Advertisement

Une Entité catholique internationale raconte son succès dans la lutte contre la pauvreté au Rwanda

À l'âge de 13 ans, Epiphany est devenue la principale responsable des soins de ses deux jeunes sœurs. Crédit : Trócaire À l'âge de 13 ans, Epiphany est devenue la principale responsable des soins de ses deux jeunes sœurs. Crédit : Trócaire

L'expérience d'Epiphany, une jeune Rwandaise de 18 ans qui a été contrainte d'abandonner l'école il y a cinq ans et qui a changé de vie, a été présentée comme une réussite dans la lutte contre la pauvreté dans ce pays de la vallée du Rift. 

"Alors qu'elle n'avait que 13 ans, Epiphany a été contrainte d'abandonner l'école pour devenir la principale personne à s'occuper de ses deux jeunes sœurs après la mort soudaine de ses parents", raconte dans un récent rapport la direction de l'agence de développement des évêques catholiques d'Irlande dans le pays, Trócaire Rwanda.

Il n'est pas rare de voir des jeunes filles abandonner l'école pour assumer des responsabilités familiales, observe la direction de l'entité internationale catholique, qui ajoute : "Malgré l'attention accrue portée à l'éducation des filles dans le pays, des blocages subsistent et le cycle de la pauvreté se poursuit comme pour la génération précédente."

La native du village de Gikungu, dans le district de Nyamagabe au Rwanda, qui est couvert par le diocèse catholique de Gikongoro, "a eu du mal à s'adapter à son nouveau rôle de pourvoyeuse de ses sœurs", indique la direction de Trócaire Rwanda dans le rapport du 8 octobre, ajoutant que l'une des deux sœurs d'Epiphany "souffre de handicaps physiques".

Bien qu'Epiphany ait reçu une certaine aide financière du gouvernement rwandais, les fonds n'étaient pas suffisants pour répondre aux besoins fondamentaux de cette famille de trois orphelins.

Advertisement

Ayant du mal à joindre les deux bouts, Epiphany "a également cultivé le petit bout de terre laissé par ses parents et a travaillé comme ouvrière agricole pour d'autres familles", racontent les responsables de Trócaire Rwanda.

"Malheureusement, tout cela combiné ne couvrait toujours pas les besoins vitaux de base", disent-ils dans le rapport du 8 octobre, ajoutant : "Il n'y a pas beaucoup d'opportunités pour les filles au Rwanda."

Au quotidien, Epiphany se préoccupait de subvenir aux besoins de ses deux sœurs, note la direction de Trócaire Rwanda, et souligne : "Elle voulait faire tout ce qu'elle pouvait pour leur offrir une vie meilleure."

Elle savait qu'avoir sa propre entreprise "serait le meilleur moyen de sortir sa famille de la pauvreté dans laquelle elle vivait", notent les responsables de l'entité catholique au Rwanda, et ajoutent que si Epiphany "avait l'ambition" de lancer une entreprise, elle n'avait pas "le capital ou l'accès à un prêt pour la soutenir". ”

D'autres membres des familles du village de Gikungu au Rwanda "partageaient les mêmes espoirs, et grâce à une mobilisation communautaire dévouée, trois associations villageoises d'épargne et de crédit (VSLA) ont été formées dans la région pour aider les membres de la communauté à faire de leurs rêves une réalité", raconte la direction de Trócaire Rwanda.

More in Afrique

Epiphany a été parmi ceux qui ont été sélectionnés pour participer aux VSLA formés, une initiative qui a reçu le soutien de Jersey Overseas Aid (JOA).

Créée "pour renforcer et soutenir les communautés du sud du Rwanda", l'initiative VSLA a été mise en œuvre par Trócaire en collaboration avec BIOCOOR, UNICOOPAGI et ICRAF. ”

Les responsables de Trócaire Rwanda rapportent que " Après avoir rejoint la VSLA, Epiphany a contracté un petit prêt de 14 €, qu'elle a utilisé pour acheter des semences de pommes de terre irlandaises, un porcelet pour l'aider avec le fumier, et des avocats pour les vendre à profit. ”

"La vente des avocats lui a permis de rembourser entièrement son prêt. Après le premier mois, elle a gagné 15 € et a pu ajouter d'autres variétés de fruits à son petit commerce et augmenter ses parts dans le groupe d'épargne", rapportent-ils encore, ajoutant que le prêt et le commerce ont "transformé la vie d'Epiphany".

"J'ai réalisé que le groupe d'épargne offre de nombreuses opportunités. J'ai appris que le simple fait d'épargner 9 cents peut m'aider à réaliser quelque chose de grand au fil du temps", a déclaré Epiphany dans le rapport du 8 octobre.

Advertisement

La jeune Rwandaise de 18 ans "attend maintenant avec joie la récolte de ses pommes de terre pour pouvoir gagner plus d'argent. Elle est enthousiasmée par les nouvelles opportunités qui s'offrent à elle depuis qu'elle a rejoint le VSLA", expliquent les responsables de Trócaire Rwanda.

Le rêve d'Epiphany, ajoutent-ils, "est de lancer un projet de porcherie et d'acheter une vache au cours du deuxième cycle de son VSLA".

La direction de l'entité catholique a lancé un appel au soutien en affirmant que la contribution à un tel cours aiderait grandement Trócaire à "construire un avenir meilleur pour des personnes comme Epiphany au Rwanda". ”

"Nous aidons les gens à gagner de meilleurs revenus et à cultiver davantage de nourriture", déclarent les responsables de Trócaire Rwanda, avant d'ajouter : "Nous aidons les femmes, les hommes et les jeunes à devenir plus résilients. Nous aidons également les gens à surmonter les traumatismes et à construire un avenir de paix et d'espoir. ”