Advertisement

Fermez les églises ou risquez des attaques, une '"association Fulani" nigériane avertit les chrétiens dans une lettre

Les chrétiens de l'État de Zamfara, au Nigeria, ont été mis en garde, dans une "lettre anonyme" diffusée par le bureau du commissaire de police de l'État, contre la pratique du culte dans les églises, de peur d'être attaqués, enlevés et que leurs lieux de culte ne soient incendiés.

L'avertissement, dont la responsabilité est revendiquée par une "association fulani", est contenu dans un document de huit pages signé par le commissaire adjoint de la police (DFA), Makinta Mohammed Saleh, au nom du commissaire de la police de l'État de Zamfara au commandement de Gusau.

"Le commandement a déjà alerté ses divisions/formations pour une action proactive immédiate et le déploiement d'hommes dans les églises, en particulier pendant les services", déclare la direction de la police de l'État de Zamfara en réaction à ce qu'elle décrit comme "une lettre anonyme menaçant de lancer une attaque contre les églises, en particulier celles situées à la périphérie de la métropole". "

La lettre contenant les menaces a été "soumise au quartier général de la police de Gusau par une personne inconnue par l'intermédiaire d'un certain Uzaifa Yunusa 'm' âgé de 11 ans de Unguwar gwaza area Gusau le 19/11/2021 à environ 1631hrs", raconte le commissaire de police de l'État de Zamfara dans le document daté du 23 novembre.

La note du commissaire de police, qui, selon lui, vise à fournir des informations sur les menaces et à permettre l'adoption de mesures de précaution, est adressée aux responsables gouvernementaux, notamment aux personnes chargées de la sécurité de l'État de Zamfara, dont le siège est à Gusau, la capitale de cet État du nord-ouest du Nigeria, ainsi qu'aux représentants de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), basée à Gusau. 

Advertisement

Le gouverneur de l'État de Zamfara, les commissaires du ministère d'État à la sécurité et aux affaires intérieures et son homologue du ministère d'État aux affaires islamiques figurent parmi les responsables gouvernementaux informés des menaces. 

Les autres personnes notifiées sont le directeur du département des services de sécurité de l'État (DSS), le commandant du corps de sécurité et de défense civile du Nigeria (NSCDC) dans l'État de Zamfara, et le président du CAN à Gusau, entre autres.

Dans le document communiqué à ACI Afrique mercredi 1er décembre, des membres de "l'association Fulani qui projette de lancer une guerre contre la religion chrétienne" revendiquent la responsabilité de la "lettre anonyme".

"Nous voulons que les églises soient fermées à partir de maintenant jusqu'aux trois prochaines années. Si elles ne sont pas fermées, nous commencerons à les brûler", menacent les auteurs de la lettre, qui ajoutent, en référence aux chrétiens de l'État de Zamfara, au Nigeria : "Nous suivrons leurs pasteurs jusque dans leurs maisons, que ce soit sous la pluie ou au milieu de la nuit, et nous les enlèverons, eux et leur famille."

Ils revendiquent la responsabilité de certaines attaques précédentes contre des Nigérians en déclarant : "Nous avons fait du mal aux gens mais nous avons oublié les chrétiens. Nous allons donc commencer à partir de maintenant jusqu'à la période de Noël. Nous allons commencer par les églises situées en périphérie de Gusau."

More in Afrique

"Nous allons commencer à kidnapper des chrétiens et à brûler leurs églises situées à la périphérie de la ville de Gusau et nous allons le faire quand personne ne s'y attendra", disent-ils dans le document que le commissaire de police de l'État de Zamfara a intitulé "Lettre anonyme de menace d'attaque d'églises dans l'État et sa traduction anglaise".

Les auteurs de la lettre expliquent la raison de leurs menaces en disant : "Nous prenons cette mesure parce que ce sont eux (les chrétiens) qui ont commencé à causer ce problème ; ils ont fait du mal à nos enfants dans la zone de Saminaka et ont chassé nos vaches alors qu'elles étaient en élevage derrière l'hôtel Karma".

Selon SaharaReporters, les responsables de la sécurité dans l'Etat de Zamfara disent avoir pris des mesures de précaution suite aux menaces.

"Nous sommes au courant de la menace. Oui, je peux confirmer que c'est vrai, une lettre de menace a été envoyée aux chrétiens de l'État de Zamfara pour qu'ils cessent de pratiquer leur culte et ferment les églises", a déclaré le porte-parole du commandement de la police de l'État de Zamfara, le DSP Mohammed Shehu, cité dans le rapport du 30 novembre. 

  1. Shehu a invité les dirigeants du CAN dans l'État de Zamfara pour "discuter des mesures de sécurité autour des églises".

Advertisement

"À cet égard, une escouade spéciale a été créée par le CP pour patrouiller et protéger les fidèles, en particulier le dimanche", indique le responsable de la sécurité, qui ajoute que "du personnel en civil a été déployé pour la collecte de renseignements et pour démasquer ceux qui se cachent derrière la lettre de menace."

S'adressant à ACI Afrique mercredi 1er décembre, le directeur des communications du diocèse de Sokoto a déclaré que des mesures étaient prises pour protéger les chrétiens.

"Aucune déclaration officielle n'a été faite par les responsables de l'Église dans l'État, mais des stratégies internes sont à l'œuvre", a déclaré le père Chris Omotosho, avant d'ajouter : "Des réunions sont en cours ; aucune déclaration officielle pour le moment."

Entre-temps, les dirigeants chrétiens de l'État de Zamfara ont demandé au département de la sécurité de l'État et à l'inspecteur général de la police "d'enquêter sur ceux qui parlent au nom des terroristes afin de démasquer leurs commanditaires et les bénéficiaires de leurs actes criminels".

Dans leur message du 1er décembre, les représentants du CAN à Zamfara déclarent : "La menace contre les chrétiens et les églises par les terroristes est une stratégie de division contre l'effort des leaders chrétiens et musulmans pour mettre fin aux criminalités dans le Nord-Ouest."

"Nous savons que tous les enlèvements et autres actes criminels perpétrés dans la partie nord-ouest du pays sont l'œuvre de terroristes qui ont migré du nord-est ou qui ont été libérés dans le cadre du prétendu programme de réhabilitation du gouvernement fédéral", affirment les dirigeants chrétiens dans leur message intitulé "Aucun chrétien ne devrait être tué à Zamfara".

Ils ajoutent : "Maintenant qu'une Haute Cour fédérale a qualifié ces criminels de terroristes, nous appelons la police, les autorités militaires et les autres agences de sécurité à relever le défi des terroristes qui ont fait des enlèvements la plus grande entreprise commerciale de la zone géopolitique."

Le Nigeria est aux prises avec l'insécurité depuis 2009, date à laquelle l'insurrection Boko Haram a lancé des attaques ciblées dans le but de transformer la nation la plus peuplée d'Afrique en un État islamique.

Les membres du groupe islamiste ont organisé des attaques aléatoires contre diverses cibles, notamment des civils et des dirigeants politiques et religieux.

Dans leur déclaration du 1er décembre, les représentants du CAN dans l'État de Zamfara déclarent : "La manière dont nos agences de sécurité ont traité ces criminels est totalement inacceptable, répréhensible et sans précédent. Les criminels sont des criminels indépendamment de leurs affiliations religieuses, politiques et ethniques et ils doivent être traités comme des justes."

"La direction de l'Association chrétienne nationale du Nigeria (CAN), lors de notre récente visite dans les États de Sokoto et de Kebbi, a été alarmée, surprise et choquée par le bilan de ces criminels qui tuent et kidnappent en toute impunité dans la région, comme s'il existait un pacte entre eux et les agences de sécurité", rappellent les représentants des leaders chrétiens de l'État nigérian.

Maintenant que les deux leaderships du christianisme et de l'islam dans le pays travaillent ensemble sur la façon de mettre fin à leurs activités criminelles dans le Nord-Ouest, les représentants de la CAN disent que les criminels "essaient maintenant d'introduire des moyens de division en déclarant la guerre contre les chrétiens et les églises dans la zone, en particulier dans l'État de Zamfara où ils se transforment progressivement en leurs bastions".

"Nous n'avons aucun problème avec l'islam ou avec nos frères et sœurs musulmans, mais avec les fanatiques à poigne et leurs financiers qui ont déclaré la guerre au christianisme", disent-ils.

Pour aller de l'avant, les représentants du CAN dans l'État de Zamfara appellent tous les musulmans épris de paix "à s'élever contre ceux qui peignent l'Islam ce qu'il n'est pas. Nous savons qu'aucun dirigeant musulman bien-pensant ne sera heureux des meurtres de chrétiens."

"Nous demandons au président Muhammadu Buhari de sanctionner tout commissaire de police ou commandant de police de zone et le directeur des services de sécurité de l'État partout où les kidnappeurs opèrent dans le pays. Cela contribuera grandement à réduire la menace à l'approche des fêtes de fin d'année", déclarent-ils.

Les dirigeants chrétiens demandent instamment au gouvernement fédéral "de rembourser toutes les rançons versées pour la libération de ceux qui ont été enlevés au cours des cinq dernières années". 

"Le président Buhari devrait également ordonner à la police de traduire en justice tous les kidnappeurs, bandits et terroristes présumés qu'elle détient, afin d'arrêter ceux qui commettent ces atrocités. Si cela n'est pas fait, l'Association chrétienne du Nigeria (CAN) devra demander à ses membres d'adopter le principe d'autodéfense partout où les agences de sécurité semblent compromises", ajoutent-ils.

Les représentants du CAN dans l'État de Zamfara appellent tous les chrétiens et les musulmans épris de paix "à prier contre leurs menaces et pour que nos agences de sécurité soient capables de mettre fin à toutes les criminalités dans le pays. Trop c'est trop".