Advertisement

Pape: L'enseignement social catholique a des principes utiles à suivre pour les mouvements populaires

S'exprimant lors d'un appel vidéo samedi, le pape François a dit aux membres des mouvements populaires que l'enseignement social catholique a des principes utiles qui peuvent aider les personnes de toute confession à améliorer le monde.

"L'enseignement social de l'Église n'a pas toutes les réponses, mais il a quelques principes qui, tout au long de ce parcours, peuvent aider à concrétiser les réponses, des principes utiles aux chrétiens comme aux non-chrétiens", a déclaré le pape le 16 octobre.

Il a déclaré que les principes compilés dans le Compendium de la doctrine sociale de l'Église, un manuel de l'enseignement social de l'Église catholique, sont "éprouvés, humains, chrétiens".

"Je vous recommande de le lire, vous et tous les responsables sociaux, syndicaux, religieux, politiques et économiques", a-t-il déclaré.

Le pape François a délivré son message lors de la quatrième rencontre mondiale des mouvements populaires, qui s'est déroulée en ligne le 16 octobre. La dernière rencontre internationale, à laquelle le pape François a également participé, a eu lieu en Bolivie en juillet 2015.

Advertisement

Selon le site Web régional américain, "les mouvements populaires sont des organisations de base et des mouvements sociaux établis dans le monde entier par des personnes dont les droits inaliénables à un travail décent, à un logement décent, à des terres fertiles et à la nourriture sont sapés, menacés ou refusés purement et simplement."

Le pape François a comparé les mouvements populaires au bon Samaritain, et a déclaré que ces deux choses lui rappelaient les protestations qui se sont produites à cause de la mort de George Floyd, un homme noir de 46 ans tué à Minneapolis, Minnesota, le 25 mai 2020, par le policier Derek Chauvin.

Des manifestations contre la brutalité policière ont été organisées à travers les États-Unis et dans d'autres régions du monde à la suite de la mort injuste de Floyd.

"Il est clair que ce type de réaction contre l'injustice sociale, raciale ou machiste peut être manipulé ou exploité par des machinations politiques ou autre, mais l'essentiel est que, dans cette protestation contre cette mort, il y avait le Samaritain collectif qui n'est pas un imbécile !". Le pape François a déclaré.

"Ce mouvement n'est pas passé sur l'autre côté de la route quand il a vu l'atteinte à la dignité humaine causée par un abus de pouvoir. Les mouvements populaires ne sont pas seulement des poètes sociaux mais aussi des samaritains collectifs."

More in Afrique

François a encouragé les groupes à transmettre également aux générations futures "la même chose qui enflamme vos cœurs."

"En cela, vous avez une double tâche ou responsabilité", a-t-il dit. "Comme le bon Samaritain, tendre attentivement à tous ceux qui sont frappés sur le chemin, et en même temps, faire en sorte que beaucoup d'autres s'y joignent : les pauvres et les opprimés de la terre le méritent, et notre maison commune l'exige de nous."

Il a souligné plusieurs principes que l'on retrouve dans le Compendium de la doctrine sociale de l'Église, "comme l'option préférentielle pour les pauvres, la destination universelle des biens, la solidarité, la subsidiarité, la participation et le bien commun."

"Ce sont toutes les façons dont la Bonne Nouvelle de l'Évangile se concrétise au niveau social et culturel", a-t-il dit, notant que "le pape ne doit pas cesser de mentionner cet enseignement, même si cela agace souvent les gens, car ce qui est en jeu, ce n'est pas le pape mais l'Évangile."

François a déclaré que nous devons nous appuyer sur les principes de solidarité et de subsidiarité pour réaliser la mission de l'Évangile de manière concrète.

Advertisement

"Ce sont des principes équilibrés et bien établis dans l'enseignement social de l'Église. Avec ces deux principes, je crois que nous pouvons passer du rêve à l'action. Car il est temps d'agir", a-t-il souligné.

Il a noté qu'il n'avait pas toutes les réponses à la question "que devons-nous faire ?". Mais il a pointé du doigt un revenu de base universel et une journée de travail raccourcie comme deux solutions possibles à la répartition injuste des ressources et du travail.

"Je pense que ces mesures sont nécessaires, mais bien sûr pas suffisantes. Elles ne résolvent pas le problème de fond, pas plus qu'elles ne garantissent l'accès à la terre, au logement et au travail en quantité et en qualité que les agriculteurs sans terre, les familles sans abri sûr et les travailleurs précaires méritent. Elles ne résoudront pas non plus les énormes défis environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Mais je tenais à les mentionner parce que ce sont des mesures possibles et qu'elles nous indiqueraient la bonne direction", a-t-il déclaré.

Il a déclaré que dans le service des mouvements populaires, il voit le Seigneur se rendre présent.

"Jésus nous a dit que le salut consiste à s'occuper des affamés, des malades, des prisonniers, des étrangers ; bref, à Le reconnaître et à Le servir dans toute l'humanité souffrante", a-t-il poursuivi. "C'est pourquoi je souhaite vous dire : 'Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés' (Mt 5, 6), 'Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés enfants de Dieu' (Mt 5, 9)."

Parmi les personnes qui ont pris part à la vidéoconférence du 16 octobre avec le pape François figure un groupe de réfugiés bloqués en Libye, dont certains sont des survivants de la torture et des camps de prisonniers.

Selon une vidéo et des informations envoyées par un migrant à Avvenire, le journal de la conférence épiscopale italienne, les réfugiés organisent depuis plus de 16 jours une manifestation pacifique devant le siège des agences de l'ONU à Tripoli, en Libye, pour demander à être évacués vers un pays sûr.

Dans la vidéo, le migrant déclare qu'il participera à la rencontre mondiale des mouvements populaires "parce que notre lutte est la lutte de tous... de la justice et de la fraternité."

Le pape François a déclaré que "dans mon expérience, lorsque des personnes, hommes et femmes, ont souffert dans leur propre chair de l'injustice, de l'inégalité, de l'abus de pouvoir, des privations et de la xénophobie - dans mon expérience, je peux voir qu'ils comprennent beaucoup mieux ce que les autres vivent et sont capables de les aider de manière réaliste à ouvrir des chemins d'espoir."

"Combien il est important que votre voix soit entendue, représentée dans tous les lieux où les décisions sont prises. Offrez votre voix dans un esprit de collaboration ; parlez avec la certitude morale de ce qui doit être fait", a-t-il déclaré.