Advertisement

Les défenseurs de la liberté religieuse sont "consternés" par le retrait du Nigeria de la liste de surveillance par le département d'État

Le drapeau du Nigeria sur un uniforme militaire. Bumble Dee/Shutterstock. Le drapeau du Nigeria sur un uniforme militaire. Bumble Dee/Shutterstock.

Après que le département d'État américain a publié cette semaine sa liste des pays où les violations de la liberté de religion sont les plus flagrantes, les défenseurs des droits de l'homme ont été choqués que le Nigeria ait été retiré de la liste de cette année.

La Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié une déclaration le 17 novembre dans laquelle elle se dit "consternée" par la décision "inexplicable" du département d'État de considérer le Nigeria comme un pays ne connaissant pas de violations graves de la liberté religieuse.

Dans son propre rapport annuel sur la liberté de religion, l'USCIRF a constaté que les citoyens nigérians étaient confrontés à la violence des islamistes militants, ainsi qu'à la discrimination, aux détentions arbitraires et aux condamnations à la peine capitale pour blasphème prononcées par les tribunaux de la charia sanctionnés par l'État.

Selon le rapport, des kidnappeurs ont enlevé et exécuté des chrétiens au Nigeria, au moins 11 églises ont été attaquées dans la ceinture centrale du pays et le président local de l'Association chrétienne du Nigeria dans l'État d'Adamawa a été décapité par des combattants de Boko Haram en 2020.

Au début du mois, l'archevêque d'Abuja, Mgr Ignatius Kaigama, a appelé les catholiques du Nigeria à prier le chapelet pour que cessent "les meurtres et les attaques irrationnelles qui entraînent le déplacement de personnes à l'intérieur du pays."

Advertisement

David Curry, le PDG de Open Doors USA, a déclaré que son organisation avait documenté des milliers de meurtres de chrétiens nigérians au cours de la dernière décennie.

"Dans aucun autre pays au monde, nous ne voyons un tel niveau soutenu de violence pure et simple dirigée contre une communauté chrétienne, et la situation n'a fait que se détériorer au cours des 12 derniers mois. Le gouvernement nigérian a obstinément refusé de s'attaquer à cette violence", a déclaré M. Curry.

L'année dernière, le secrétaire d'État de l'époque, Mike Pompeo, a désigné le Nigeria comme un "pays particulièrement préoccupant" pour avoir commis ou toléré "des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté de religion".

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, qui effectue une visite au Nigeria les 18 et 19 novembre pour rencontrer le président Muhammadu Buhari, n'a pas encore expliqué publiquement pourquoi le département d'État a retiré le Nigeria de cette désignation cette année.

"Chaque année, le secrétaire d'État a la responsabilité d'identifier les gouvernements et les acteurs non étatiques qui, en raison de leurs violations de la liberté de religion, méritent d'être désignés en vertu de la loi internationale sur la liberté de religion", a déclaré M. Blinken dans un communiqué le 17 novembre.

More in Afrique

"Dans de trop nombreux endroits dans le monde, nous continuons à voir des gouvernements harceler, arrêter, menacer, emprisonner et tuer des personnes simplement parce qu'elles cherchent à vivre leur vie conformément à leurs croyances", a-t-il ajouté.

Cette année, le département d'État a désigné la Birmanie, la Chine, l'Érythrée, l'Iran, la Corée du Nord, le Pakistan, la Russie, l'Arabie saoudite, le Tadjikistan et le Turkménistan comme des pays particulièrement préoccupants pour les violations de la liberté de religion.

La Russie a été un nouvel ajout à cette liste en 2021 après que les conditions de liberté religieuse dans le pays se soient détériorées en 2020.

L'USCIRF a souligné la détention par la Russie de Témoins de Jéhovah, le grand nombre d'affaires pénales de blasphème et l'application de lois et de politiques répressives sur la religion en Crimée occupée par la Russie.

Le département d'État a également placé l'Algérie, les Comores, Cuba et le Nicaragua sur une liste de surveillance spéciale pour violations graves de la liberté de religion en 2021, et a désigné al-Shabab, Boko Haram, Hayat Tahrir al-Sham, les Houthis, ISIS, ISIS-Grand Sahara, ISIS-Afrique de l'Ouest, Jamaat Nasr al-Islam wal-Muslimin et les Talibans comme entités particulièrement préoccupantes.

Advertisement

"Les défis à la liberté religieuse dans le monde d'aujourd'hui sont structurels, systémiques et profondément enracinés. Ils existent dans tous les pays", a déclaré M. Blinken.

"Ils exigent un engagement mondial soutenu de la part de tous ceux qui ne sont pas disposés à accepter la haine, l'intolérance et la persécution comme un statu quo. Ils requièrent l'attention urgente de la communauté internationale."

Sam Brownback, ancien ambassadeur américain pour la liberté religieuse, a qualifié le retrait du Nigeria de la liste des préoccupations du département d'État en matière de liberté religieuse de "coup sérieux porté à la liberté religieuse tant au Nigeria que dans toute la région".

"Juste au moment où nous devrions faire tout notre possible pour mettre fin à la violence incessante qui vise les chrétiens et d'autres personnes, nous faisons le contraire", a déclaré M. Brownback, Senior Fellow à Open Doors USA.

"Cela récompense le gouvernement nigérian pour avoir toléré de graves violations de la liberté religieuse et envoie un message aux extrémistes que leurs actions continueront à rester impunies. Les personnes de foi au Nigeria supporteront les retombées de cette décision, et c'est inacceptable."