Advertisement

Interroger les approches du veuvage en Afrique du Sud, "déraciner les traditions hostiles" : Prêtre

Il est nécessaire d'interroger les approches culturelles du veuvage en Afrique du Sud en vue d'éliminer les traditions qui sont en contradiction avec l'enseignement de l'Église, a déclaré un prêtre catholique. 

S'exprimant lors de la campagne de sensibilisation au mariage, le père Sefiri Motsepe a souligné que la polygamie était l'une des traditions culturelles dont les Sud-Africains doivent se débarrasser. 

"Nous devons extirper l'approche hostile de la prise en charge des veuves tout en interrogeant l'approche culturelle et traditionnelle du veuvage et de la vie familiale", a déclaré le père Motsepe la semaine dernière. 

Il a mis en garde contre la polygamie et le divorce en disant : "Il y a des pratiques contraires aux enseignements de l'Église ; des pratiques comme le divorce, la polygamie, où cela peut soulever des controverses quant à savoir si la polygamie peut être utilisée ou être considérée comme une solution pour résoudre le problème du veuvage." 

"Il y a certaines cultures qui disent qu'un homme devrait prendre plus d'une épouse, de sorte que s'il en perd une, il peut continuer avec l'autre à cet égard", a déclaré le prêtre catholique sud-africain, exprimant sa désapprobation de la pratique culturelle de la polygamie.

Advertisement

"Quand on perd un partenaire, l'ange gardien est là pour la famille", a déclaré le père Motsepe lors de la session du 7 octobre de la campagne de sensibilisation au mariage, une initiative de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC).

S'adressant aux veufs, le prêtre catholique a déclaré : "Je suis sûr qu'il y a un moment où votre conjoint vous manque cruellement ; et lorsqu'il vous manque, vous voulez vous rendre à cet endroit particulier, qui vous les rappelle, ces manifestations de votre amitié, les lieux que vous aviez l'habitude de fréquenter."

"Un conjoint qui a atteint le destin continue d'amener celui qui reste à l'état de perfection dans cette relation, une relation spirituelle", a encore dit le père Motsepe, ajoutant : "Pour s'aider mutuellement à atteindre le destin, c'est-à-dire le mari et la femme, d'où je dis dans ce sacrement, il y a le concept de la grâce, nous nous aidons mutuellement à atteindre la sainteté."

"Le mariage chrétien exige un engagement total du corps, des sentiments, des affections, de la volonté et de l'esprit du couple", a poursuivi le prêtre catholique en poste dans l'archidiocèse de Pretoria.

Un tel engagement total "aboutit à une unité profonde du corps, du cœur et de l'âme", a-t-il déclaré lors de la session organisée le 7 octobre sur le thème "Jusqu'à ce que la mort nous sépare".

More in Afrique

"Le mariage est-il une fin en soi ou un moyen d'atteindre une fin ? Je veux croire que c'est une fin en soi ; les gens se marient parce qu'ils s'aiment, et il est embarrassant de voir une situation où maintenant les gens se marient avec des arrière-pensées", a observé le père Motsepe.

Partageant son expérience de veuvage lors de l'événement virtuel animé par l'archevêque Zolile Mpambane, Jabu Nkosi, qui a été marié pendant 39 ans avant de perdre sa femme, a utilisé des phénomènes naturels pour décrire sa vie. 

"Il y a des moments où vous êtes frustré et vous vous sentez perdu ; parfois, c'est comme si vous étiez dans un désert, et le désert est ponctué de quelques oasis et de beaucoup de poussière et de chaleur, et parfois vous avez l'impression d'être au milieu de la mer", a partagé M. Nkosi. 

De son côté, Thoko Nhlabathi, qui a été mariée pendant 48 ans avant de perdre son mari, a partagé : " Nous nous sommes préparés au cas où l'un de nous décéderait, mon mari m'a dit de n'adopter aucune des pratiques culturelles après sa mort ; il m'a dit d'aller simplement à l'église et de prier. ” 

"Pour m'occuper chaque fois que je pense à mon mari, je vais dans ma chambre, j'allume une bougie et je chante une chanson qu'il aimait chanter et celle qui a été chantée lorsque son corps a été porté à l'église le jour de son enterrement", a déclaré Mme Nhlabathi.

Advertisement