Advertisement

Les évêques catholiques du Kenya affirment que le projet de loi sur la sexualité risque de créer un "champ amorphe de droits"

Les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB). Crédit : KCCB Les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB). Crédit : KCCB

Les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) ont demandé aux législateurs de l'Assemblée législative d'Afrique de l'Est (EALA) de retirer le projet de loi 2017 sur les droits en matière de santé sexuelle et reproductive (SRHR) de la chambre, notant que la législation proposée est une tentative de donner naissance à des droits flous sur les questions sexuelles.  

Dans une lettre adressée mardi 9 novembre au président de l'EALA, l'honorable Martin Ngoga, les évêques affirment que la loi proposée est une réintroduction du projet de loi controversé sur la santé reproductive qui a été rejeté par les Kenyans pour avoir tenté de légaliser l'avortement. 

S'il est promulgué, le projet de loi entrera en vigueur dans les pays membres de la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) : Tanzanie, Kenya, Burundi, Rwanda, Soudan du Sud et Ouganda.

"Guidés par l'article 26 de la Constitution du Kenya de 2010, nous maintenons que le projet de loi tel qu'il est présenté est une tentative d'engendrer un champ amorphe de droits appelés 'droits reproductifs', contraire au droit à la vie tel qu'il est protégé et garanti par notre Constitution ", déclarent les membres du KCCB.

Considérant que la vie est sacrée, depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, les évêques catholiques du Kenya affirment qu'"aucune législation ne devrait soutenir ou promouvoir une quelconque forme d'interruption de la vie, mais plutôt chercher à garantir le caractère sacré de la vie."

Advertisement

"Nous ignorons et rejetons le contenu de ce projet de loi 'in toto' et appelons l'Assemblée à ne pas laisser ce projet de loi devenir une loi", disent-ils dans la lettre signée par le président du KCCB, l'archevêque Martin Kikuva Musonde de l'archidiocèse de Mombasa. 

L'EALA SRHR comprend, entre autres, la légalisation de l'avortement lorsque la grossesse met en danger la santé et la vie de la mère et l'enseignement de l'éducation sexuelle complète (CSE) pour les personnes âgées de 10 à 19 ans. 

Dans la lettre du 9 novembre, les évêques catholiques du Kenya affirment que le CSE, contre lequel ils ont déjà fait campagne, "contribue aux taux élevés de grossesses et d'avortements chez les adolescentes".

"Cela est dû au fait que le CSE n'a pas réussi à faire de l'abstinence la norme à respecter pour tous les enfants. Il présente l'avortement comme une option sûre ou positive tout en omettant les données sur les nombreuses conséquences négatives potentielles sur la santé physique et mentale", déclarent-ils dans cette déclaration dont une copie a également été envoyée aux présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale du Kenya.

Sont également copiés le Secrétaire du Cabinet du Ministère des Affaires et du Commerce International et le Président de l'Association des Conférences Episcopales Membres d'Afrique de l'Est (AMECEA), l'évêque Charles Kasonde du Diocèse de Solwezi en Zambie.

More in Afrique

Les membres du KCCB ajoutent que le CSE cherche également à "amener les enfants à se concentrer sur un comportement sexuel peu utile au détriment de l'éducation et des objectifs de vie".

En ce qui concerne l'ECS, les évêques catholiques du Kenya déclarent que leur position "est de se concentrer sur ce qui transmet des connaissances, des valeurs et des compétences de vie à nos enfants et les façonne pour un avenir meilleur".

En février de cette année, le projet de loi sur la santé et les droits sexuels et reproductifs a été retiré de l'EALA pour permettre à la commission sur l'objectif général de reformuler la proposition de loi. 

La décision de réécrire le projet de loi a été prise après que les membres de l'EALA aient identifié des points de désaccord, notamment l'absence d'alignement sur les lois nationales de certains pays membres et la compréhension variable du terme "services d'avortement" dans la région EAC. 

Les membres de l'EALA ont organisé des réunions consultatives avec les parties prenantes sur la santé et les droits sexuels et reproductifs dans les États membres de l'EAC.

Advertisement