Advertisement

Les salésiens mettent en avant les programmes qui permettent aux filles d'accéder à l'autonomie en Afrique

À l'occasion de la Journée internationale de la fille, célébrée lundi 11 octobre, les membres de l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB) ont mis en avant des programmes visant à donner du pouvoir aux jeunes filles dans le monde entier, y compris en Afrique.

Dans un rapport du lundi 11 octobre partagé avec ACI Afrique, les membres de SDB affirment que "les jeunes femmes et les filles sont confrontées à de nombreux désavantages et obstacles pour accéder à l'éducation et atteindre l'indépendance financière malgré leur énorme potentiel."

Dans le rapport des Missions salésiennes, la branche de développement des SDB basée aux États-Unis, les membres de l'Institut catholique fournissent des statistiques sur leurs programmes d'éducation destinés à donner du pouvoir aux jeunes filles du monde entier.

"Les missionnaires salésiens qui vivent et travaillent dans plus de 130 pays du monde entier se concentrent sur la réalisation de l'égalité des sexes par le biais de programmes ciblant spécifiquement les jeunes femmes et les filles", indiquent les membres des SDB dans le rapport.

Dans la nation ouest-africaine du Nigéria, les missionnaires salésiens ont facilité la formation de 15 filles à la couture, réalisant pour ces filles un "travail indépendant".

Advertisement

"Le projet Post-COVID Relief through the Provision of Skills in Tailoring for Young Girls in Lagos and Ijebu Ode s'est déroulé de novembre 2020 à avril 2021", indiquent les responsables des Missions salésiennes dans le rapport du 5 octobre.

Ils ajoutent : "Une nouvelle deuxième phase du projet s'est déroulée jusqu'en juillet 2021." 

Guidés par l'objectif de doter les stagiaires de compétences en matière de couture et de confection, les responsables de SDB déclarent : "La formation se composait de 90 % de travaux pratiques et de 10 % de théorie, ce qui impliquait également une formation aux compétences de vie, au marketing, à la gestion, à la communication interpersonnelle et à d'autres aspects essentiels de la gestion d'une entreprise."

"Les stagiaires ont également effectué un stage d'un mois avant de recevoir des kits de démarrage pour les aider à s'installer à leur compte afin d'améliorer leurs moyens de subsistance", ajoutent-ils en référence à l'initiative visant à autonomiser les filles au Nigeria.

Les stagiaires, selon les responsables de SDB, "sont restés sous la supervision du projet pendant deux mois supplémentaires pour le suivi des affaires et l'évaluation des performances et pour s'assurer que les outils de leur kit de démarrage sont utilisés efficacement".

More in Afrique

Dans la nation ouest-africaine de la Sierra Leone, à Don Bosco Fambul qui est situé dans la capitale du pays, Freetown, les membres de SDB ont fourni des kits de démarrage d'emploi aux jeunes femmes qui terminent leur éducation. 

"Les jeunes femmes, issues de situations de vulnérabilité, reçoivent une formation en couture, en tourisme, en restauration et en soins capillaires grâce à l'enseignement salésien", expliquent les responsables des Missions salésiennes à propos de leur initiative, connue pour être l'une des principales organisations de protection de l'enfance en Sierra Leone.

Ils notent que "Don Bosco Fambul a été à la pointe des efforts pour aider à sauver les jeunes femmes qui ont été confrontées à l'abus et à la prostitution, ainsi que pour réhabiliter les enfants des rues et les réunir avec leurs familles." 

"L'organisation est dirigée par le père salésien Jorge Mario Crisafulli et compte 120 employés, dont des travailleurs sociaux salésiens qui vont dans les rues, les bidonvilles et les marchés", indiquent les membres de SDB dans le rapport du 11 octobre.

Ils ajoutent : "Les missionnaires salésiens, les travailleurs sociaux professionnels et les agents pastoraux fournissent une intervention de crise et des soins de suivi aux filles et aux jeunes femmes qui ont été victimes d'agressions sexuelles."

Advertisement

"Les filles qui ont accès aux services du refuge peuvent également suivre des programmes éducatifs qui font partie du réseau plus large des programmes de Don Bosco Fambul. Ces programmes éducatifs donnent aux jeunes femmes les compétences nécessaires pour trouver et conserver un emploi", ajoutent les responsables de SDB.

Organisée chaque année le 11 octobre depuis 2012, la Journée internationale de la petite fille est une reconnaissance par le monde de l'existence d'une disparité dans la manière dont les droits des filles et des garçons sont protégés et promus, et fournit l'occasion de promouvoir l'égalité de traitement et des chances pour les filles.

Cette année, l'événement a été placé sous le thème "Génération numérique. Notre génération", un thème qui appelle à un accès égal au numérique pour les filles.

Dans un rapport publié le 2 juillet, la direction du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a déclaré : "Quelque 2,2 milliards de personnes âgées de moins de 25 ans n'ont toujours pas accès à Internet à la maison, ce qui a compliqué le passage à un apprentissage basé sur le numérique pendant la pandémie. Les filles sont plus exposées au risque de ne pas avoir accès à une connexion internet."

"La fracture numérique entre les sexes ne se résume pas à la connectivité. Les filles ont également moins de chances que les garçons d'utiliser et de posséder des appareils, et d'avoir accès aux compétences et aux emplois liés à la technologie. Ce n'est qu'en s'attaquant à l'inégalité et à l'exclusion qui s'étendent sur plusieurs régions géographiques et générations que nous pourrons inaugurer une révolution numérique pour tous, avec tous", a déclaré la direction de l'UNICEF à propos de l'inégalité d'accès au numérique. 

Dans le rapport du 11 octobre, le directeur des missions salésiennes, le père Gus Baek, aurait déclaré : "Dans le monde entier, les missionnaires salésiens autonomisent les jeunes filles par l'éducation et en veillant à ce qu'elles aient un accès égal aux écoles, à la formation professionnelle et à la technologie." 

Le père Baek ajoute : " Les salésiens du monde entier travaillent pour que les jeunes filles aient un accès égal à l'éducation et aux outils nécessaires à l'apprentissage. "