Advertisement

Les évêques catholiques d'Afrique font partie des dirigeants qui exhortent le G20 à "reléguer les combustibles fossiles dans l'histoire"

Les évêques catholiques d'Afrique font partie des dizaines de chefs d'Église qui ont adressé une pétition au forum intergouvernemental de 19 pays et de l'Union européenne (UE) - le G20 - avant sa réunion qui se tiendra à la fin du mois, afin de "maintenir les combustibles fossiles dans le sol". 

Les membres du G20 sont l'Afrique du Sud, l'Arabie saoudite, l'Argentine, l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la France, l'Allemagne, l'Inde, l'Indonésie, l'Italie, le Japon, la République de Corée, le Mexique, la Russie, la Turquie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Dans une pétition signée par quelque 79 dirigeants de l'Église catholique d'Amérique, d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Australie, parmi lesquels des cardinaux, des archevêques, des évêques, des supérieurs et des dirigeants d'ordres religieux et de sociétés de vie apostolique, ainsi que des représentants de certaines entités internationales catholiques, un appel en quatre points "à reléguer les combustibles fossiles dans l'histoire" est adressé aux dirigeants du G20 avant le sommet des 30 et 31 octobre.

"Les voix des communautés avec lesquelles nous travaillons se font entendre. Le changement climatique est une réalité actuelle qui affecte nos frères et sœurs dans le monde entier, en particulier ceux des communautés pauvres et vulnérables au climat, qui ont le moins contribué à ce problème", déclarent les dirigeants de l'Église catholique, parmi lesquels figurent des évêques d'Afrique du Sud et du Ghana.

Ils ajoutent : "Nous constatons des sécheresses et des inondations de plus en plus graves et fréquentes, la perte de récoltes et la destruction de terres. Nous ne pouvons et ne devons pas nous taire face à de telles souffrances et injustices."

Advertisement

Les dirigeants de l'Église catholique mettent en garde contre l'injustice climatique en déclarant : "Le monde doit garder les combustibles fossiles dans le sol si nous voulons limiter le réchauffement de la planète à une hausse de température inférieure à 1,5 degré d'ici à la fin de 2030."

Ils appellent les représentants des gouvernements du G20 qui doivent participer à la seizième réunion du Groupe des Vingt prévue dans la capitale italienne, Rome, à arrêter "tout nouveau développement du charbon, du pétrole et du gaz dans nos propres pays".

Dans leur déclaration collective, les chefs d'Eglise, qui comprennent huit prélats catholiques d'Afrique du Sud et le président de Caritas Afrique, l'archevêque Gabriel Justice Anokye de l'archidiocèse de Kumasi au Ghana, demandent aux pays du G20 de mettre fin "immédiatement" à "tout financement des combustibles fossiles - y compris le charbon, le pétrole et le gaz - à l'étranger".

Les dirigeants catholiques appellent les nations du G20 à "reléguer les combustibles fossiles dans l'histoire en ... augmentant massivement les investissements dans des formes d'énergie propres et sûres telles que l'énergie éolienne et solaire, qui donnent la priorité à l'accès à l'énergie pour les communautés les plus pauvres".

Ils souhaitent également que les combustibles fossiles soient relégués aux oubliettes de l'histoire et que les pays du G20 "tiennent leurs promesses de fournir un financement climatique pour soutenir les communautés déjà touchées par les effets du changement climatique".

More in Afrique

"Notre devoir moral est incontestable. Les économies avancées doivent être les premières à s'attaquer au changement climatique et doivent agir rapidement pour protéger les générations actuelles et futures ainsi que notre maison commune", affirment les dirigeants de l'Église catholique.

Ils ajoutent : "Nous devons faire face à notre responsabilité historique et agir avec justice, en étant solidaires de nos sœurs et frères dans nos propres pays et dans le monde entier." 

L'appel des dirigeants catholiques aux pays du G20 mettant en garde contre l'injustice climatique fait suite au discours prononcé en mai 2019 par le pape François lors de la réunion avec les ministres des finances de divers pays au Vatican sur le thème "Le changement climatique et les nouvelles preuves issues de la science, de l'ingénierie et de la politique."

"Les signes aujourd'hui ne sont pas bons. Les investissements dans les combustibles fossiles continuent d'augmenter, même si les scientifiques nous disent que les combustibles fossiles devraient rester sous terre", a déclaré le Saint-Père dans son discours du 27 mai 2019. 

Faisant référence à un rapport de l'Agence internationale de l'énergie indiquant "que les investissements dans les énergies propres ont à nouveau chuté pour la deuxième année consécutive", le pape François a ajouté : "Nous continuons à suivre les anciennes voies parce que nous sommes piégés par notre comptabilité défectueuse et par la corruption des intérêts particuliers. Nous considérons toujours comme un profit ce qui menace notre survie même. ”

Advertisement

"Vous êtes les responsables financiers de vos nations ; vous tenez les comptes de vos gouvernements respectifs. Mais avant tout, nous devons reconnaître le grand livre de la vie elle-même, de la dignité et de la survie de l'homme", a déclaré le Saint-Père aux ministres des finances de divers pays du monde.

Le souverain pontife a déclaré qu'il s'attendait à ce que les ministres des finances, lors de la réunion de mai 2019, "s'accordent sur un plan commun qui s'accorde avec la science du climat, les dernières avancées en matière d'ingénierie des énergies propres et, surtout, l'éthique de la dignité humaine". ”

"Je vous demande d'inviter vos collègues ministres des Finances du monde entier à se joindre à vos efforts et à vos projets. Que votre travail avec les scientifiques, les techniciens et les peuples de vos nations, en particulier les plus pauvres, permette d'atteindre les Objectifs de développement durable et l'Accord de Paris sur le climat", a déclaré le pape François, s'adressant aux ministres des Finances lors de la réunion de mai 2019 au Vatican.