Advertisement

Appel à la prière pour la libération d’un prêtre catholique enlevé dans le diocèse d'Umuahia au Nigeria

Le père Mark Chimezie Godfrey enlevé après avoir célébré la messe du matin à l'église catholique St. Gabriel dans le diocèse d'Umuahia au Nigeria. Le père Mark Chimezie Godfrey enlevé après avoir célébré la messe du matin à l'église catholique St. Gabriel dans le diocèse d'Umuahia au Nigeria.

Des prières sont demandées pour la libération rapide et sûre d'un membre du clergé du diocèse catholique d'Umuahia, au Nigeria. 

Dans un message partagé avec ACI Afrique, le Chancelier du diocèse nigérian a déclaré que le Père Mark Chimezie Godfrey, qui a été ordonné plus tôt cette année et qui est le prêtre assistant de la paroisse de St. Theresa, a été enlevé le mercredi 13 octobre.

"Nous sommes donc invités à rester calmes mais à prier pour sa libération rapide des mains de ses ravisseurs. Que la Reine et Mère du Prêtre Eternel prie pour lui", a déclaré le Père Henry Maduka en référence au prêtre enlevé.

Le père Godfrey a été enlevé après avoir célébré la messe du matin à l'église catholique Saint-Gabriel, déclare le chancelier du diocèse d'Umuahia dans le message partagé avec ACI Afrique le 14 octobre, et ajoute : "Le triste événement a eu lieu tout près de sa maison. ”

Dans un rapport publié le 13 octobre, le catéchiste Mathias Ezenwa Uwakwe de la paroisse St. Theresa affirme que le véhicule du Père Godfrey a été intercepté par des hommes armés qui ont forcé l'ecclésiastique à sortir de la Toyota Corolla qu'il conduisait et à monter dans leur jeep avant de s'enfuir.

Advertisement

"Je pense qu'il a pu être confondu avec une autre personne car nous ne comprenons pas pourquoi un jeune prêtre qui vient de commencer à servir Dieu a été enlevé", a déclaré le catéchiste Uwakwe.

Il ajoute : "Les ravisseurs ont pu chercher quelqu'un d'autre et l'ont peut-être croisé et se sont fait enlever." 

L'enlèvement du père Godfrey du diocèse d'Umuahia est la dernière d'une série d'attaques qui semblent viser le clergé et les chrétiens dans ce pays d'Afrique de l'Ouest aux prises avec l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection de Boko Haram est apparue dans le but de transformer le pays en un État islamique. 

En début de semaine, le 11 octobre, le Grand Séminaire du Christ Roi du diocèse catholique de Kafanchan a été attaqué et troisgrandsséminaristes ont été enlevés. Les trois séminaristes ont été libérés le 13 octobre.

En décembre dernier, l'évêque auxiliaire de l'archidiocèse d'Owerri au Nigeria, Mgr MosesChikwe, a été enlevé puis relâché sain et sauf.

More in Afrique

Dans une déclaration du 7 octobre, les dirigeants chrétiens de diverses confessions du sud-est du Nigeria ont exprimé leur inquiétude face à l'insécurité et à la violence croissantes dans la région, affirmant que cette partie du Nigeria sombrait dans l'anarchie.

"En tant que chefs religieux de cette région durement éprouvée, nous demandons à tous les responsables des tueries de cesser, avant que le Sud-Est ne sombre dans l'anarchie, ce qui affectera immanquablement les autres régions du pays", ont déclaré les chefs chrétiens dans leur déclaration collective.

Ils ont ajouté, en référence au Peuple indigène du Biafra (IPOB), un groupe qui a été interdit par le gouvernement nigérian : "Nous aimerions également engager les membres du Peuple indigène du Biafra et d'autres groupes séparatistes, pour leur demander de renoncer à toute activité violente. Mais nous ne pouvons raisonnablement pas le faire tant que l'un d'entre eux est proscrit en tant que groupe terroriste." 

"Nous demandons donc au gouvernement fédéral d'envisager d'accorder l'amnistie à l'IPOB et aux autres groupes séparatistes", ont déclaré les dirigeants chrétiens dans leur déclaration intitulée "Restore Trust, Confidence and Calm in South East Nigeria : A Passionate Plea by the Christian Religious Leaders of South East Nigeria".