nous demander - nous tous, pape, évêques, prêtres, religieux et laïcs - si nous, la communauté chrétienne, incarnons ce 'style' de Dieu, qui parcourt les chemins de l'histoire et partage la vie de l'humanité", a-t-il exhorté.

Advertisement

"Sommes-nous préparés à l'aventure de ce voyage ? Ou bien avons-nous peur de l'inconnu, préférant nous réfugier dans les excuses habituelles : 'C'est inutile' ou 'Nous l'avons toujours fait de cette façon' ?"


"Célébrer un synode signifie marcher sur la même route, ensemble. Regardons Jésus, qui rencontre l'homme riche sur la route ; il écoute ensuite ses questions, et enfin il l'aide à discerner ce qu'il doit faire pour hériter de la vie éternelle."

Le pape a construit son homélie autour de trois verbes - "rencontrer, écouter et discerner" - dont il espère qu'ils marqueront le chemin synodal.

Il a noté que lorsque Jésus a rencontré le jeune homme, il lui a été pleinement présent et n'a pas "continué à regarder sa montre pour que la rencontre soit terminée."

"Tout change une fois que nous sommes capables de rencontres authentiques avec Lui et les uns avec les autres, sans formalisme ni prétention, mais simplement tels que nous sommes", a-t-il observé.


Le pape François a déclaré que la rencontre de Jésus avec l'homme riche montrait que l'écoute était une caractéristique essentielle des vraies rencontres.


Il a ajouté : "Demandons-nous franchement au cours de ce processus synodal : Sommes-nous capables d'écouter ? Quelle est la qualité de l''écoute' de notre cœur ?"

"Permettons-nous aux gens de s'exprimer, de marcher dans la foi même s'ils ont eu des difficultés dans la vie, et de faire partie de la vie de la communauté sans être entravés, rejetés ou jugés ?"

Il poursuit : "Participer à un synode, c'est se placer sur le même chemin que le Verbe fait chair. C'est mettre ses pas dans les siens, écouter sa parole en même temps que celle des autres. C'est découvrir avec étonnement que l'Esprit Saint nous surprend toujours, pour nous suggérer de nouveaux chemins et de nouvelles façons de parler. "


Le pape a reconnu qu'apprendre à écouter était "un exercice lent et peut-être fatigant" pour les évêques, les prêtres, les religieux et les laïcs.

" N'insonorisons pas nos cœurs, ne restons pas barricadés dans nos certitudes. Les certitudes nous enferment souvent. Écoutons-nous les uns les autres", a-t-il encouragé les catholiques.

Selon le pape, la rencontre et l'écoute doivent conduire au discernement.


" Nous voyons cela dans l'Évangile d'aujourd'hui ", a-t-il expliqué. "Jésus sent que la personne devant lui est un homme bon et religieux, obéissant aux commandements, mais il veut la conduire au-delà de la simple observation des préceptes."

"Par le dialogue, il l'aide à faire preuve de discernement. Jésus encourage cet homme à regarder à l'intérieur de lui-même, à la lumière de l'amour que le Seigneur lui-même avait manifesté par son regard, et à discerner dans cette lumière ce que son cœur chérit vraiment."

"Et de découvrir ainsi qu'il ne peut pas atteindre le bonheur en remplissant sa vie de plus d'observances religieuses, mais en se vidant, en vendant tout ce qui prend de la place dans son cœur, afin de faire de la place à Dieu."

Le pape a décrit le synode comme "un parcours de discernement spirituel" guidé par la parole de Dieu.

"Cette parole nous convoque au discernement et elle apporte la lumière à ce processus. Elle guide le synode, l'empêchant de devenir une 'convention' de l'Église, un groupe d'étude ou un congrès politique, car il ne s'agit pas d'un parlement, mais plutôt d'un événement rempli de grâce, d'un processus de guérison guidé par l'Esprit Saint", a-t-il déclaré.

"En ces jours, Jésus nous appelle, comme il l'a fait pour l'homme riche dans l'Évangile, à nous vider, à nous libérer de tout ce qui est mondain, y compris de nos modèles pastoraux repliés sur eux-mêmes et dépassés ; et à nous demander ce que Dieu veut nous dire en ce moment. Et la direction dans laquelle il veut nous conduire".

Le pape François a terminé son homélie en souhaitant aux participants du chemin synodal un bon voyage ensemble.

Il a déclaré : "Puissions-nous être des pèlerins amoureux de l'Évangile et ouverts aux surprises de l'Esprit. Ne manquons pas les occasions de grâce qui naissent de la rencontre, de l'écoute et du discernement. Dans la joyeuse conviction que, même si nous cherchons le Seigneur, il vient toujours avec son amour pour nous rencontrer en premier."