Advertisement

Au Ghana, un archevêque catholique rejette comme "faux" un reportage de CNN le citant sur l'homosexualité

Mgr Philip Naameh Mgr Philip Naameh

Le reportage de CNN du 8 octobre citant Mgr Philip Naameh comme ayant déclaré que le pays d'Afrique de l'Ouest risque de devenir une nation à majorité musulmane si les pratiques homosexuelles sont autorisées, est faux, a déclaré le chef de l'Église catholique. 

L'archevêque de l'archidiocèse de Tamale au Ghana, qui est également président de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC), s'est adressé aux journalistes lundi 11 octobre, une douzaine de jours après que les évêques catholiques du Ghana ont publié une déclaration collective soutenant le projet de loi du gouvernement visant à interdire les pratiques homosexuelles

Dans le reportage de CNN, Mgr Naameh est cité comme ayant déclaré : "Ceux qui encouragent les gays et les lesbiennes ne vont pas du tout avoir d'enfants, et dans peu de temps, personne ne devrait être surpris que les musulmans deviennent majoritaires dans ce pays et le déclarent État islamique." 

"Je souhaite affirmer catégoriquement et pour éviter tout doute, que la déclaration qui m'a été attribuée est fausse et ne reflète en aucun cas le contenu réel de la conversation, qui porte sur le soutien de l'Église au projet de loi", a déclaré Mgr Naameh.

L'archevêque ghanéen a ajouté : "La position de l'Église catholique sur les LGBTQIA+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queers ou interrogateurs, intersexes, asexuels), que j'ai exprimée dans plusieurs interviews avec les médias ... est restée la même ; à savoir que de telles pratiques sont contraires non seulement aux valeurs chrétiennes, mais aussi aux valeurs musulmanes et traditionnelles."

Advertisement

"Il est également important d'ajouter que depuis 44 ans que je suis prêtre, j'ai toujours encouragé la coexistence pacifique, la tolérance religieuse et l'harmonie entre tous les peuples", a poursuivi le président du GCBC. 

En effet, a-t-il poursuivi, "toutes ces années, la Conférence des évêques catholiques a insisté sur la collaboration mutuelle entre les chrétiens, les musulmans, les chefs traditionnels et toutes les autres organisations confessionnelles du pays pour une coexistence pacifique et le bien commun."

Les fausses affirmations des médias cherchent à semer la discorde entre les défenseurs de la proposition de loi qui vise à interdire les pratiques homosexuelles dans le pays, a déclaré l'archevêque ghanéen, ajoutant, en référence aux journalistes à l'origine du reportage de CNN du 8 octobre, "J'ai le sentiment qu'ils ne cherchaient qu'à me désaffecter et à briser le front de la formidable coalition qui soutient le projet de loi sur les droits sexuels et les valeurs familiales proprement dit."

Le projet de loi sur les droits sexuels et les valeurs familiales propres à l'homme, qui a été présenté au Parlement ghanéen en juillet, est une disposition légale qui punit les manifestations d'affection entre personnes de même sexe et la défense des droits de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et queer (LGBTQ) d'une peine pouvant aller jusqu'à dix ans de prison.

"C'est à la lumière de ce qui précède que j'appelle tous les Ghanéens épris de paix et toutes les personnes de bonne volonté à ignorer avec mépris les fabrications et les distorsions qui visent à détourner notre quête collective pour faire en sorte que le projet de loi soit adopté", a déclaré le président du GCBC lors de la conférence de presse du 11 octobre.

More in Afrique

Dans une déclaration datée du 28 septembre, les membres du GCBC ont exprimé leur soutien au projet de loi sur la promotion des droits sexuels humains appropriés et des valeurs familiales ghanéennes.

"Nous, les évêques catholiques du Ghana, écrivons pour soutenir le projet de loi présenté au Parlement pour rendre les pratiques homosexuelles illégales au Ghana", ont déclaré les évêques catholiques. 

Ils ajoutent : "Notre voix doit être entendue sur cette question, non seulement parce que, à notre avis, elle est moralement inacceptable, mais aussi parce que, selon le recensement de la population de 2010, l'Église catholique au Ghana constitue un pourcentage non négligeable de la population, soit environ 13,1 % de la population du Ghana."

"En tant qu'Église, nous voulons que cette pratique abominable soit rendue illégale dans notre pays", ont déclaré les membres du GCBC dans leur déclaration collective diffusée le 7 octobre.