Advertisement

Le pape François déclare avoir accepté la démission de l'archevêque de Paris "sur l'autel de l'hypocrisie"

Le pape François s'exprime lors d'une conférence de presse en vol sur le trajet Athènes-Rome, le 6 décembre 2021. Vatican Media. Le pape François s'exprime lors d'une conférence de presse en vol sur le trajet Athènes-Rome, le 6 décembre 2021. Vatican Media.

Dans l'avion papal, lundi, le pape François a déclaré qu'il avait accepté la démission de l'archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, "non pas sur l'autel de la vérité, mais sur celui de l'hypocrisie".

Répondant à des questions à bord de son vol de retour d'Athènes, en Grèce, à Rome le 6 décembre, le pape a déclaré que l'archevêque de Paris a démissionné parce qu'il avait "perdu sa réputation si publiquement".

Le pape François a déclaré aux journalistes que les catholiques d'aujourd'hui "ne sont pas habitués à avoir un évêque pécheur."

"Nous faisons semblant de dire que mon évêque est un saint", a-t-il dit.

"Les ragots grandissent, grandissent, grandissent et emportent la réputation de la personne. Il ne pourra pas parler parce qu'il a perdu la réputation... et c'est une injustice et c'est pourquoi j'ai accepté la démission d'Aupetit non pas sur l'autel de la vérité, mais sur l'autel de l'hypocrisie", a déclaré le pape François.

Advertisement

Mgr Aupetit avait demandé au pape de décider s'il devait rester à son poste après qu'un rapport de l'hebdomadaire français Le Point du 22 novembre ait soulevé des inquiétudes concernant les contacts de M. Aupetit avec une femme remontant à 2012, lorsqu'il était vicaire général de l'archidiocèse de Paris.

Mgr Aupetit a déclaré qu'il avait écrit au pape à la fin du mois de novembre dans le souci de préserver l'unité de son archidiocèse, après que Le Point l'eut dépeint comme un personnage autoritaire et diviseur.


En discutant du cas d'Aupetit, le pape François a déclaré : "Je me demande ce qu'il a fait de si grave qu'il a dû démissionner. Qu'a-t-il fait ? ... Si nous ne connaissons pas l'accusation, nous ne pouvons pas condamner."

Le pape a déclaré qu'Aupetit était accusé d'une faute contre le sixième commandement, de "petites caresses et massages qu'il donnait à la secrétaire."

François a ajouté que cela "est un péché, mais ce n'est pas l'un des péchés les plus graves, car les péchés de la chair ne sont pas les plus graves."

More in Afrique

Mgr Aupetit a fermement nié avoir eu une relation avec la femme en question.

"Mon comportement à son égard a pu être ambigu, suggérant ainsi l'existence entre nous d'une relation intime et de relations sexuelles, ce que je réfute fermement... J'ai décidé de ne plus la revoir et je l'ai informée", a-t-il déclaré au Point.

Mgr Aupetit a déclaré au quotidien catholique français La Croix qu'il avait parlé de sa situation au cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques du Vatican, ainsi qu'à Mgr Celestino Migliore, nonce apostolique en France.

"Ce n'est pas à cause de ce que j'aurais dû faire ou ne pas faire dans le passé - sinon je serais parti depuis longtemps - mais pour éviter la division, si je suis moi-même une source de division", a déclaré Mgr Aupetit.

Les commentaires du pape lors de la conférence de presse en vol, postés plus tard sur la chaîne YouTube du Vatican, sont intervenus à la fin de sa visite de cinq jours à Chypre et en Grèce.

Advertisement

Le Vatican a annoncé que le pape François avait accepté la démission de Mgr Aupetit le 2 décembre, alors que le pape se rendait dans la capitale divisée de Nicosie, à Chypre, une île de la Méditerranée orientale.

Dans un intinéraire chargé pour une visite de deux jours, le pape a rencontré les autorités chypriotes, les évêques orthodoxes, les catholiques locaux et les migrants, et a célébré une messe dans le plus grand stade du pays.

Au cours des trois jours passés en Grèce voisine, le pape, âgé de 84 ans, a rencontré les autorités politiques, les dirigeants orthodoxes, la communauté catholique, les jésuites locaux et les migrants sur l'île de Lesbos. Il a également célébré une messe dans une salle de concert de la capitale.

Dans le vol de retour vers Rome, le pape François a également été interrogé sur un rapport qui estime que des centaines de milliers d'enfants ont été abusés dans l'Église catholique en France au cours des 70 dernières années.

En réponse, le pape François a déclaré qu'il y avait un risque de confondre la façon dont un problème était perçu il y a 70 ans avec la façon dont il est perçu aujourd'hui.

"Une situation historique doit être interprétée avec l'herméneutique de l'époque, pas la nôtre", a-t-il déclaré.

Le pape a ajouté qu'il n'avait pas lu le rapport, mais qu'il prévoyait d'en discuter avec les évêques français.

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (CIASE) a publié un rapport final de près de 2 500 pages le 5 octobre, estimant que 216 000 enfants ont été abusés par des prêtres, des diacres, des moines ou des religieuses en France entre 1950 et 2020.

Le rapport suggère qu'il y avait "entre 2 900 et 3 200" abuseurs sur 115 000 membres du clergé et autres travailleurs religieux, ce qui, selon le rapport, "impliquerait un nombre très élevé de victimes par agresseur".

L'étude précise également que "plus d'un tiers des agressions sexuelles au sein de l'Église catholique ont été commises, non pas par des membres du clergé, des moines ou d'autres travailleurs religieux, mais par des laïcs."

Les membres d'une académie catholique française ont critiqué la méthodologie du rapport, affirmant qu'il manquait de "rigueur scientifique".

Le mois dernier, les évêques catholiques de France ont annoncé qu'ils avaient accepté de lancer "un vaste programme de renouvellement" des pratiques de gouvernance en réponse à un rapport historique sur les abus sexuels commis par des clercs.

Mgr Aupetit a réagi à la décision du pape d'accepter sa démission dans un message vidéo le 2 décembre, déclarant qu'il avait été "grandement perturbé par les attaques" dont il a fait l'objet.

Il a ajouté : "Les événements douloureux de la semaine dernière, dont j'ai déjà parlé, m'avaient conduit à remettre ma mission entre les mains du pape François afin de préserver l'archidiocèse de la division que la suspicion et la perte de confiance provoquent toujours."

"Je prie pour ceux qui ont pu me souhaiter du mal comme nous l'a enseigné le Christ, qui nous aide au-delà de nos pauvres forces. Je demande pardon à ceux que j'ai pu blesser et je vous assure tous de ma profonde amitié et de ma prière, qui sera toujours la vôtre", a déclaré Mgr Aupetit.