Advertisement

Concentrons-nous sur l'aide aux autres à Noël : Pape François

Un bon moyen de sortir d'un cycle d'apitoiement ou d'une humeur négative est d'aider les autres, en suivant l'exemple de la Vierge Marie, qui est allée aider sa cousine Elisabeth enceinte, a déclaré dimanche le pape François.

"Apprenons de la Vierge cette manière de réagir : se lever, surtout lorsque les difficultés menacent de nous écraser. Se lever, pour ne pas s'enliser dans les problèmes, sombrer dans l'apitoiement et une tristesse qui paralyse", a-t-il déclaré le 19 décembre.

"Mais pourquoi se lever ?" a-t-il demandé. "Parce que Dieu est grand et qu'il est prêt à nous relever si nous lui tendons la main. "Chassons donc les pensées négatives, les peurs qui bloquent toute impulsion et nous empêchent d'avancer. Et puis faisons comme Marie : regardons autour de nous et cherchons quelqu'un à qui nous pouvons être utiles. "


Au cours de son discours hebdomadaire et de la prière de l'Angélus, le pape a réfléchi à la lecture de l'Évangile du jour, dans lequel Marie, qui vient de recevoir la nouvelle qu'elle est enceinte du Fils de Dieu, part "en hâte" pour voir sa cousine aînée Élisabeth, dont elle a entendu dire qu'elle était également enceinte.

"Elle se leva et partit", a dit François. "Dans la dernière ligne droite du voyage de l'Avent, laissons-nous guider par ces deux verbes. Se lever et partir en hâte : ce sont les deux mouvements que Marie a faits et qu'elle nous invite aussi à faire à l'approche de Noël."

Advertisement

Le pape a encouragé les gens à faire une petite bonté pour quelqu'un d'autre, comme appeler une personne âgée, ou lui tenir un peu compagnie. "En aidant les autres, nous nous aidons nous-mêmes à nous relever des difficultés", a-t-il déclaré.

Le pape François a également souligné les paroles de l'Évangile selon lesquelles Marie s'est rendue "en hâte" chez sa cousine Élisabeth, expliquant que cela ne signifie pas agir "avec agitation, de manière précipitée."

"Au contraire, cela signifie conduire nos journées d'un pas joyeux, en regardant devant nous avec confiance, sans traîner les pieds, comme des esclaves des plaintes, cherchant toujours quelqu'un à blâmer", a-t-il déclaré.

Expliquant que le voyage de Marie vers la maison d'Elisabeth s'est fait avec un cœur rempli de Dieu et de sa joie, il a encouragé les gens à se demander comment ils avancent dans la vie.

"Suis-je proactif ou m'attarde-je dans la mélancolie ? Est-ce que j'avance avec espoir ou est-ce que je m'arrête et m'apitoie sur mon sort ?" a-t-il déclaré.

More in Afrique

"Si nous procédons à l'étape fatiguée de râler et de parler, nous n'apporterons Dieu à personne", a-t-il poursuivi. "Au contraire, il est très bon de cultiver un sain sens de l'humour, comme le faisaient, par exemple, saint Thomas More ou saint Philippe Néri. Nous pouvons aussi demander cette grâce, la grâce d'un humour sain : cela fait tellement de bien."


Le pape a également rappelé l'importance de saluer les personnes que nous rencontrons avec un sourire.

"N'oublions pas que le premier acte de charité que nous pouvons faire pour notre prochain est de lui offrir un visage serein et souriant. C'est lui apporter la joie de Jésus, comme Marie l'a fait avec Elisabeth", a-t-il déclaré.

"Que la Mère de Dieu nous prenne par la main et qu'elle nous aide à nous lever et à aller en hâte vers Noël", a-t-il conclu.

Après avoir récité l'Angélus, une prière mariale traditionnelle, le pape François a exprimé sa tristesse et sa proximité avec le peuple philippin, frappé par une tempête dévastatrice le 16 décembre.

Advertisement

Plus de 100 personnes seraient mortes après que le super typhon Rai, dont les vents soufflent à environ 120 miles par heure, a frappé les îles du sud-est du pays, détruisant des maisons, des écoles et des hôpitaux.

"J'exprime ma proximité avec le peuple des Philippines frappé par un fort typhon, qui a détruit de nombreuses maisons", a-t-il déclaré. "Que le Santo Niño [de Cebú] apporte consolation et espoir aux familles les plus nécessiteuses ; et qu'il nous inspire tous pour apporter une aide concrète. La première aide concrète est la prière, et les autres aides."