Advertisement

Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, les salésiens se concentrent sur les enfants du Rwanda et du Togo

À l'occasion de la Journée internationale pour l'éradication de la pauvreté, célébrée dimanche 17 octobre, les membres de l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB) ont mis en avant leurs programmes visant à donner du pouvoir aux enfants dans des situations de besoin, notamment au Rwanda et au Togo.

Un rapport publié dimanche 17 octobre par Salesian Missions, la branche de développement des SDB basée aux États-Unis, indique que les membres des SDB servant dans plus de "5 500 institutions éducatives et centres de jeunesse salésiens à travers le monde, éduquent les enfants dans certains des endroits les plus pauvres de la planète".

"Qu'il s'agisse de lutter contre le travail des enfants, d'aider les jeunes sans abri ou de construire des écoles où les enfants n'avaient auparavant aucun accès à l'éducation, les missionnaires salésiens veillent à ce que les personnes dans le besoin aient accès aux programmes et aux services", indique le rapport publié par Mission Newswire, le service d'information officiel des Missions salésiennes.

Les responsables des Missions salésiennes rapportent en outre que les membres des SDB ont dû "changer la manière dont ils fournissent des services pendant la pandémie, mais sont restés fermes dans leur volonté d'aider ceux qui sont dans la pauvreté".

Au Rwanda, l'école de formation technique et professionnelle Don Bosco de Rango, dans le diocèse catholique de Butare, dans le sud du pays, propose actuellement des cours de construction, de menuiserie, de soudure et de couture, indiquent-ils dans le rapport du 17 octobre.

Advertisement

"Chaque cours s'étend sur deux ans de formation, et la majorité des étudiants du programme sont des jeunes qui viennent de situations vulnérables et ont vécu dans la pauvreté", indiquent les responsables des Missions salésiennes.

Ils ajoutent : "Les jeunes sont âgés de 17 à 25 ans, et certains sont des mères célibataires qui cherchent à améliorer leur vie pour leurs enfants."

"Le taux de grossesses chez les adolescentes dans le pays a connu une croissance exponentielle ces dernières années et devient un obstacle majeur au développement social et économique des populations les plus pauvres. Les salésiens ont lancé des projets pour aider à éduquer et à promouvoir l'implication des familles, tout en offrant également une formation qualifiante afin que les jeunes mères puissent trouver un emploi ou démarrer une petite entreprise, en veillant à ce qu'elles puissent vivre dignement avec leurs enfants", ajoutent-ils.

En collaboration avec le bureau de la mission salésienne de Turin, en Italie, les membres des SDB disent avoir lancé un projet visant à "acheter 40 machines à coudre pour former et autonomiser les jeunes mères afin qu'elles puissent acquérir les compétences nécessaires pour démarrer une petite entreprise".

"Le lancement d'une modeste boutique de couture ou d'un simple atelier de couture peut contribuer à fournir un revenu aux familles", affirment les responsables des SDB.

More in Afrique

Dans la nation ouest-africaine du Togo, disent les membres des SDB, "Bosco Global, une organisation salésienne espagnole, avec le soutien de la municipalité de Malaga, gère le centre d'éducation et de formation Foyer Jean XXIII à Kara."

"Ce centre offre une éducation et un soutien à 183 jeunes en risque d'exclusion sociale", ajoutent-ils.

Ils rappellent que le travail des missionnaires salésiens et des Filles de Marie Auxiliatrice au Togo "remonte à près d'un demi-siècle."

"Ils s'engagent à éduquer les jeunes qui vivent dans la pauvreté et sont marginalisés dans la communauté, et les prêtres et les religieuses salésiennes ont formé des milliers de jeunes", indiquent les responsables des SDB.

Dans le rapport du 17 octobre, les membres des SDB disent : "Le centre veille à ce que les jeunes reçoivent une éducation et trouvent et conservent un emploi. La plupart des jeunes du programme ont abandonné l'école, mais ils suivent maintenant des cours et des ateliers de cuisine/pâtisserie et de coupe et couture."

Advertisement

"Une fois qu'ils ont terminé les cours, les jeunes reçoivent un diplôme reconnu par l'État qui facilite l'entrée sur le marché du travail", indiquent les membres de SDB.

Ils notent également que le centre "adapte ses cours aux besoins des étudiants et de l'économie locale, en veillant à ce que les jeunes aient accès aux stages et aux apprentissages dont ils ont besoin pour appliquer les compétences acquises en classe."

Organisée chaque année le 17 octobre depuis 1987, la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté rend hommage aux victimes de l'extrême pauvreté, de la violence et de la faim dans le monde.

Cette année, l'événement a été placé sous le thème "Construisons ensemble : Mettre fin à la pauvreté persistante, respecter toutes les personnes et notre planète".

Selon le rapport de la Banque mondiale intitulé "Projected poverty impacts of COVID-19", entre 71 et 100 millions de personnes sont poussées dans la pauvreté en raison de la crise pandémique du COVID-19.

"La majorité des nouvelles personnes extrêmement pauvres se trouvent dans les pays d'Asie du Sud et d'Afrique subsaharienne où les taux de pauvreté sont déjà élevés. Ce nombre devrait se situer entre 143 et 163 millions en 2021", précise encore le rapport.

Dans le rapport du 17 octobre, le directeur des missions salésiennes, le père Gus Baek, aurait déclaré : "L'éducation est une voie principale pour sortir de la pauvreté, et nous travaillons pour garantir que tous les enfants aient accès à une base éducative solide."

Le père Baek ajoute : "Les programmes éducatifs salésiens offrent aux jeunes l'éducation et la formation aux compétences techniques dont ils ont besoin pour se préparer à l'emploi et avoir une vie productive tout en devenant des adultes qui contribuent à la vie de leur communauté."