Advertisement

Le pape François qualifie de "sataniques" les violences domestiques

Une capture d'écran de l'émission "Le pape François et le peuple invisible", diffusée sur la chaîne de télévision italienne TG5 le 19 décembre 2021. null. Une capture d'écran de l'émission "Le pape François et le peuple invisible", diffusée sur la chaîne de télévision italienne TG5 le 19 décembre 2021. null.

Dans une nouvelle interview télévisée diffusée dimanche, le pape François s'est adressé à quatre personnes qui ont été confrontées à des circonstances de vie difficiles, dont une mère de quatre enfants victime de violences domestiques.

"Il est tellement, tellement grand le nombre de femmes battues, abusées à la maison, même par leur mari. Le problème est que pour moi, c'est presque satanique, parce que c'est profiter de la faiblesse de quelqu'un qui ne peut pas se défendre", a déclaré le pape, en réponse à une question d'une Italienne nommée Giovanna.

Giovanna et trois autres personnes ont été présentées sur la chaîne italienne TG5 le 19 décembre. Au cours de cette émission spéciale de 45 minutes, intitulée "Le pape François et les personnes invisibles", le pape a répondu aux questions de Giovanna, qui a également perdu sa maison et son emploi pendant la pandémie de COVID-19.

Il l'a encouragée à se souvenir de sa dignité, en se référant à l'image de la Pieta de Michel-Ange, qui représente la Marie douloureuse tenant son fils Jésus, mort et nu. "Tu as de la dignité, tu as le visage, le visage souffrant de celle qui poursuit la vie, la sienne et celle de ses enfants", lui a-t-il dit.

François s'est également entretenu avec Maria, une femme sans abri qui a dormi dans la rue pendant des années ; Maristella, une jeune fille de 18 ans isolée par la pandémie ; et Pierdonato, qui a passé 25 ans en prison après avoir été condamné à deux peines de prison à vie.

Advertisement

M. Pierdonato a déclaré qu'après avoir étudié et réfléchi en prison, il a eu "un voyage spirituel intérieur".

Il a déclaré qu'après avoir réfléchi profondément sur ses actions passées, "je suis arrivé à me réconcilier avec moi-même."

"J'ai été en prison pendant 25 ans, le Pierdonato d'il y a 30 ans n'existe plus, je suis une autre personne", a-t-il déclaré. "Le repentir, dans le sens le plus profond du terme du point de vue chrétien, est un repentir qui concerne le repenti qui est l'accusateur le plus amer de lui-même et qui ne veut rien en retour. Il regrette ce qu'il a fait".

Pierdonato a demandé au Pape François : "y a-t-il de l'espoir pour ceux qui veulent changer ?".

Le pape a répondu avec les mots de Romains 5:5, "l'espoir ne déçoit jamais".

More in Afrique

"La première chose qui me vient à l'esprit est une phrase de la Bible", a-t-il dit. "Il y a Dieu, pas en orbite, mais Dieu à côté de vous, parce que le style de Dieu est la proximité, la compassion et la tendresse."

Le pape François a affirmé que Dieu est avec chaque prisonnier : "Dieu pardonne toujours, Dieu pardonne toujours. Mettons-nous bien ça dans la tête, quel que soit le péché que j'ai commis, il le pardonne parce qu'il est venu pour pardonner et non pour condamner."

Il a mis au défi les gens de ne pas juger les criminels condamnés, mais de regarder à l'intérieur d'eux-mêmes, où ils trouveront "beaucoup de défauts, beaucoup de choses, beaucoup de péchés, beaucoup d'erreurs, beaucoup de choses qui ne sont pas belles."

"Mais notre force réside dans l'espérance de ce Dieu qui est proche, compatissant et tendre", a-t-il dit.

Le pape François a clôturé l'émission en appelant les téléspectateurs à se concentrer sur Jésus pendant Noël.

Advertisement

"Je vous souhaite, à vous tous qui êtes à la maison, de passer un Noël avec Jésus, un vrai Noël", a-t-il déclaré. "Est-ce que cela signifie que nous ne pouvons pas manger ? Nous ne pouvons pas faire la fête ? Non, faites la fête, mangez tout, mais faites-le avec Jésus, c'est-à-dire avec la paix dans votre cœur."

"Et à vous tous qui m'écoutez, je vous souhaite un joyeux Noël. Faites la fête, offrez des cadeaux, mais n'oubliez pas Jésus."