Advertisement

Pape François: "La recherche du prestige personnel (au détriment du service) est une maladie spirituelle"

Le Pape François parle pendant la prière de l'Angelus. Vatican Media Le Pape François parle pendant la prière de l'Angelus. Vatican Media

Faites le bien par esprit de service, et non par désir de gloire personnelle, a déclaré le pape François dimanche.

Dans son message avant la prière de l'Angélus du 17 octobre, le pape François a déclaré qu'il existe une mentalité mondaine qui tente même les catholiques "de tout expérimenter, y compris les relations, afin de nourrir notre ambition, de gravir l'échelle du succès, d'atteindre des postes importants."

"La recherche du prestige personnel peut devenir une maladie spirituelle, se dissimulant même derrière de bonnes intentions : par exemple, lorsque derrière le bien que nous faisons et que nous prêchons, nous cherchons en réalité à être seuls et à nous affirmer", a-t-il déclaré depuis une fenêtre donnant sur la place Saint-Pierre.

C'est aussi quelque chose qui se produit dans l'Église catholique, a-t-il dit : "Combien de fois, nous chrétiens - qui devrions être des serviteurs - essayons de grimper, de prendre de l'avance".

C'est pourquoi nous devons constamment évaluer les intentions réelles de notre cœur, a-t-il dit, et nous demander : "Pourquoi est-ce que je réalise ce travail, cette responsabilité ?". Pour rendre service ou plutôt pour être reconnu, loué et recevoir des compliments ?"

Advertisement

Le pape François a parlé du désir de reconnaissance au cours d'une réflexion sur la lecture de l'Évangile du jour, tiré de saint Marc, dans lequel deux disciples, Jacques et Jean, demandent à Jésus s'ils pourront un jour s'asseoir à sa droite et à sa gauche dans la gloire.

"Jésus leur offre patiemment un grand enseignement : la vraie gloire ne s'obtient pas en s'élevant au-dessus des autres, mais en faisant l'expérience du même baptême que Lui recevra un peu plus tard à Jérusalem, c'est-à-dire la croix", a déclaré François.

Par ces mots, "Jésus oppose cette logique mondaine à la sienne", a ajouté le pape : "au lieu de t'élever au-dessus des autres, descends de ton piédestal pour les servir ; au lieu de t'élever au-dessus des autres, plonge-toi dans la vie des autres."

Il a expliqué que c'est par notre baptême chrétien que nous sommes immergés en Jésus et que nous recevons la grâce qui nous dirige à suivre le Christ dans le service aux autres.

" Le mot " baptême " signifie " immersion " : par sa Passion, Jésus s'est immergé dans la mort, offrant sa vie pour nous sauver. Par conséquent, sa gloire, la gloire de Dieu, est l'amour qui devient service, et non pas le pouvoir qui cherche à dominer", a-t-il déclaré.

More in Afrique

Le pape François a souligné que "Dieu est amour et l'amour est humble, il ne s'exalte pas, mais descend comme la pluie qui tombe sur la terre et apporte la vie."

"C'est une grâce, un feu que l'Esprit a allumé en nous et qui a besoin d'être entretenu", a-t-il ajouté. "Aujourd'hui, demandons à l'Esprit Saint de renouveler en nous la grâce du baptême, l'immersion en Jésus, dans sa manière d'être, plus dans le service, les serviteurs."

"Et prions la Madone : elle - même si elle était la plus grande - n'a pas cherché à s'élever, mais a été l'humble servante du Seigneur, et est complètement immergée dans notre service pour nous aider à rencontrer Jésus", a-t-il conclu.

Après avoir prié l'Angélus en latin, le pape François a exprimé son soutien à une initiative de l'organisation caritative catholique Aide à l'Église en détresse (AED) : "Un million d'enfants priant le rosaire".

La campagne mondiale du rosaire a lieu chaque année le 18 octobre, jour de la fête de saint Luc.

Advertisement

Plus de 100 000 enfants de 44 pays, dont les États-Unis, l'Espagne, le Kenya, l'Inde, la Colombie et les Philippines, se sont déjà inscrits pour participer à cette initiative, selon une carte en ligne publiée par l'AED.

"J'encourage cette campagne de prière qui a été confiée à l'intercession de saint Joseph de manière particulière cette année", a déclaré le pape François. "Merci à tous les garçons et filles qui y participent".

Le pape a également attiré l'attention sur la béatification du père Juan Elías Medina et de 126 compagnons martyrs, qui a eu lieu à Cordoue, en Espagne, le 16 octobre.

Medina et ses 126 compagnons - parmi lesquels des prêtres, des religieux et des laïcs - ont été tués en haine de la foi pendant la persécution religieuse de la guerre civile espagnole de 1936 à 1939.

François a prié pour que leur fidélité "nous accorde à tous, en particulier aux chrétiens persécutés dans diverses parties du monde, la force de témoigner courageusement de l'Évangile."

Le pape François a également déclaré qu'il était proche des familles des victimes des récentes attaques violentes en Norvège, en Afghanistan et en Angleterre.

L'une des victimes était le législateur britannique catholique et pro-vie Sir David Amess, qui est décédé le 15 octobre après avoir subi de multiples coups de couteau dans une église méthodiste du sud-est de l'Angleterre.

Âgé de 69 ans, Amess était membre du Parlement depuis 1983 et membre du parti conservateur. Il tenait une réunion avec ses électeurs à l'église méthodiste de Belfairs lorsque l'attaque a eu lieu.

Un homme de 25 ans a été arrêté en relation avec l'assassinat et est détenu pour interrogatoire en vertu de la loi sur le terrorisme après que les premières enquêtes ont révélé un lien potentiel avec l'extrémisme islamique, a rapporté la BBC le 17 octobre.

"Je vous supplie de bien vouloir abandonner la voie de la violence qui est toujours une cause perdue et constitue une défaite pour tous. Rappelons-nous que la violence engendre la violence", a déclaré le pape François.