Advertisement

Nigeria: Les chrétiens invités à "croiser les doigts" dans le cadre des efforts visant à sauver Leah Sharibu

Un chrétien défenseur de la paix et de la justice sociale au Nigeria a appelé les chrétiens du pays à garder l'espoir que Leah Sharibu, une jeune Nigériane enlevée en 2018, retrouvera bientôt la liberté.

Le révérend Gideon Para-Mallam, missionnaire et président de la Fondation Para-Mallam pour la paix, qui promeut la justice et la coexistence pacifique, a déclaré à l'organisation catholique pontificale Aide à l'Église en détresse (AED) États-Unis, que les organisations ecclésiastiques ont encore de nombreuses possibilités de travailler à la libération de Leah, ajoutant qu'un plan est déjà en place pour sauver la femme qui a été enlevée à 14 ans.

On a demandé au révérend Para-Mallam quelle était la marge de manœuvre des églises chrétiennes pour négocier la libération de Leah, ce à quoi il a répondu : "De telles possibilités existent."

"La chance la plus viable était fin 2018, mais nous l'avons perdue", a déclaré le défenseur de la justice sociale, avant d'expliquer : "Négocier avec des terroristes est hautement imprévisible. Une tentative discrète par voie détournée a été faite au début de 2020, mais la pandémie de COVID-19 a ralenti l'ensemble du processus."

Dans un rapport publié par ACN le 7 octobre, le révérend Para-Mallam a indiqué qu'un plan était en cours pour sauver la jeune fille qui a été enlevée avec 109 autres filles lorsque les militants de Boko Haram ont attaqué le Government Girls' Science and Technical College (GGSTC), à Dapachi dans l'État de Yobe au Nigeria.

Advertisement

Le responsable de la Fondation Para-Mallam pour la paix n'a toutefois pas révélé d'autres détails sur le plan visant à sauver la jeune fille qui est restée en captivité pour avoir refusé de se convertir à l'islam, après que tous ceux avec qui elle a été enlevée ont été libérés.

"Une autre tentative est en cours, mais je n'en dirai pas plus", a déclaré le révérend Para-Mallam, avant d'ajouter : "En tant que chrétiens, nous croyons en la prière et avons confiance que Dieu peut ouvrir des portes impossibles. Croisons les doigts tout en nous accrochant à Dieu dans la foi pour une intervention divine."

"Leah et d'autres seront libérés un jour. Ma prière a toujours été : 'Seigneur, faites que ce soit le plus tôt possible ! ", a-t-il déclaré. 

L'avocat chrétien a déclaré qu'il avait reçu la bonne nouvelle que Leah était toujours en vie.

"L'un des captifs a pu la voir récemment et j'ai également reçu la semaine dernière des informations provenant des cercles diplomatiques, selon lesquelles Leah est vivante. En dehors de cela, je suis également en contact avec une autre source qui est familière avec cette question, et il a également confirmé qu'elle est vivante", a-t-il déclaré, et a exprimé son regret que le Nigeria était dans une ambiance de célébration pour le 61e anniversaire de l'indépendance du pays avec Leah toujours en captivité.

More in Afrique

Le révérend Para-Mallam a également réfuté les affirmations selon lesquelles parler de la situation de Leah pourrait nuire à ses chances d'être libérée.

"Parfois, du point de vue de la sécurité, ce point de vue a été suggéré. Cependant, je ne suis personnellement pas d'accord", a-t-il déclaré, et il a expliqué : "Il y a toujours une tension créative, qu'il s'agisse de parler ou non. Peut-être avons-nous besoin d'un certain équilibre."

"La Bible dit qu'il y a un temps pour tout sous le soleil, un temps pour parler et un temps pour se taire... Je dirais qu'il faut parler avec discernement", a déclaré le militant social, ajoutant qu'il avait reçu des informations sur des personnes en captivité et choisi de garder ces informations pour lui.

"J'ai parfois reçu des informations sur Leah, et d'autres personnes en captivité, que je n'ai pas partagées publiquement, parfois même pas avec les membres de leur famille, pour la protection de Leah et des personnes en captivité", a-t-il déclaré, et d'ajouter : "Il existe des informations classifiées qui pourraient nuire à la cause si elles étaient rendues publiques. Cependant, garder le silence et ne rien dire en guise de plaidoyer pour Leah et les autres est mal avisé."

Le fonctionnaire a également fourni la situation d'Alice Loksha Ngaddah, l'infirmière chrétienne qui travaillait avec l'UNICEF et qui a été enlevée quelques jours après l'enlèvement de Leah.

Advertisement

" Alice Ngaddah est une mère de deux jeunes enfants. Leah a été enlevée dans son école à Dapchi, dans l'État de Yobe, le 19 février 2018, et Alice, une jeune infirmière de l'UNICEF, a été enlevée le 1er mars 2018 pendant son travail humanitaire. Seuls neuf jours les séparent", a raconté le révérend Para-Mallam, ajoutant que si Leah a passé 1 322 jours en captivité, Alice Ngaddah a passé 1 312 jours avec ses ravisseurs.

"Par la grâce de Dieu, notre fondation pour la paix continuera à plaider activement pour Leah Sharibu, Alice Ngaddah et d'autres", a-t-il déclaré.

Le révérend Para-Mallam note qu'à un moment donné, Leah Sharibu et Alice Ngaddah étaient toutes deux détenues dans le même camp, en 2019 et début 2020, mais qu'elles sont actuellement dans des camps séparés.

Il a déclaré qu'il n'a pas été facile d'encourager les membres de la famille des deux femmes qui sont en captivité et qu'ils sont traumatisés.

Invité à "mettre un visage" sur la souffrance au Nigeria, l'avocat chrétien a donné une liste de certaines des femmes qui sont toujours détenues par Boko Haram.

"Ils sont si nombreux", a-t-il répondu, avant d'ajouter : "Mais citons-en quelques-uns : Grace Tukka, Lilian Gyang Daniel, Praise Austin, Grace, Justina, Ruth, Suzannah, Grace, Jummai, Caroline Malakarlia, Grace, Mwanret, Mama Hauwa, Bayo, Joseph, une femme musulmane- Jamala, Fayina et plus récemment Christiana, kidnappée par Boko Haram le 8 juillet 2021."

"Notre Fondation pour la paix est également en contact avec plusieurs de ces familles en souffrance. Je peux dire une chose avec certitude : ils sont tous traumatisés, mais ils gardent espoir", a déclaré le révérend Para-Mallam.  

Il a déclaré qu'il ne pense pas que la mort annoncée du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, en juin, ait eu un impact sur l'avenir de Leah.

Il a ajouté que la province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique (ISWAP), qui a enlevé Léa, n'aime pas tuer ou garder des musulmans en captivité, et a tendance à les libérer dès que leur identité de musulmans est connue.

Cependant, dans certains cas où les chrétiens sont forcés de se convertir à l'islam sous la menace de Boko Haram, les femmes sont gardées comme esclaves sexuelles tandis que les hommes valides sont enrôlés dans leur armée, endoctrinés, entraînés et envoyés combattre pour l'établissement du califat islamique, a déclaré l'avocat chrétien. 

Invité à décrire la situation des chrétiens au Nigéria, le révérend Para-Mallam a déclaré : "La situation des chrétiens au Nigéria pourrait être décrite comme une 'époque mortelle et horrible'. Les chrétiens du Nigeria n'ont jamais eu la vie aussi dure."

"Les meurtres sont réels. L'effet de la persécution est palpable dans certaines parties du pays, en particulier dans le Nord-Est, l'Ouest et la Middle Belt", a-t-il déclaré, avant d'expliquer : "Je tiens à préciser que l'insurrection meurtrière au Nigeria a également entraîné la mort de nombreux musulmans aux mains de Boko Haram, de bergers fulanis et de bandits. Cependant, le fait que les musulmans soient aussi des victimes ne cache pas le fait que les chrétiens sont persécutés aujourd'hui au Nigeria."