Advertisement

Un ancien élève de la toute première école supérieure catholique du Nigeria témoigne de l'approfondissement de sa foi

Le travail d'évangélisation d'Adams Malik à travers le Nigéria n'a cessé de croître depuis qu'il s'est converti à l'islam, il y a de nombreuses années. Sa participation active à la foi catholique a toutefois reçu un coup de fouet lorsqu'il s'est inscrit à un Master of Science en éducation religieuse à l'École de la foi et du leadership de l'archidiocèse de Benin City.

À l'école, M. Malik dit qu'il a reçu une formation approfondie sur les enseignements chrétiens et que son désir d'aider l'Église à évangéliser le pays, qui subit des persécutions religieuses, s'est accru. 

Malik a déclaré à ACI Afrique qu'il était encore musulman en 1992 lorsqu'il a fait "une rencontre personnelle avec Jésus" et a décidé de se convertir au christianisme.

"J'ai épousé une femme catholique et je suis resté musulman pendant de nombreuses années, nous sommes tous deux restés fidèles à nos croyances respectives. Nous avons même eu tous nos enfants dans notre mariage mixte. Mais en 1992, quelque chose s'est produit qui a changé ma vie et je n'ai jamais regardé en arrière", a déclaré M. Malik.

Advertisement

Né dans une famille strictement musulmane, Malik a fréquenté une école primaire musulmane, puis une école secondaire catholique où il a eu l'occasion d'étudier la Bible.

"J'ai choisi d'étudier la Bible et j'ai même passé mon examen de fin d'études dans cette matière et je l'ai réussi de manière impressionnante", a déclaré M. Malik, ajoutant qu'il a épousé une femme catholique et que le couple a eu un mariage mixte.

"Nous avons eu un mariage musulman pour satisfaire mes parents, un mariage chrétien pour satisfaire ma belle-famille et un mariage gouvernemental également. Nous sommes ensuite retournés à la pratique de nos diverses confessions. Pendant tout ce temps, j'ai ressenti un profond désir de devenir chrétienne. Mais je ne savais pas comment le dire à mes parents", a-t-il déclaré.

Après ce qu'il décrit comme une rencontre émotionnelle avec Jésus, la plupart du temps dans ses rêves, et après avoir profondément réfléchi à la conversation de Saint Paul dans la Bible, M. Malik, qui travaillait comme biochimiste médical pour une grande entreprise nigériane avant de prendre sa retraite en 2013, a pris la décision de se convertir au christianisme et est devenu membre de la paroisse catholique Saint Paul de l'archidiocèse de Benin City.

More in Afrique

Il affirme qu'aujourd'hui, 80 % des membres de sa famille se sont convertis au christianisme.

Mais c'est en 2013, alors qu'il passait des vacances au Royaume-Uni, que ce médecin biochimiste à la retraite a entendu parler d'une école où il recevrait une formation chrétienne plus approfondie.

À son retour au Nigeria en 2014, une nouvelle inscription pour divers cours à l'École de la foi et du leadership de l'archidiocèse de Benin City a été annoncée et M. Malik a rapidement postulé pour le programme de maîtrise qui admettait les personnes ayant déjà un diplôme de maîtrise.

"C'était le genre d'activité que je recherchais. J'avais un profond désir d'approfondir ma foi catholique. De plus, j'avais beaucoup de temps libre puisque je venais de prendre ma retraite professionnelle. J'avais également les qualifications que l'école recherchait", a déclaré ce Nigérian de 68 ans à ACI Afrique jeudi 14 octobre.

Au moment où il a obtenu son diplôme en 2019, M. Malik dit avoir acquis beaucoup d'informations sur l'Église et avoir eu "un peu de ce que les prêtres catholiques reçoivent pendant la formation."

Advertisement

"C'était l'expérience de classe la plus éclairante que j'ai jamais eue dans ma vie. Nous avons appris beaucoup de choses sur les Écritures, la catéchèse, le conseil conjugal et bien d'autres sujets. Il m'a fallu plus de cinq ans pour obtenir mon diplôme, mais le temps a passé très vite", a-t-il déclaré.

Malik faisait partie de la classe pionnière de l'école supérieure catholique laïque qui a été fondée dans l'archidiocèse de Benin City par l'archevêque Augustine Obiora Akubeze, l'Ordinaire local de l'archidiocèse nigérian en 2013.

Dans une interview accordée jeudi 14 octobre à ACI Afrique, le père Andrew Ovienloba, président de l'institution catholique, a déclaré que l'école était une réponse à la proclamation en 2012 de l'Année de la foi, que le pape Benoît XVI a déclarée comme un appel aux catholiques à étudier et à réfléchir sur le catéchisme pour approfondir leur connaissance de la foi.

"Il est vrai que de nombreux catholiques sont très ignorants de leur foi", a déclaré le père Ovienloba, avant d'ajouter : "Peu de gens retournent réfléchir au catéchisme après être devenus des catholiques confirmés. Le moins que beaucoup fassent, c'est de renouveler leur enseignement de l'Église peu avant de se marier à l'Église. Après cela, ils deviennent simplement des pratiquants du dimanche."

"L'archevêque Augustin a estimé qu'il était important de raviver la foi du peuple. L'École de la foi et du leadership a ancré les catholiques dans les enseignements chrétiens profonds", a déclaré le président de l'école.

L'archevêque " a créé l'école pour marquer la fin de l'année de la foi en 2013 ", a rappelé le père Ovienloba au cours de l'interview, et a cité l'archevêque Akubeze qui a dit : " Je voulais que les gains et les bénédictions de l'année de la foi aient un héritage durable parmi les fidèles de l'archidiocèse ". ”

L'année de la foi n'aurait pas pu se terminer comme un simple événement historique, a rappelé le prêtre nigérian à propos de l'archevêque qui souhaitait laisser un héritage autour de l'année de la foi.

Selon le père Ovienloba, en créant l'école supérieure catholique laïque, l'archevêque Akubeze visait à doter "tous les intéressés des ressources nécessaires". ”

Le prêtre a cité les propos de l'archevêque : "Je voulais que chaque catholique continue à se concentrer sur la raison pour laquelle nous sommes chrétiens et sur la mission que nous avons en tant que chrétiens, à savoir posséder notre foi et être capable de la partager avec confiance et courage". 

Il avait également "la vision de faire grandir la foi sur les rives de l'ancien royaume du Bénin", a ajouté le prêtre nigérian en référence à la fondation de l'école par son Ordinaire local, ajoutant que l'intention de l'archevêque de promouvoir la foi du peuple de Dieu sous sa responsabilité pastorale était renforcée par l'importance historique de l'archidiocèse, "l'un des plus anciens sièges épiscopaux du Nigeria, créé en 1884".

Avec deux campus au sein de l'archidiocèse du Nigeria, l'école supérieure catholique laïque est accréditée par le bureau de la Congrégation pour l'évangélisation au Vatican et obtient son diplôme séculier de Master of Science en éducation religieuse grâce à son affiliation à l'université d'Anahuac au Mexique.

Les informations fournies par le père Ovienloba indiquent qu'à l'heure actuelle, plus de 55 diocèses à travers le monde ont ouvert leurs portes au riche bénéfice du programme, l'archidiocèse de Benin City étant le "premier sur les rives de l'Afrique et le seul à avoir diplômé ses étudiants aux plus hauts niveaux d'éducateurs dans la foi".

D'autres affiliés internationaux se trouvent au Mexique, en Argentine, aux États-Unis, au Guatemala, au Nicaragua, au Chili, en Colombie, au Salvador, au Brésil, en Espagne, au Venezuela, au Pérou et, plus récemment, au Ghana et en Zambie.

Selon le prêtre nigérian, l'école supérieure est mandatée par le Saint-Siège pour former un laïcat riche en ressources catéchétiques et théologiques afin de contrebalancer le syncrétisme (mélange de paganisme et de christianisme) pour que les fidèles deviennent des catholiques pleinement humains et bien informés, capables de répondre aux besoins de leur église locale.

Le père Ovienloba a déclaré à ACI Afrique que le syncrétisme se manifeste dans l'Église par le fait que les chrétiens qui vont à l'Église participent également à des pratiques culturelles arriérées.

"Il n'y a pas d'engagement dans l'Église pour les personnes qui vont à l'Église et qui continuent à consulter des sorciers. En tant que prêtres, nous sommes parfois embarrassés lorsque nous allons enterrer un de nos chrétiens et que d'autres cultes prétendent que le défunt était l'un des leurs", déclare le prêtre.

Le danger du syncrétisme et de l'absence d'une foi bien ancrée, note le père Ovienloba, est que les chrétiens ne parviennent pas à transmettre leur foi aux générations suivantes de chrétiens. C'est là, ajoute-t-il, l'une des lacunes que l'école supérieure qu'il supervise tente de combler.

Les programmes proposés à l'école comprennent une maîtrise de quatre ans en sciences de l'éducation religieuse, un diplôme de quatre ans d'éducateur dans la foi, un diplôme de deux ans en théologie de base, un certificat en catéchèse fondamentale et une formation de six mois en justice réparatrice et en leadership pastoral pour la paix. 

Tous les programmes ont des conditions d'admission variées, le programme de maîtrise admettant les diplômés de l'université et le cours de formation en justice réparatrice et en leadership pastoral pour la paix acceptant les étudiants ayant un certificat de niveau supérieur et la capacité de comprendre des conférences et des présentations de type séminaire.

Les cours proposés sont principalement théologiques et comprennent l'introduction à la Bible, l'Ancien Testament, le Nouveau Testament, la Lectio Divina, l'introduction à la foi, la spiritualité chrétienne (spiritualité laïque, prière, liturgie, sacrements) et la catéchèse (catéchèse pratique, catéchèse familiale, catéchèse sociale).

D'autres sont la théologie morale, la formation humaine intégrale, la justice sociale, l'eschatologie, le conseil pastoral, la théologie morale spécifique, la théologie morale fondamentale, la bioéthique, les dix commandements, le leadership pastoral et l'approche à quatre volets du leadership organisationnel, l'histoire de l'Église, la mariologie, la christologie, l'approche de la justice réparatrice des conflits et la médiation des crises (familiales et sociales), la théologie islamique, entre autres.

Le père Ovienloba a déclaré à ACI Afrique que des plans sont en cours pour introduire d'autres cours de pointe et plus spécifiques sur le mariage afin d'avoir des structures certifiées pour le mariage dans l'Eglise. Il est également prévu de former des directeurs spirituels laïcs dont le ministère consistera à répondre aux besoins spirituels spécifiques des gens et à orienter vers l'Eglise ceux qui ne peuvent pas accéder aux services pastoraux d'un prêtre.

Actuellement, les cours sont proposés aux catholiques adultes de diverses professions : catéchistes, avocats, professeurs actifs, médecins, infirmiers, enseignants, fonctionnaires, politiciens, pharmaciens, ingénieurs et autres personnes privées.

Le programme, qui est également ouvert aux jeunes, n'a cependant attiré que très peu de jeunes, explique à ACI Afrique le membre du clergé de l'archidiocèse de Benin City.

"Les jeunes sont encouragés à venir mais ils sont très peu nombreux. Je pense que les jeunes font tout ce qu'ils peuvent pour gagner de l'argent. Nous avons surtout attiré des retraités qui ont beaucoup de temps pour étudier et approfondir leur compréhension de l'Église", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Nous n'avons pas non plus d'enfants inscrits en raison du niveau et du volume de nos programmes."

Comme dans toute autre université, les étudiants de l'École de la foi et du leadership passent leurs examens à la fin de chaque semestre. Les étudiants passent également les examens finaux où leur compréhension des différents dogmes de l'Église catholique et la profondeur de leur spiritualité sont testées. Ceux qui obtiennent leur diplôme travaillent dans l'équipe d'évangélisation de l'archidiocèse, enseignent le catéchisme et aident à la consultation matrimoniale dans diverses paroisses.

Avant leurs examens finaux, les étudiants sont tenus de faire des recherches sur le sujet qui les intéresse afin de répondre à une question particulière au sein de l'Église.

Pour être autorisé à obtenir son diplôme, M. Malik a rédigé une proposition sur l'Eucharistie et a entrepris d'étudier les facteurs qui empêchent certaines personnes de recevoir le sacrement.

"D'après les entretiens que j'ai menés avec plus de 400 personnes, je me suis rendu compte que de nombreuses choses empêchent les catholiques de recevoir l'Eucharistie. Mais le fait de ne pas aller se confesser et de ne pas se marier à l'église est ressorti du lot", a déclaré M. Malik à ACI Afrique le 14 octobre.

Il a recommandé aux catholiques qui, pour une raison ou une autre, n'ont pas confessé leurs péchés, d'aller de l'avant et de recevoir l'Eucharistie et de trouver le moment le plus proche possible pour se repentir de leurs péchés.

"Je recommande que rien ne s'oppose à ce qu'un catholique autorisé à recevoir la sainte communion reçoive le sacrement. Il y a des choses que le sacrement fait à un pécheur qui a montré du remords et un engagement à aller se confesser après avoir reçu la Sainte Eucharistie", a-t-il dit, et il a expliqué : "L'Eucharistie a une grâce satisfaisante inégalée. Elle accorde le pardon des péchés. Elle restaure la vertu, et réconcilie profondément avec Dieu."

Aujourd'hui, M. Malik est membre du comité d'évangélisation de sa paroisse, où il siège également au conseil des finances. Il organise également des cours de mariage pour ceux qui aspirent à se marier.

Il affirme que la formation dispensée à l'École de la foi et du leadership a changé sa vie et que son objectif est de transmettre aux autres les compétences qu'il a acquises.

"Je comprends qu'à qui l'on donne beaucoup, on demandera beaucoup. J'ai appris beaucoup de choses sur ma foi et je voudrais répandre la bonne nouvelle aux autres", a-t-il déclaré.

Selon le père Ovienloba, la formation vise à doter les catholiques d'outils leur permettant de se débrouiller dans une société qui, selon lui, est pleine de jugements.

"Bien souvent, les catholiques sont attaqués à cause de ce en quoi ils croient et de leur façon de prier. La plupart du temps, les gens se découragent lorsqu'ils sont attaqués parce qu'ils n'ont pas les outils nécessaires pour défendre leur foi. Cette foi dote les gens de ces outils", a-t-il déclaré.

Le prêtre précise que 130 étudiants ont déjà obtenu leur diplôme dans cette école depuis sa création. De plus, 200 étudiants se sont inscrits à l'école l'année dernière avant que le COVID-19 n'éclate.

Il appelle les autres diocèses catholiques d'Afrique à reproduire la formation des laïcs et à les doter de connaissances qu'ils transmettront à leur tour aux autres générations.

"Plus les laïcs seront éduqués, plus la foi grandira. Il est nécessaire de transmettre notre foi aux générations futures. Les faiblesses dans la transmission de la foi ont déjà coûté cher à de nombreux pays développés qui tentent aujourd'hui de réévangéliser leur population", a-t-il déclaré.

Le père Ovienloba a déclaré que 97 % des étudiants actuellement inscrits aux cours du lundi et du mardi, qui commencent à 16 heures et se terminent à 18 heures, sont tous issus de l'archidiocèse de Benin City.

Récemment, le diocèse catholique de Pankshin, situé dans la province ecclésiastique de Jos, et le diocèse de Sokoto, dans le nord du Nigeria, ont exprimé leur intérêt pour la création d'une section de l'école, a-t-il précisé.

La décision de lancer l'école dans les deux diocèses arrive à point nommé, a déclaré le prêtre nigérian à ACI Afrique le 14 octobre, et a ajouté : "À Sokoto, où les chrétiens subissent des persécutions, la formation des laïcs renforcera leur foi et leur donnera la joie de l'Évangile au milieu des persécutions."