Advertisement

Ghana: Les représentants du Conseil de la paix plaident pour le dialogue pour résoudre l'impasse budgétaire

Les responsables du Conseil national pour la paix (CNP) du Ghana appellent les députés de ce pays d'Afrique de l'Ouest à sortir de l'impasse dans laquelle se trouve l'approbation du budget 2022.

Dans une déclaration du dimanche 5 décembre, les responsables du NPC, qui comprennent des représentants de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC), appellent les législateurs de la minorité et de la majorité du parlement ghanéen "à poursuivre la voie du dialogue pour résoudre l'impasse actuelle et celles qui pourraient survenir à l'avenir". 

Le chaos a éclaté au parlement du Ghana le 1er décembre après que des députés de la minorité aient cherché à révoquer l'approbation de la déclaration budgétaire et de la politique économique du gouvernement pour l'année commençant en janvier 2022 et se terminant le 31 décembre 2022. 

Les députés du Nouveau parti patriotique (NPP), les membres de la majorité, avaient approuvé le budget lors d'une séance du 30 novembre qui avait été boycottée par les législateurs de la minorité

Dans leur déclaration du 5 décembre, les responsables du Conseil de la paix au Ghana appellent les professionnels des médias et tous les Ghanéens à faire preuve de prudence dans leurs commentaires sur la question du budget.

Advertisement

"Les médias et tous ceux qui font des déclarations sur le sujet doivent faire preuve de la plus grande retenue dans leurs déclarations afin de protéger la paix, la stabilité et l'intégrité de notre pays bien-aimé", ont déclaré les responsables du NPC dans la déclaration signée par le président du Conseil, le révérend Dr Ernest Adu-Gyamfi.

Certains députés s'opposent au projet de budget en raison d'une nouvelle taxe sur les transferts d'argent électroniques.

Les législateurs ont fait des allers-retours avec la proposition de budget, les caucus de la majorité et de la minorité revendiquant la victoire en rejetant ou en approuvant la proposition. 

Le 26 novembre, le budget a été rejeté après que 137 députés minoritaires aient voté contre le document. Cette décision a été prise après que les députés de la majorité aient quitté la Chambre au milieu des procédures. La décision a cependant été renversée le 30 novembre lorsque la Chambre, constituée uniquement des députés de la majorité, a voté pour le budget.

Lors d'une session visant à annuler le vote du 30 novembre, le chef de la minorité, Haruna Iddrisu, a déclaré que la séance du 30 novembre n'était pas correctement constituée pour annuler le vote précédent de rejet du budget, car M. Joseph Osei-Owusu, président par intérim, a voté en faveur de la proposition.

More in Afrique

La violence a éclaté après qu'un député de la majorité ait cherché à défendre le vote de M. Osei-Owusu. 

Dans la déclaration du 5 décembre, les responsables du NPC, qui comprennent des représentants des évêques catholiques du Ghana, disent avoir suivi "avec inquiétude" les événements concernant l'approbation du budget 2022. 

Ils ajoutent qu'en raison de "l'impact potentiel des événements au Parlement sur la paix et la stabilité du pays", ils ont tenu, le 2 décembre, des réunions séparées avec les législateurs de la majorité et de la minorité pour aborder le désaccord actuel.

"Les leaders de la majorité et de la minorité, l'honorable Osei Kyei Mensah Bonsu et l'honorable Haruna Iddrisu, ont informé le Conseil, dans leurs réponses, que les deux parties avaient fait des concessions et qu'un comité de 20 membres issus des deux parties avait été mis en place pour dialoguer afin de trouver une solution à l'impasse dès que possible", rapportent les responsables du NPC. 

Créé par la huit cent dix-huitième (818) loi du Parlement de la République du Ghana, le NPC rassemble les représentants des différents groupes religieux de la nation ouest-africaine.  

Advertisement

Mgr Emmanuel Kofi Fianu, du diocèse de Ho au Ghana, représente les évêques catholiques au sein du Conseil, dont la principale fonction est de prévenir, gérer et résoudre les conflits et de construire une paix durable dans le pays.  

Mgr Fianu a été nommé membre du conseil d'administration du CNP en novembre 2020.