Advertisement

Caritas Sierra Leone fournit aux filles des compétences de vie pour lutter contre les mariages précoces

Père Peter Konteh Père Peter Konteh

Le programme de Caritas Sierra Leone sur la violence sexuelle et sexiste à l'école (SR-SGBV) et les compétences de vie, qui a commencé à s'attaquer au nombre élevé de grossesses chez les adolescentes et aux taux d'abandon scolaire chez les filles, permet à davantage de filles de rester à l'école, a déclaré un prêtre catholique du pays.

Selon le père Peter Konteh, directeur exécutif de Caritas Freetown et directeur par intérim de Caritas Sierra Leone, 85 % des filles des écoles participant au programme ont enregistré une amélioration de leurs résultats scolaires.

En outre, 80 % des filles qui se sont inscrites au programme dans l'archidiocèse de Freetown ont déclaré qu'elles pouvaient assister aux cours en toute confiance pendant leurs menstruations, a déclaré le père Konteh dans son message à l'occasion de la Journée internationale de la petite fille.

Le directeur de Caritas Freetown a fait remarquer que l'organisation caritative basée sur l'Eglise travaillait avec d'autres parties prenantes dans le pays pour améliorer la situation des filles dans le pays.

"Caritas a la réputation bien établie de travailler main dans la main avec les parents, les pairs masculins et les organisations communautaires locales en Sierra Leone pour aider les filles à obtenir l'éducation dont elles ont besoin pour elles-mêmes, leur famille, leur pays et le monde. Pris littéralement, en soutenant et en se concentrant sur la voix de la fille, cela aide notre avenir égalitaire", a déclaré le père Konteh dans un discours qu'il a partagé avec ACI Afrique avant les célébrations internationales de la Journée de la fille le 11 octobre. 

Advertisement

La Journée internationale de la fille attire l'attention sur la nécessité de relever les défis auxquels les filles sont confrontées et de promouvoir l'autonomisation des filles et la réalisation de leurs droits fondamentaux, indiquent les Nations unies.

Les Nations unies déclarent que les adolescentes ont droit à une vie sûre, éduquée et saine, non seulement pendant ces années critiques de formation, mais aussi lorsqu'elles deviennent des femmes.

"Si elles sont soutenues efficacement pendant l'adolescence, les filles ont le potentiel de changer le monde - à la fois en tant que filles autonomes d'aujourd'hui et en tant que travailleuses, mères, entrepreneurs, mentors, chefs de famille et dirigeants politiques de demain", indique l'ONU dans le message pour la célébration de la Journée internationale de la fille 2021 placée sous le thème "Génération numérique. Notre génération".

Tout en dévoilant le thème de l'événement, l'UNICEF a noté que si la pandémie a accéléré les plateformes numériques permettant d'apprendre, de gagner de l'argent et de se connecter, quelque 2,2 milliards de personnes âgées de moins de 25 ans n'ont toujours pas accès à l'internet à domicile.

Selon l'UNICEF, les filles sont plus susceptibles d'être coupées dans cette fracture.

More in Afrique

Les statistiques fournies par l'agence onusienne indiquent que l'écart entre les sexes pour les utilisateurs d'internet dans le monde est passé de 11 % en 2013 à 17 % en 2019. Dans les pays les moins développés du monde, il oscille autour de 43 %. 

Cependant, la fracture numérique entre les sexes ne se résume pas à la connectivité, indique l'UNICEF, qui ajoute : " Les filles sont également moins susceptibles que les garçons d'utiliser et de posséder des appareils, et d'accéder à des compétences et à des emplois liés à la technologie. Ce n'est qu'en s'attaquant à l'inégalité et à l'exclusion qui s'étendent sur plusieurs régions géographiques et générations que nous pourrons inaugurer une révolution numérique pour tous, avec tous."

Selon le père Konteh, le thème de cette année pour la Journée internationale de la jeune fille s'applique au potentiel des filles en Sierra Leone, qui sont confrontées à de nombreux défis, notamment les mutilations génitales féminines, les inégalités dans l'accès à l'éducation, les grossesses précoces et les problèmes connexes tels que les décès maternels.

"Nous sommes ravis du thème de cette année car il s'applique directement au potentiel des filles en Sierra Leone, l'un des pays d'Afrique de l'Ouest dans lequel Caritas travaille ", a déclaré le père Konteh.

Il a ajouté : "Comme dans d'autres régions d'Afrique de l'Ouest, les filles qui grandissent en Sierra Leone sont confrontées à d'énormes défis, notamment les mutilations génitales féminines (MGF), les VSBG, les inégalités en matière d'éducation, les mariages précoces et les taux élevés de grossesse chez les adolescentes, qui peuvent également contribuer à un taux élevé de décès maternels lorsque les soins de santé appropriés ne sont pas disponibles."

Advertisement

"Pour les millions de filles des pays sujets aux conflits et aux crises, ces défis sont particulièrement redoutables", a déclaré le prêtre catholique de Sierra Leone, avant d'ajouter : "Lorsque les femmes et les filles n'ont pas de pouvoir dans leurs foyers et leurs communautés, chaque choc - qu'il s'agisse d'un conflit armé, d'une sécheresse, d'une inondation ou du COVID-19 - les affecte inévitablement différemment des autres."

Le directeur de Caritas Freetown affirme que souvent, le parcours éducatif des filles est entravé par des facteurs culturels ou sanitaires associés qui deviennent des obstacles à leur apprentissage.

"En fait, un rapport de l'UNICEF a montré que 40 % des filles en Sierra Leone sont mariées avant leur 18e anniversaire et abandonnent l'école en raison d'un mariage précoce et 70 % abandonnent l'école en raison d'une grossesse", dit-il. 

Les activités du programme SR-SGBV et des compétences de vie incluent les droits reproductifs, la maturation sexuelle et l'éducation à la sécurité personnelle pour les filles.

Les filles de Freetown, en particulier celles qui ont été victimes d'abus et qui sont en train d'obtenir justice, bénéficient également d'espaces sûrs pour apprendre.

Caritas Freetown encourage également la communication entre les parents et les filles et met en place des réseaux et des clubs d'entraide pour les filles, ce qui, selon le père Konteh, a permis de renforcer la confiance en soi et d'obtenir un effet multiplicateur parmi les pairs.

En outre, les garçons participent à ces programmes afin d'apporter un soutien complet aux filles, explique le prêtre catholique sierra-léonais.

Dans son message à l'occasion de cette journée importante pour les filles, le père Konteh a souligné la nécessité pour la société d'enseigner aux filles qu'elles peuvent être les meilleures dans tout ce à quoi elles aspirent et de leur donner les outils dont elles ont besoin pour réussir.